Notre-Dame des aborigènes à Darwin, en Australie



Nous voici aux portes de l’Australie et de l’Asie : Darwin, la capitale et la ville la plus peuplée du territoire nord du pays, où se côtoient aborigènes, bushmen (cow-boy du crû) et étudiants, et plus de 56 nationalités différentes. Une ville animée et moderne avec une population jeune, un style décontracté et une atmosphère cosmopolite. Les langues européennes et asiatiques y sont autant parlées que l’Australien.
En plein cœur du quartier d’affaires central de la ville, s’élève la petite cathédrale Sainte-Marie, Etoile de la mer, qui reflète l’histoire, la culture et le peuple de la communauté catholique du diocèse (avec 80 tribus d’aborigènes).
La 1ère église avec ce nom (Ste Marie étoile de la mer) était un petit édifice en bois, construit par des travailleurs chinois en 1889, quand les jésuites sont arrivés à Darwin.
Après les jésuites arriveront les missionnaires du Sacré-Cœur, en 1904, pour administrer le diocèse. La petite église, détruite en 1897 par un cyclone, est reconstruite et résiste à un second cyclone en 1937.
L’église est légèrement endommagée par les raids aériens japonais durant la 2è guerre mondiale - Darwin a été bombardé 64 fois par les japonais – et est entourée à la fin de la guerre par un presbytère, une résidence d’évêque, un couvent, une école et un lieu de repos pour les militaires stationnés à Darwin appelé « The Palais » (un nouveau couvent, une nouvelle école et un nouvelle résidence d’évêque seront bâties respectivement en 1965, 1971 et 1977). La vieille église sera détruite par le terrible cyclone Tracy en 1974.

En 1946, le Père Frank Flynn lança un appel à construire un grand mémorial en hommage aux soldats australiens qui servirent pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le projet se concrétisera à partir de 1955, où trois architectes de Brisbane travaillèrent à la conception d’un édifice moderne, adapté au climat tropical, et pouvant accueillir environ 1000 personnes.
La première pierre est posée en décembre 1957 et l’église est inaugurée en présence de 2000 personnes le 19 août 1962, soit 2 mois avant l’ouverture du Concile Vatican II. Il devient peu à peu un point de rencontre multiculturel pour les indigènes.
A l’intérieur, repensé de façon plus moderne, contemporaine, on y vénère Notre Dame des aborigènes qui rappelle à tous l’universalité du message chrétien.

L’image de la Vierge à l’enfant a les traits aborigènes, ou plutôt composites. Le fond de l’image montre des dessins géométriques tels qu’on en voit sur les barques locales.

l’Enfant porté avec une jambe autour du cou de sa maman et une main sur sa tête, le vêtement brodé de façon typique, s’inscrivent dans la perspective de l’Eglise catholique qui cherche à s’exprimer de manière à être comprise par les peuples qu’elle rencontre.
Le visage de la Vierge, peinte par un français, est une composition originale, faite à partir de plusieurs modèles féminins aborigènes. La peinture est nette comme dans une icône byzantine.
L’église abrite aussi la statue d’un ange, provenant de l’ancienne église et fortement endommagée par la guerre en 1942, mais que l’on a conservée et qui garde une place d’honneur. On l’appelle « l’ange blessé », suggérant que les êtres célestes nous attendent et n’auront de joie parfaite que lorsque nous serons libérés du mal et du péché.
Autre ornement significatif de l’édifice: Un chemin de croix en mosaïques et une peinture de l’arbre de vie.
L’arbre et l’eau, représentés sur « l’arbre de la vie », est une invitation à cueillir les fruits et pécher les poissons.
On y voit aussi la croix de Jésus, de couleur flamboyante car « Jésus est la lumière du monde ».
En dessous, un calice déborde d’eau sur des formes géométriques qui nous représentent : nous sommes lavés par le sang du Christ.
Les lignes blanches représentent l’eau et le vent, symboles de l’Esprit Saint.
L’édifice a finalement été consacré comme cathédrale dix ans après son inauguration, le 20 août 1972.


Prière:
Salut, Étoile de la mer,
Sainte Mère de Dieu,
Toi, toujours vierge,
bienheureuse porte du ciel...
Brise les chaînes des pécheurs,
rends la lumière aux aveugles,
délivre-nous de nos misères,
obtiens pour nous les vrais biens.
Montre-nous que tu es mère,
et que le Christ par toi accueille nos prières
lui qui, né pour nous,
accepta d'être ton fils.

Vierge sans pareille
et douce entre toutes,
obtiens le pardon de nos fautes,
rends nos cœurs humbles et purs.
Accorde-nous une vie sainte,
rends sûre notre route
pour que, contemplant Jésus,
nous partagions sans fin ta joie.


(Hymne latine datant du Xe siècle environ)
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés