Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il

Credo (1983) - Le film

Film peu connu mais remarquablement profond, réalisé par Jacques Deray en 1983, avec Jean-Louis Trintignant (et scénario de Jean-Claude Carrière).

Dans le cadre d'un interrogatoire en pays marxiste, et sous la pression de la dialectique progressiste, ces dialogues (sans action, comme une pièce de théatre) donnent bien matière à réflexion sur l'immutabilité du dogme catholique.

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue
Un professeur d'université, Alexandre Lenski, est arrêté par la police soviétique parce qu'il est chrétien. Son interrogatoire porte d'abord sur des accusations de prosélytisme, dont il se défend habilement. Petit à petit, la pression monte et les soutiens sur lesquels il aurait pu s'appuyer lui font défaut l'un après l'autre. Il en est de même pour tous jusqu'aux gens d'Église (Père Serge et Frère Jean) qui sont du côté des interrogateurs. A la fin, le professeur se met à genoux et récite son Credo devant ses tortionnaires, avant d'être emmené en hôpital psychiatrique.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :