Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il
Fréjus - Conférence sur Maria Valtorta le 29 septembre 2018
_____________________________________________

La Messe selon le Rite Tridentin

Extrait du DVD de la Commission Pontificale "Ecclesia Dei"



Dans la liturgie catholique, le rite tridentin désigne la forme du rite romain employée dans l'Église catholique entre le concile de Trente et la réforme liturgique entreprise par Paul VI à la fin des années 1960 — qui fait évoluer le rite romain de façon sensible. On parle de rite tridentin pour tout ce qui concerne la célébration de la messe (Missel romain) et des autres sacrements (Rituel romain), la liturgie des heures ou l’office divin (bréviaire romain) et les autres cérémonies liturgiques (Rituel romain et Cérémonial des évêques).

On parle maintenant de «forme extraordinaire du rite romain». Le terme extraordinaire signifie simplement qu'il ne s'agit pas de la forme normalement employée. On utilise aussi les expressions «rite ancien», «rite traditionnel», «messe de saint Pie V», «livres de 1962», «missel de Jean XXIII » ou rite tridentin.

L’adjectif « tridentin » (de Trente en Italie) est appliqué à cette forme du rite romain parce que le concile de Trente, dans sa dernière session du 4 décembre 1563, a confié au pape Pie IV la révision du Missel et du Bréviaire. Le pape suivant, Pie V, a promulgué les éditions révisées du Bréviaire (9 juillet 1568) et du Missel (14 juillet 1570)3. Il a rendu obligatoire l’utilisation de ces deux textes dans toute l’Église latine, en faisant exception uniquement pour les lieux et communautés où un autre rite a été célébré pendant plus de deux cents ans. C’est ainsi que, entre autres, le rite ambrosien, le rite mozarabe et les rites de plusieurs instituts religieux ont pu continuer légalement leur existence.

Malgré la promulgation d'un nouveau missel par le pape Paul VI en 1970, la «forme extraordinaire» du rite romain n'a jamais été abrogée dans l'Église catholique, ce qu'a confirmé le motu proprio Summorum Pontificum du pape Benoît XVI en juillet 2007. C'est ce document qui règle désormais l'usage de la forme extraordinaire du rite romain pour la messe, les sacrements, l'office divin et le cérémonial des évêques.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :