La fondation de Sainte-Marie de la Garde





Monastère bénédictin construit au XXe siècle en aquitaine sous la protection de la très Sainte Vierge Marie.



L’Europe chrétienne de demain

Depuis seize siècles...

Dès le Ve siècle, prieurés, monastères et abbayes ont fleuri en France et en Europe. En 910, la naissance de l’abbaye de Cluny grâce à Guillaume, duc d’Aquitaine, ravive la geste des fondations monastiques due à la générosité de grands bienfaiteurs. Source de la chrétienté occidentale, cette floraison de monastères constitue un réseau de foyers de sciences, d’art et de culture. De tous temps les monastères se sont construits avec l’aide de mécènes.

A la fin des années soixante-dix, naissait au Barroux dans le Vaucluse l’Abbaye bénédictine Sainte-Madeleine. Grâce au concours généreux de nombreux bienfaiteurs, les bâtiments nécessaires pour une communauté de soixante moines ont été construits en quinze années de travaux. En vingt ans la communauté n’a cessé de se développer. Quinze ans après l’achèvement des constructions, il faut envisager la fondation d’un nouveau monastère.




L’aventure monastique se poursuit au XXIe siècle

En 2002, huit moines sont accueillis par Mgr Descubes, évêque d’Agen, pour fonder une communauté monastique dans le Lot-et-Garonne.

L’Abbaye Sainte-Madeleine du Barroux acquiert le domaine rural de Lagarde, propriété d’une trentaine d’hectares située à Saint-Pierre-de-Clairac, et entreprend l’aménagement des bâtiments existants.

La vie monastique bien établie, la communauté a grandi. Une chapelle a été aménagée dans une ancienne bergerie. Reste une partie notable du domaine à restaurer. En effet, pour accueillir de nouvelles vocations ainsi que les pèlerins et visiteurs venant s’y ressourcer, la communauté monastique doit se lancer dans la construction d’un monastère susceptible de recevoir près de quarante moines.






Ora et labora



« Si tu veux avoir la vie véritable et éternelle, interdis le mal à ta langue (…) ; détourne-toi du mal et fais le bien ; cherche la paix et poursuis-la. » « Quoi de plus doux, frères très chers, que cette voix du Seigneur qui nous invite ? » (Règle de saint Benoît, Prologue)


« Notre vie monastique s'incarne dans un cadre et dans une architecture. D'où l'importance des constructions, qui ont une mission : elles doivent favoriser et protéger la vie d'une communauté monastique. Elles incarnent une spiritualité. » (Dom Louis-Marie)



Le projet de construction de Sainte-Marie de la Garde

Trois agences d’architecture ont concouru. Le 2 octobre 2007, le projet de monastère conçu par M. Joël Gigou est retenu. Il sera réalisé en deux étapes. Dans un premier temps : restauration et agrandissement de l’existant ; ensuite construction d’un cloître et d’une abbatiale. Le dimanche 11 avril 2010, octave de Pâques, en présence de l’évêque d’Agen, Mgr Herbreteau : bénédiction et pose de la première pierre. Face à ce grand défi, humain, matériel et aussi spirituel, la communauté des moines est entourée de professionnels compétents et d’un réseau d’amis et bienfaiteurs.
« La démarche architecturale a été finalement assez facile parce qu’elle était dictée par le site. Il comprenait des bâtiments d’excellente qualité, un cadre naturel formidable, avec des arbres, des cèdres ; et quand j’ai vu ce site, je me suis dit tout de suite : il faut le respecter, construire autour, respecter l’existant. »
Joël Gigou
Architecte de Sainte-Marie de la Garde


Phase 1 • La construction du prieuré

La fameuse devise des bénédictins : Ora et labora (Prie et travaille) a dicté l’organisation générale du projet. Dès sa première phase, prévue pour vingt-cinq moines :

• La vie de prière se se déroule dans la chapelle aménagée par les moines,

• Les lieux de vie et de travail restent à aménager.


Phase 2 • La construction de l’abbaye


« Le monastère doit, autant que possible, être disposé de telle sorte que l’on y trouve tout le nécessaire. Ainsi les moines n’auront pas besoin de se disperser au-dehors, ce qui n’est pas du tout avantageux pour leurs âmes ! » (Règle de saint Benoît, chap. 66)


L’aventure monastique se construit

Apporter sa pierre à l’édification de Sainte-Marie de la Garde, c’est perpétuer l’histoire des grands mécènes qui ont porté les arts aux plus hauts degrés d’excellence et qui ont fait dire de la France qu’elle est « le pays des cathédrales et des abbayes ».

Cette geste unique par son ampleur résonnera pour les générations futures et témoignera pour des siècles de la recherche permanente du vrai, du beau, du sens de la vie et de l’espérance.

Par son ampleur, le monastère qui va s’élever, permettra d’écrire une nouvelle page de l’histoire des bénédictins mais sa réalisation appelle un soutien financier important.

9330 m2 H.O. vont être construits et restaurés en deux phases distinctes


Cette répartition est faite pour permettre aux frères de garder le plus possible leur vie contemplative selon la règle de saint Benoît.

La première phase consiste à restaurer les bâtiments existants et à en élever de nouveaux qui formeront le « prieuré », d’une surface hors œuvre de 2 480’m2, nécessitant 1 500 m2 de voiries avec tous les réseaux extérieurs et 2 600 m3 de terrassement. Cette phase verra la création :

• d’une dizaine de cellules supplémentaires pour les moines, de la salle du chapitre, salle de cours, bureaux ;

• de divers ateliers (sandalerie, sculpture, mécanique, menuiserie) ;

• d’un magasin de vente, d’une salle de conférence (capacité d’accueil 50 personnes) ;

• d’une hôtellerie aux normes et de parloirs pour mieux accueillir les hôtes.


La deuxième phase verra ensuite la construction :

• du monastère proprement dit (cloître, réfectoire, bibliothèque, etc.) soit environ 6 850 m2 de plancher habitable ;

• et de l’église abbatiale.


Descriptif des coûts de la phase “prieuré”

Le coût de la construction du prieuré représente 5 M€. Ils se répartissent comme suit :

• Matériaux et fourniture : 38,5 %

• Main-d’œuvre : 29 %

• Charges supplémentaires : 32,5 %


Les charges supplémentaires

Une part non négligeable du projet tient dans les charges qui comprennent les postes suivants : Honoraires de maîtrise d’œuvre, le bureau de contrôle, la coordination (ordonnancement, pilotage, coordination), les assurances, la TVA à 19,6 %…



Ils soutiennent le projet
« Je me réjouis de savoir que cette fondation monastique, effectuée en 2002 dans le diocèse d’Agen par l’Abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, a solidement pris racine, et je souhaite qu’elle se développe par l’apport de nombreuses vocations.
Je forme les meilleurs voeux pour que le prieuré de La Garde affermisse son existence, grâce à l’aide de nombreux bienfaiteurs, et qu’il participe, en union avec l’évêque du lieu et avec l’église locale, à la nouvelle évangélisation du monde à laquelle le Saint-Père nous appelle. De grand coeur j’invoque la Bénédiction de Dieu sur tous les membres de cette communauté. »
+ Luigi Ventura

Nonce apostolique en France

« Je recommande la fondation du prieuré de Sainte-Marie de la Garde. Ce monastère, bâti sur les fondements spirituels d’une tradition de plusieurs siècles, fait partie des signes d’espérance du troisième millénaire. Aidez les moines à construire cette nouvelle maison de prière. La Providence compte sur vous. »

+ Franc Cardinal Rodé
Préfet de la congrégation pour les Instituts de vie consacrée

« Les moines bénédictins du monastère Sainte-Marie de la Garde donnent un beau témoignage de vie contemplative. Cette présence est une grâce pour notre diocèse. Nous leur exprimons notre reconnaissance. Il importe de les soutenir de notre amitié mais aussi par nos dons pour leur projet d’agrandissement en cours.
Que votre générosité soit grande ! Notre diocèse a besoin de la présence de moines bénédictins. Aidons-les dans leurs projets ! »
+ Hubert Herbreteau

évêque d’Agen

« ... Liturgie, vie fraternelle, étude et travail manuel, sont les fruits de la foi. Ils sont la preuve par l’amour de la réalité des choses invisibles, la présence déjà effective des choses que nous espérons, le témoignage vivifiant de l’esprit bénédictin à un XXIe siècle déjà plus qu’à moitié mort de faim et de soif. Car dans sa bonté le Seigneur nous montre le chemin de vie (Règle de saint Benoît, prologue, 20). De tout mon cœur, j’apporte mon soutien à cette nouvelle fondation. »
René Girard
de l’Académie française


Rien ne se fera sans vous

« Que les Saints Anges gardent en paix vos familles et vos maisons, et qu’ils vous inspirent de nous aider à bâtir cette cité de Dieu sur terre qu’est un monastère bénédictin. » (Dom Gérard)

Introduits dans la grande famille des amis du monastère, les grands donateurs bénéficient avant tout des prières quotidiennes des moines, tout spécialement à l’office du matin.

Ces bienfaiteurs seront en outre invités à participer aux événements importants de La Garde : cérémonies exceptionnelles, conférences, grandes fêtes, etc.

Lors de leurs visites à La Garde, ils seront personnellement reçus par le Père Prieur qui les tiendra au courant de l’avancement des travaux.

Chacun est appelé à donner ce qu'il peut pour participer au développement de ce projet. Les moines prendront particulièrement à cœur de porter dans leur prière les intentions de ceux qui auront contribué à édifier cette maison de prière.




Les avantages fiscaux liés à vos dons

La structure juridique qui construit le Monastère Sainte-Marie de la Garde est une association cultuelle dénommée « Missions de Sainte-Madeleine ». En tant que telle, elle peut recevoir des dons et des legs donnant droit à des réductions d'impôts, étant fiscalement assimilée à une association reconnue d’utilité publique.


Dons

Si vous êtes soumis à l’impôt sur le revenu, les dons vous donnent droit à une réduction de cet impôt égale à 66 % de leur montant, dans la limite de 20 % du revenu imposable.

ISF

Si vous êtes soumis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), vous pouvez nous faire un don, mais pas directement. Il faut l’adresser à la Fondation des Monastères, reconnue d’utilité publique (en précisant bien le monastère Sainte-Marie de la Garde comme bénéficiaire).

Ce don vous donnera droit à une réduction de cet impôt à hauteur de 75 % du don, dans la limite de 50000 €.

Mécénat

Si votre entreprise est assujettie à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés, les dons fait au profit de l’Association cultuelle donnent droit à une réduction d’impôt égale à 60 % de leur montant dans la limite de 5 ‰ du chiffre d’affaires.

Les legs

Les dons et legs faits à l’association cultuelle sont exonérés des droits de mutation à titre gratuit. Si vous souhaitez faire un legs particulier ou universel en faveur du monastère, vous pouvez nous contacter.
Père Hubert +33 (0)4 90 62 56 31
Il est habituellement répondu aux appels téléphoniques : de 11h00 à 12h00 et de 14h30 à 17h00.


L’Europe chrétienne est entre vos mains



« Avant d’être des académies de sciences et des carrefours de civilisation, les monastères sont des doigts dressés vers le ciel; le rappel obstiné, intraitable, qu’il existe un autre monde dont celui-ci n’est que l’image, qu’il annonce et préfigure. »
Dom Gérard
Fondateur de l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux



Site de la fondation : http://jeconstruisunmonastere.com/
Site du monastère du Barroux : http://www.barroux.org/


Agrandir le plan
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés