L'Archange Michael pendant la guerre de Corée

Saint Michel (ou Michael) Archange
La lettre suivante fut envoyée par un jeune Marine américain à sa mère alors qu'il était hospitalisé, après avoir été blessé pendant la guerre de Corée en 1950. Cette lettre est parvenue entre les mains d'un aumônier militaire qui l'a lu devant environ 5 000 Marines, sur une base navale de San Diego en 1951.
L'aumônier, afin de vérifier la véracité de l’histoire, a parlé au jeune homme, à sa mère et au sergent qui commandait la patrouille. Après, le père Walter Muldy certifia à tous que cette histoire est vraie.
Dans les années 1960, on lisait cette lettre chaque année à Noël sur les ondes d'une station de radio du Midwest américain.
« Ma chère Maman,

Je n'oserais jamais écrire cette lettre à quelqu'un d'autre que toi parce que personne ne voudrait me croire. Peut-être même que toi aussi tu trouveras cela difficile à croire, mais il faut que je le dise à quelqu'un.

Pour commencer, je suis à l'hôpital. Mais ne t'inquiète pas. J'ai été blessé mais je vais bien, O.K. Tu comprends, je vais bien. Le médecin m'a dit que je serai debout dans un mois.

Mais ce n’est pas cela que je veux te raconter.

Tu te souviens, quand je me suis engagé dans les Marines, l'année dernière ? Quand je suis parti, tu m'as dit de réciter une prière à Saint Michel tous les jours ? Ce n'était pas la peine de me le dire parce que, aussi loin que je me souvienne, tu m'as toujours dit de prier Saint Michel Archange. Et, je l'ai toujours fait.

En arrivant en Corée, je l'ai même prié encore plus fort.

Tu te rappelles la prière que tu m'as apprise ? « Michael, Michael of the morning, fresh corps of Heaven adorning... », tu connais la suite. Je l'ai récité tous les jours. Parfois en marchant et quelquefois pendant les haltes, mais toujours avant de m'endormir. Je l'ai même apprise à des copains.

Un jour, je faisais partie d'une patrouille de reconnaissance en territoire ennemi, loin en avant des lignes. On avançait péniblement et il faisait très froid. Mon haleine ressemblait à de la fumée de cigare.

Je croyais connaître tous les gars de la patrouille, mais un Marine que j'avais jamais vu auparavant est venu marcher à côté de moi. C'était le plus grand Marine que je n'ai jamais vu. Il faisait au moins 1 m 90 et il était bâti à l'avenant. Je me sentais rassuré d'avoir un type comme cela à côté de moi.

En tout cas, on continuait à marcher. Le reste de la patrouille s'est déployé. Juste pour amorcer la conversation, je lui ai dit : « Fait froid, hein ?» et puis j'ai ri. J'étais là à risquer de me faire tuer d'une minute à l'autre et je lui parlais du temps qu'il faisait…

Il a semblé comprendre. Je l'ai entendu rire doucement.

Il a dit : « Je me suis engagé à la dernière minute. Je m'appelle Michael. ». Surpris, j'ai répondu, « Ah oui ? Moi aussi je m'appelle comme cela. ». Il a répondu : « Je sais » et il a ajouté : « Michael, Michael of the morning... »

J'étais si étonné que je suis resté sans rien dire pendant une minute. Comment pouvait-il savoir mon nom et cette prière que tu m'avais apprise ? Après quoi, je me suis dit en souriant que tous les gars me connaissaient dans l'unité. J'avais appris cette prière à tous ceux qui voulaient l'entendre. Il y en avait même qui m'appelaient Saint Michel !

On est restés sans rien dire un moment, puis il a brisé le silence. « On va bientôt avoir des ennuis. »

Il devait être en excellente forme ou alors il respirait si doucement que je n'entendais même pas sa respiration. Moi, elle sortait en gros nuages. Il ne souriait plus maintenant.

On va avoir des ennuis... Je me disais : « m’ouais, comme on est entourés par les communistes, c'est pas vraiment une grande nouvelle!»

La neige a commencé à tomber à gros flocons. Bien vite, on ne pouvait plus rien voir devant soi et j'avançais dans un brouillard blanc de particules mouillées et collantes. Mon compagnon a disparu de ma vue.

Soudain inquiet, j'ai crié, « Michael ! ». J'ai senti sa main sur mon bras. Sa voix était riche et forte, « Cela va bientôt s'arrêter ». Il avait raison. Après quelques minutes, la neige a cessé aussi rapidement qu'elle avait commencé. Le soleil étincelait.

Je me suis retourné pour voir où était le reste de la patrouille. Il n'y avait plus personne en vue. On les avait perdus dans la bourrasque. On arrivait sur une petite montée et j'ai regardé devant moi.

Maman, mon cœur s'est arrêté net.

Ils étaient sept. Sept soldats communistes avec leurs vestes et leurs pantalons matelassés et leurs drôles de petits chapeaux. Mais il n'y avait rien de drôle à ce moment-là. Les sept fusils étaient braqués sur nous.

J'ai crié « Couche-toi, Michael ! » et je me suis jeté à terre.

J'ai entendu les coups de feu tirés presque en même temps. Les balles sifflaient. Michael était toujours debout. Maman, ces types ne pouvaient pas le manquer, pas à cette distance. Je m'attendais à le voir se faire déchiqueter en morceaux. Mais il était là, sans même essayer de tirer. J’ai cru qu’il était paralysé par la peur. Ça arrive parfois, maman, même aux plus braves. Il était comme un oiseau fasciné par un serpent. En tout cas, c'est ce que je pensais. Alors je me suis levé pour le tirer par terre et c'est là que j'ai été touché. J'ai senti comme une brûlure dans ma poitrine. Je m'étais souvent demandé ce qu'on ressentait quand on est touché. Maintenant, je sais.

Je me souviens d'avoir été porté par des bras solides qui m'ont déposé très doucement sur un tapis de neige. J'ai ouvert les yeux, pour un dernier regard. J'étais en train de mourir. J'étais même peut-être déjà mort et je me souviens d'avoir pensé, eh bien, c'est pas si terrible.

Peut-être que je fixais le soleil. Ou alors c'était le choc, mais il m'a semblé voir Michael de nouveau debout. Mais cette fois, il avait le visage illuminé d'une splendeur terrible. Comme je te l'ai dit, peut-être que j'avais le soleil dans les yeux, mais Michael avait l'air de changer pendant que je le regardais. Il devenait plus grand, ses bras s'étiraient. C'est peut-être parce que la neige recommençait à tomber, mais il était entouré de lumière, comme les ailes d'un ange. Et il avait une épée à la main, une épée qui resplendissait de millions d'éclats.

C'est la dernière chose dont je me souviens avant que les copains ne me retrouvent. Je ne savais pas combien de temps avait passé. De temps en temps la douleur et la fièvre me laissaient un moment de répit. Je me souviens de leur avoir dit que l'ennemi était juste devant nous.

J'ai demandé, « Où est Michael ? ». Je les ai vus qui se regardaient. « Où est qui ? » a demandé quelqu'un.

« Michael, Michael, le grand Marine qui marchait à côté de moi juste avant qu'on entre dans la rafale de neige ».

« Mon gars , dit le sergent, il n’y a personne qui marchait à côté de toi. Je ne t'ai jamais perdu de vue. Tu t'en allais trop loin. J'allais t'appeler au moment où t'as disparu dans la bourrasque ». Il m'a regardé d'un air curieux : « Mais comment t'as fait ça, mon gars ? ».

« Comment j'ai fait quoi ? ». J’étais presque en colère malgré ma blessure. « Michael, ce Marine, et moi on allait
juste... ». « Mon gars, dit doucement le sergent, c'est moi qui ai choisi les hommes de cette unité, et il n’y a pas d'autre Michael que toi. Tu es le seul Michael ici ».

Et après avoir attendu une minute : « Mais comment as-tu réussi à faire cela, mon gars ? On a entendu des coups de feu. Il n’y a pas un seul coup qui a été tiré avec ton fusil et il n’y a pas un gramme de plomb dans les sept corps qui sont couchés là, derrière la colline ».

J'ai rien répondu. Qu'est-ce que j'aurais pu dire ? Je restais là, bouche bée et stupéfait.

C'est le sergent qui a repris calmement en disant : « Mon gars, les sept soldats qui sont là ont tous été tués d'un coup d'épée ».

C'est tout ce que je peux te dire, maman. Encore une fois, ce n’était peut-être le soleil dans mes yeux ; c'était peut-être le froid ou la douleur, je sais pas, mais c'est ce qui est arrivé.

Gros baisers,

Michael

source
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés