De l'adorable maternité de Marie - par François Mokuenko

Notre Dame de l’Accouchement

C'est à peine si j'ose respirer.

Me voilà dans une humble maison de Nazareth et mon regard se pose sur une jeune femme à genoux, mains croisées sur le coeur.

A mon tour, je m'agenouille, tout en craignant de troubler la prière toute de silence de cette femme.
Je devine que même une colombe se garderait de tout bruissement d'aile, tant une pureté limpide émane de la jeune femme, dont le nom est doux comme un printemps : Marie .

C'est une petite chambre où une lumière se serait posée.
En réalité, c'est Marie elle-même qui m'apparaît comme une lumière diaphane.
Je la regarde et je l'admire, et dans ma pupille se reflète comme une transparence cristalline.

Ah! si je pouvais écouter Son âme !
Une grâce m'y fait communier, et j'entends alors des gémissements ineffables, un Appel implorant.....voilà que cette jeune femme mendie la descente du Verbe sur la terre !

Or, du haut du Ciel, délicatement inclinée, l'Oreille du Verbe reçoit ces sons suppliants de la petite Marie.
Cette prière si douce est pourtant une incandescence d'amour, un feu qui s'élève jusqu'au Coeur du Verbe, allumant en lui une étincelle de joie et une irrésistible envie de l'exaucer, car enfin..... Le voilà désiré !

Oui, de ce Coeur pur et sincère, Il en ferait Son Tabernacle, Sa Demeure !
Un Archange ne sera pas de trop pour lui dépêcher Sa réponse:
Oui, le Verbe de Lumière t'as exaucée, Marie, et Il te l'annonce en ce jour béni de l'Annonciation.

La petite Marie exulte de Joie et dans la Foi, donne Son Fiat à la Venue du Verbe en son Coeur. Elle offre à l' AMOUR INFINI sa petite PARCELLE D'AMOUR qui l'invite à venir en elle.
Regardez : c'est avec la fougue d'un jeune cabri que l'Amour Immense quitte tout : la Demeure de Son Père, Son ineffable Félicité Céleste, Son Infinitude, Sa divine Liberté, pour se précipiter dans la petitesse et se constituer prisonnier d'amour dans un tout-petit endroit : le Sein de Marie.

Mystère ! Prodige !

Le Verbe, l'Infiniment Grand, entre dans l'Infiniment Petit.

JESUS et MARIE : comme deux Infinis qui se rencontrent, s'embrassent, se tissent l'un de l'autre.
Le Tout s'enlace au Rien.
L' Univers porté dans un Atome,
L' Océan dans une goutte d'eau !.

La Toute-Puissance épouse la fragilité d'un Agneau.

Inconcevable :
voilà le Verbe dans une toute-petite humanité, et celle-ci est blottie dans le Sein de Marie qui est devenu le berceau de l'Infini fait Homme!.

Ô ….MATERNITE DIVINE DE MARIE !

Te voilà LA MERE DE JESUS.

Mais, dis-moi, Sainte Mère, pendant que tu portes le Fils de Dieu, quelle est l'activité de ton Fils alors qu'il repose en ton Sein ?

Comme l'on a raison d'appeler le Verbe : « le Soleil de Justice » car Sa Lumière déborde de toute part la petite humanité en laquelle il s'est incarné.
Et les Rayons de ce Soleil qui siège à présent dans le Coeur de Marie se dirigent avec ardeur vers tous les coeurs de la terre !....cherchant à y pénétrer avec cette supplique :

« ouvrez-moi la porte de votre coeur, et faites-moi une place, tout comme Ma Mère l'a fait .
Du Ciel Je suis descendu pour former Ma Vie en chacun de vous.
Avez-vous compris que c'est en chacun de vous que Je languis d'établir Ma Vie et Ma Demeure ? ».

Et il m'est ineffablement dévoilé que depuis le Sein de Marie, cette Lumière du Verbe frappe et frappe à la porte de tous les coeurs!

« Regarde et compatis »me dit Marie, « contemple l'Amour de Jésus qui telle une mer se jette par vagues successives sur la pierre des coeurs afin de les éroder et de tenter de s'y infiltrer à force d'amour et de souffrance ».
Jésus veut nous faire siens, et déjà sa petite humanité gémit et sanglote, car nombre de coeurs restent imperméables à Ses assauts amoureux.
Et j'observe Ses larmes mêlées à Sa Lumière, la rendant encore plus translucide, si toutefois cela se peut concevoir!

Tout cela, Marie le vit dans son Coeur, et elle sait que sa maternité sera faite d'amour et de souffrance.

Alors, Marie, le jour où l'Enfant-Dieu naquit dans un flot d'humble lumière, sur la paille réchauffée par le souffle du boeuf et de l'âne, entouré de créatures
transfigurées par un Esprit d'Enfance, tu savais intimement que ce jour de la Nativité recelait un autre jour de maternité, qui non seulement te concernait, mais qui concernait aussi tous ces coeurs que Jésus convoitait déjà dans ton Sein : les nôtres !.

Et pour mieux me faire comprendre, Maman de Jésus, tu me transportes mystiquement au creux de cet autre jour.

Il est bientôt trois heures de l'après-midi.
Mais, quelle extraordinaire éclipse du soleil !
Le ciel bas et compact ne cesse de s'assombrir, à tel point qu'une lumière crépusculaire et quelque peu effrayante baigne toutes choses et en transforme étrangement les contours.
Je suis sur une colline de Jérusalem du nom de Golgotha, et c'est là que je te retrouve Marie.
Tu es debout, mais je ne vois plus en toi qu'une immense douleur, car devant toi c'est Ton Jésus qui agonise atrocement..... sur une Croix !.
Il est fixé par trois gros clous. Les mains et les pieds sont troués.
Son Corps est tout empourpré de sang.
Combien Ton Fils est méconnaissable !.
Ta silhouette, douce Marie, semble accablée et résignée.
C'est à peine si parviennent à tes saintes oreilles, les cris haineux de la foule qui conspue Ton Enfant.
Tu n'oses lever les yeux devant la Face outragée, tuméfiée et aux lèvres tordues de douleur de Ton Enfant, Lui, dont le Visage fut si divinement beau, si majestueusement serein !
Des ruisseaux de sang parcourent cette Face et en voilent le regard qui te devine à peine, pendant que toi, tu pleures des larmes d'amour qui voudraient laver ce qui reste d'humain sur le visage de Jésus.
La terre sacrée où la Croix est fichée reçoit comme un calice le Sang précieux de ton Fils, tandis que tes larmes forment à tes pieds, une flaque d'amour qui imprègne également de grâces cette terre du Golgotha.

Tu vacilles, La Mère, mais drapée de dignité et de courage, tu enveloppes tous les chagrins du monde dans un Sublime Silence.

Présent à côté de Jean, Lui aussi au pied de la Croix, je vous contemple, muet de stupéfaction devant l'immensité de votre Amour Souffrant.
Jésus et Marie sont plongés dans une Unique Douleur.
J'ai l'impression que je suis comme englouti par une vague d'amour sans fond
qui émane de ces deux Êtres.

L'horreur du péché qui s'acharne bruyamment autour du Crucifié et de la Mère, semble submergée par une incroyable douceur, un éclatement de tendresse.
Tout cela est si humble, si subtil !.
Je me sens comme un petit être frémissant devant L' Infini et La Pleine de Grâces, le Coeur l'Un dans l'Autre .

Mon regard perçoit alors gracieusement la profondeur de leur Offrande d'Amour au Père des cieux.

Le Fils s'offre Lui-même au Père, mais la Mère accepte cet holocauste ahurissant, et elle aussi offre Son Fils au Père.

Voilà que mon esprit découvre cette Messe de toutes les messes :

Jésus m'apparaît comme la Sainte Hostie sanglante et sacrifiée, abandonnée dans les bras de la Croix et élevée mystiquement vers le Père par les mains très pures de Marie.

Et non seulement cela m'est dévoilé, mais par delà le visible, je devine que si le corps de Marie est au pied de de la Croix, son âme est réellement étendue sur le bois avec Son Fils.

Marie est la première épousée du Christ, la première à avoir reposé sur la couche pourpre et nuptiale de la Croix.
Et devenue Une avec son Fils, voici qu'à présent les plaies sanglantes de Jésus s'impriment mystiquement en son corps de Vierge.

Ô !, l'éclipse de soleil enténèbre de plus en plus la terre.
La lumière du ciel décroît, tandis que la souffrance de ces deux-là croît.

Marie est intérieurement une plaie vivante. Son sang semble l'abandonner pour aller s'unir à la pourpre sacrée qui coule le long du Corps adorable de Jésus et tout le long de la Croix qui palpite sous ce précieux sang qui arrose et purifie la Terre et toute notre humanité.

L'Heure est arrivée.
L'éclipse progresse.
Tout comme la lune est en train d'épouser le Soleil, Marie ne fait plus qu'Un avec Son Fils, et Lui qui est «la Lumière du monde »va s'éclipser de la vie terrestre pour disparaître dans la mort.
Cette Heure, pour laquelle le Verbe est venu sur la Terre.
Cette Heure où la Passion va atteindre son paroxysme et là, en ce sommet absolu de l'Amour et de la Souffrance, le fruit de la croix va naître.

ILS SONT TROIS, LES ACTEURS DU GRAND-OEUVRE DE
LA CROIX : JESUS, MARIE, ET JEAN.

Au moment même où Jésus est dans Son holocauste entièrement remis au Père, au bord de la Mort, et où Marie au comble de la douleur somatise cette mort de Son Fils car son corps est glacé comme la mort, cette souffrance partagée du Fils et de la Mère et qui est à la limite des limites de l'endurable,
cette Souffrance Unique et insondable va produire Son Fruit.

Mais quelle est donc la fécondité de cette souffrance de la Croix ?

La Parole foudroyante de Jésus me la révèle .
D'une voix faible, Ses lèvres merveilleuses s'entrouvrent .Tout en regardant Marie, et lui montrant Jean, Jésus lui dit:  « Femme, voilà ton Fils », et se tournant ensuite vers Jean: « voilà ta Mère ».

La réalité, c'est que Jean au pied de la Croix, représente toute l'humanité.
Quel bouleversement pour toi, Marie !.

Tandis que Ton Jésus est sur le point de s'effacer de ta vue, absorbé par la mort, voilà que t'apparaît une multitude de fils, dont tu deviens Mère !
Même les bourreaux de ton Fils deviennent tes fils !.

La fécondité de l'incroyable souffrance de la Croix, son Fruit, c'est
TA MATERNITE SUR JEAN ET PAR LA MÊME SUR TOUS LES HOMMES.

Jean devient le Fils de Marie, mais tous les Hommes de tous les temps également !.
Et c'est une toute nouvelle Maternité pour toi, une extension formidable de ta Maternité .
La Parole du Verbe incarné multiplie tes enfants et Jésus fait se lever une multitude de futurs frères.

Si Jésus fut cette VERTICALE qui s'est incarnée dans ton Sein, cette Parole fonde ta nouvelle Maternité en déclenchant la naissance d'une HORIZONTALE, car tu deviens Mère des Hommes de tout temps et de tout espace. Cette horizontale est le symbole de l'extension de ta Maternité, et cela ne manque pas de former une croix.

Il nous faut entrer dans cette Merveille de ta Maternité nouvelle.

J'observe Jean. Il est bouleversé, ému jusqu'aux entrailles par l'annonce de Jésus.
Tout comme son Maître, le voilà Fils de Marie!.

Voilà le fruit de la croix.
La souffrance féconde de la Croix vécue par Jésus et Marie a enfanté une réalité nouvelle.

INCROYABLE TRANSFORMATION :

Tout homme devient le Fils de Marie et le frère de Jésus!.

Ô quel Mystère !.
Mais qu'est-ce que cela veut dire en profondeur ?

Marie va nous le dire, mais cela est tellement grand !

Seule la Foi d'un enfant qui s'émerveille peut nous conduire jusqu'en ces secrets .
Point de raisonnement terrestre, car la dernière Oeuvre de Dieu est celle du « Maître de l'impossible ».

Et voici ce que la bienheureuse Vierge nous dévoile :

« Alors que la Vie de Jésus s'échappait sur la Croix, sachez que Mon Fils Crucifié a voulu retenir dans un coin de Son Coeur, Son dernier Souffle qu'il me destinait.
Ce fut le dernier Acte du Christ sur cette terre : il était pour toi, et pour chacun d'entre vous.

Lorsque Jésus fut descendu de la Croix, on le remis entre mes bras, Sa tête reposant sur mon Coeur maternel.

A ce même moment, mon Coeur broyé de souffrance, s'arrêta de battre du fait de la Passion invisible de Mon Fils que tout mon Être avait accepté de vivre.
Voici alors ce que Je reçus de sa bouche sacrée :

SON DERNIER SOUPIR

Je le recueillis en ma bouche. Il redonna Vie à mon coeur arrêté et SCELLA AVEC TOUS MES ENFANTS QUE DIEU VENAIT DE ME DONNER SUR LA CROIX, OUI, SCELLA EN CHACUN DE VOUS, MA MATERNITE SPIRITUELLE.

Ce dernier Soupir, était le Souffle de Son Saint-Esprit, ce qui me donna EN chacun de vous une Maternité issue du Saint-Esprit : une Maternité Spirituelle.

Mais, cette adorable maternité intérieure vous est proposée et non imposée.

Or toi, Jean, tu l'acceptas de tout ton coeur, ainsi qu'en témoigne la Sainte Ecriture (jean19.27) :
« Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui ».

Les paroles en grec de l'évangile signifient exactement que tu me pris, moi Marie, dans ton propre être, dans ta propre réalité, donc dans ton coeur, dans ta vie.

Tu étais à côté de moi, Jean, et lorsque Jésus m'a fait devenir ta Mère et t'as fait devenir mon Fils et que tu acceptas de me prendre en toi............

alors, CETTE FEMME QUI EXISTAIT HORS DE TOI EST AUSSITÔT DEVENUE EGALEMENT LA FEMME INTERIEURE, LA FEMME DU DEDANS.

CETTE FEMME SE SCELLE AU PLUS PROFOND DE TON ÂME...

MAIS PRENANT CETTE FEMME EN TON ÂME, JEAN, TU LA PRENDS AVEC SA MATERNITE SPIRITUELLE, TU LA PRENDS DONC AVEC CELUI QU'ELLE PORTE, ET CELUI QU'ELLE PORTE C'EST.....

Souviens-toi, Jésus a dit : « Si le grain ne tombe en terre, il reste seul, mais si le grain meurt, il porte beaucoup de fruit »(Jean 12.24).

Ecoute :
lorsque Mon Fils rendit Son dernier Souffle, il mourut bien sûr.
Mon Fils Jésus EST LE GRAIN.
Comme Il l'a dit, il a bien fallu qu'il tombe en terre pour donner du fruit.

Et de même que la graine d'une plante est portée par le vent et va tomber en terre pour reproduire une nouvelle plante, le Vent de l'Esprit-Saint :
le dernier Souffle de Jésus a porté et semé en Mon Coeur Maternel -qui est la bonne terre- LA GRAINE du VERBE.

Aussi, lorsque tu prends Marie en toi, cette Femme scellée au plus profond de ton âme, porte avec elle et en elle …..la graine, le Verbe Lui-même, mais non encore accompli, à l'état potentiel.

Et là où le grain est enfoui, il germera.
C'est dans ton âme, Jean, ainsi que dans la tienne, toi qui me lis, que Marie porte le Verbe à venir.
Dès lors que vous m'avez acceptée dans votre intérieur, Jean, ou toi qui me lis : LUI, LE VERBE, S'EST GREFFE EN TOI.

Ensuite, c'est un travail de croissance qui va commencer à s'opérer.
Le Grain, le Verbe en puissance, semé en toi, va commencer à germer, à se former, c'est une gestation.
La Maternité de Marie opère en toi,

ET MARIE DU FOND DE TON ÂME VA ALORS FORMER …...
…......SON FILS JESUS-CHRIST EN TOI !!!

OUI, MARIE VA FORMER DE L'INTERIEUR DE TON ÊTRE JUSQU'A L'EXTERIEUR …..LE VERBE EN TOI. »

LA VIERGE VA VEILLER A SA FORMATION EN TOI, JUSQU'AU TEMPS DE LA DELIVRANCE,
JUSQU'AU TEMPS DE L'ENFANTEMENT,
JUSQU'A CE QUE TOUT TON ÊTRE SOIT LE VERBE !.

Et Cela, ce sera la Grande Révélation : APOCALYPSE !

Jean, tu es le premier de l'humanité a avoir accepté Marie pour Mère, donc à avoir par la même porté en toi, la graine du Verbe.
Tu es le premier en lequel Jésus s'est greffé .
Jean, tu te trouves à l'alpha de cette merveille.
Et c'est toi qui nous a ouvert l'esprit et révélé dans l'Apocalypse,quel sera l'accomplissement de cette gestation, son oméga.

L' Apocalypse qui évoque l'enfantement dans les douleurs de la Vierge qui enfante EN NOUS LE VERBE.

C'est une poussée continuelle de l'intérieur jusqu'à l'enfantement.

C'est un décret Divin de toute éternité :
La Maternité divine de Marie c'est d'enfanter le Verbe de Dieu dans la chair.

C'est par Toi, Marie, que le Verbe se fait Chair, et il se fait Chair avec ta propre chair.

Mais, Marie, si tu as enfanté Jésus -le premier-né-, tu as pour mission d'enfanter le VERBE DE DIEU dans TOUTE CHAIR, et ce, toujours avec ta propre Chair Immaculée.

C'est pour cela que, Douce Marie, tu es déposée au creux de l'âme, pour tisser avec ta Chair personnelle le Verbe en nous.


Par Toi, Marie, va naître LE CORPS TOTAL DU CHRIST
SON CORPS MYSTIQUE

Par Toi, va donc naître L'EGLISE dont Tu es LA MERE

Par Toi, Marie, Toute Chair va devenir VERBE.

Au pied de la Croix du Golgotha, tout Homme est devenu LE FILS DE MARIE,

tout Homme est devenu LE FRERE DE JESUS,

tout Homme est devenu LE VERBE,

tout Homme est devenu CELUI-LA MÊME QUI EST SUR LA CROIX.

Nous tous, nous sommes des descendants : des JESUS

Bientôt, Le Seigneur va naître en nous par Marie.

Nous allons devenir LUI.

Il va voir avec nos yeux
Il va oeuvrer avec nos mains
Il va battre avec notre coeur
Il va marcher avec nos pieds
Notre Corps va devenir Verbe
Sa Vie sera notre propre Vie
Tout ne sera plus que LUI,
Lui en Nous et Nous en LUI.

Mais auparavant, doit disparaître Tout ce qui n'est pas Lui.
Tout ce qui ne repose pas sur le Verbe va s'effondrer.

Apocalypse au sens de cataclysme : Ecroulement du monde extérieur d'où LUI a été chassé.
Apocalypse au sens de Révélation : Accomplissement du monde intérieur qui va accoucher de LUI !

Juste encore un atome de temps et cela sera Vérité.
Cela sera accompli, selon la dernière Parole du Verbe en Croix


« T O U T E S T A C C O M P L I »


LE VERBE S'EST FAIT CHAIR PAR MARIE

POUR QUE LA CHAIR SOIT FAITE VERBE

PAR M A R I E
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés