Le sanctuaire Notre Dame de Guadalupe au Mexique



Parler de Notre Dame de Guadalupe c’est parler d’espérance car elle dit à tous les hommes: «Mon Fils, ne crains rien. Ne suis-je pas là, moi qui suis ta Mère? N’es-tu pas sous ma protection? Ne reposes-tu pas heureux en mon sein? (verset 119 Nican Mopohua).

Notre Dame de Guadalupe a voulu se manifester à l’humanité dans un pauvre indien, Juan Diego Cuahtlatoatzin, canonisé par Jean Paul II le 31 juillet 2002.
Connue sous le nom de “La Morenita” (La Vierge brune), elle apparaît en décembre 1531 à Juan Diego sur la colline de Tepeyac, au cœur du Mexique. Un événement certifié non seulement par la tradition populaire mais également par un document historique écrit en Nahuatl, la langue aztèque et intitulé «Nican Mopohua».

Le “Nican Mopohua” qui signifie “Voici le récit…”, décrit les 5 apparitions de la Vierge de Guadalupe à Juan Diego et l’image miraculeuse imprimée sur sa tilma, un manteau de qualité modeste, en fibres d’agave.

Lors d’une apparition, la Vierge prie Juan Diego de se rendre chez l’évêque de Mexico, Juan de Zumarraga, et de lui demander de bâtir une chapelle en son honneur sur le sommet de la colline. Sceptique, l’évêque réclame au Ciel un signe pour s’assurer de la véracité de la demande de Marie par l’intermédiaire de son humble messager.

Juan Diego revoit donc la Sainte Vierge et lui fait part de la requête de l'évêque. Elle lui dit: «C'est bien, tu reviendras ici demain pour porter à l'évêque le signe qu'il t'a demandé. La Vierge demande alors à Juan Diego d’aller au sommet de la colline de Tepeyac, d’y cueillir des fleurs et de les lui apporter.
Or, c’est le 11 décembre, en plein hiver, et Tepeyac, près de Mexico, se trouve à 2500 mètres d’altitude. Cependant, là où auparavant il n’y avait que chardons et épines, Juan Diego découvre de magnifiques fleurs de la région de Castille, en particulier des roses qui brillent sous les gouttes de rosée. Il en fait une gerbe qu’il place dans son poncho puis redescend vers la Sainte Vierge.

La Dame prend les fleurs, les dispose dans la tunique de Juan Diego et précise: «Mon fils, ces fleurs variées sont la preuve, le signe que tu porteras à l'évêque».
L’Indien retourne alors au palais de l’évêque, lui dit que la Sainte Vierge lui a demandé d'aller cueillir des fleurs pour lui donner le signe qu'il désirait, et déploie sa tunique devant lui : les fleurs tombent et sur la tunique se trouve imprimée le portrait de la Sainte Vierge. Elle a les mains jointes, les yeux baissés, et est revêtue d'un voile constellé de 46 étoiles d'or.

Enceinte, elle a un visage très doux et rayonnant ; un regard d'une tendresse et d'une pureté si humaine et surnaturelle, que l’évêque et ceux qui l'entourent, bouleversés, s'agenouillent.

Mgr de Zumarraga demande pardon à la Sainte Vierge de n'avoir pas immédiatement réalisé sa volonté et commande aussitôt la construction du sanctuaire qui accueille le portrait de Notre-Dame de Guadalupe.
L’image imprimée dans le manteau de Juan Diego est inexplicablement conservée.


Agrandir le plan

Avec 14 millions de visiteurs par an Notre Dame de Guadalupe, au Mexique, est le second monument catholique le plus visité au monde, après le Vatican.

Le sanctuaire marial le plus fréquenté au monde

Chaque année, le 12 décembre, date anniversaire du jour où la Vierge est apparue à un paysan indien, Juan Diego, d'immenses foules (entre 4 à 5 millions de personnes ) se pressent dans les rues de Mexico, convergent en pèlerinage vers le nord-est de la ville, se rendant sur le mont Tepeyac, lieu de l'apparition en 1531. Après être venu une première fois au Mexique en janvier 1999, le Pape Jean Paul II, âgé de 82 ans et malgré son état de santé fragile s'est rendu à nouveau dans ce pays, le 30 juillet 2002 . Le lendemain, il canonisait l'indien Juan Diego Cuauhtlatoatzin (Aigle-qui-Aime) devenu chrétien et à qui la Vierge de Guadalupe était apparue en décembre 1531.

La conversion prodigieuse des Aztèques au christianisme par la Vierge de Guadalupe
En 1521, la capitale de la civilisation Aztèque tombe sous les forces armées de Cortez. Moins de 20 ans plus tard, neuf millions d’habitants qui avaient professé pendant des siècles une religion polythéiste et prônant des sacrifices humains les plus cruels, sont convertis au christianisme. En effet, chaque année les Aztèques offraient au moins 20.000 hommes, femmes et enfants en sacrifice humain à leurs dieux féroces et assoiffés de sang. En 1487, durant une longue cérémonie qui dura 4 jours lors de la consécration d’un nouveau temple à Tenochtitlan, quelque 80.000 captifs furent tués en sacrifice humain au sanguinaire dieu serpent Quetzalcoatl... Que s’est -il passé en ces temps-là pour qu’il y ait une conversion aussi incroyable et sans précédent historique ?

Pour Jean Paul II, Notre Dame de Guadalupe est "la Mère des Amériques"

En 1531, une "Dame du Ciel" apparut à un pauvre Indien à Tepeyac, une colline au Nord-Ouest de la Cité de Mexico; Elle se présenta comme la mère du Vrai Dieu, lui donna des instructions pour que l’évêque fit construire une église sur le lieu et laissa une image d’elle même imprimée miraculeusement sur son tilma. Le tilma est un vêtement de pauvre qualité fait à base de cactus qui aurait dû se déteriorer en 20 ans. Aujourd'hui, après 470 ans, il ne montre aucun signe de détérioration et défie toutes les explications scientifiques de son origine. Apparemment, l’image reflète même dans ses yeux l'indien qui était en face d’elle en 1531. Sa Sainteté le Pape Jean Paul II visita par deux fois le sanctuaire, se prosterna devant l’image, implora son assistance maternelle et l’invoqua comme la Mère des Amériques.
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés