Notre-Dame des Etoiles, rencontre avec Marguerite - Par Gaëtane de Lacoste

Les premières apparitions ont eu lieu dans la cour de cette école. Notre Seigneur
désire également la construction d’une grotte avec la statue de Notre Dame
des Etoiles, telle qu’elle est apparue.
À l’âge de 13 ans, le mardi 2 mars 1948, une toute jeune fille du nom de Marguerite C. joue dans la cour de récréation avec deux de ses amies. Il est alors midi. Nous sommes en Belgique dans le village de Tournai, en l’école de la Madeleine, et il fait très froid. Marguerite semble distraite aux yeux de ses camarades qui jouaient avec elle à la balle. En fait, elle nous confiera plus tard qu’ elle se sentait dans un état second. Elle reste donc seule dans la cour, les deux autres jeunes filles préférant abandonner le jeu pour entrer se réchauffer dans le hall.


Dans cette cour de récréation, tout le pan d’un mur est occupé par une grotte de Lourdes. C’est alors que Marguerite voit une étoile briller au-dessus de cette grotte. Elle la décrit brillante avec beaucoup d’éclat, puis celle-ci disparaît. De suite, elle demande à ses amies si elles ont remarqué quelque chose. Rien.
Le lendemain, le 3 mars 1948 à la même heure, la vision se renouvelle. L’étoile réapparaît au même endroit, au-dessus de la grotte, puis elle avance vers la jeune fille au milieu de la cour. Marguerite fait elle-même quelques pas en sa direction. À ce moment-là, la silhouette ravissante de la vierge Marie apparaît tout autour de l’étoile positionnant celle-ci sur sa poitrine. Marguerite tombe immédiatement à genoux, les mains jointes.
Elle nous confie aujourd’hui : « La Sainte Vierge avait une robe blanche très lumineuse, maintenue à la taille par une ceinture blanche. Sur sa tête un voile bleu, l’étoile très brillante positionnée sur la poitrine présentait alors distinctement cinq branches. Marie tenait dans sa main gauche un chapelet d’or tout en ayant les mains jointes. Ses pieds nus reposaient sur un nuage blanc, le tout flottant à 1 m 50 du sol environ. J’ai pu remarquer que la Sainte Vierge avait de très beaux yeux bleus. Ce jour là, elle ne m’a pas parlé. »
Deux jours après, le 5 mars 1948 au matin, Marguerite prend le chemin de l’école et passant devant la maison de sa tante. L’étoile réapparaît, puis la Sainte Vierge. La jeune fille ose lui demander :
« Qui êtes-vous ? » Pas de réponse immédiate. Quelques instants après, la vierge Marie disparaît, laissant encore quelques instants briller l’étoile. Une voix lui dit alors : « Je suis Notre-Dame des Etoiles; dis au monde de prier. Priez beaucoup pour les pêcheurs et il (le monde) sera récompensé. Faire part à M. le curé Vandercammen. »
C’est ce jour-là précisément que Marguerite, la petite voyante de 13 ans, reçoit le vocable de cette apparition. C’est une jeune fille sage et obéissante. Elle n’attend pas pour aller rendre compte au vicaire sur la demande de la Sainte Vierge. Celui-ci l’écoute et l’oriente aussitôt vers son professeur de religion, l’abbé Gros, directement rattaché à l’évêché.
Deux mois plus tard, le 15 mai 1948, au même endroit, Notre-Dame des Etoiles réapparaît à la jeune fille mais ne laisse aucun message. Marguerite lui dit alors « qu’elle l’aime bien mais qu’elle aime encore mieux Jésus. » La vierge lui sourit alors, lui donne la bénédiction puis disparaît.
Le 19 mai 1948, au même endroit, nouvelle apparition mais aucun message.
Le 24 mai 1948. C’est un lundi, Marguerite est dans la cour de récréation, c’est le matin. La Sainte Vierge apparaît au-dessus de la grotte et lui dit : « Je veux qu’on élève ici une grotte avec la statue telle que je vous ai apparu. Et si on n’élève pas ici cette grotte, qu’on mette au moins une marque pour voir où les apparitions ont eu lieu. » La jeune fille, ce jour-là, se demande bien pourquoi il faudrait élever une grotte sur la grotte existante de 1948. Eh bien, aujourd’hui, nous en avons l’explication : la première grotte a été détruite par les racines d’un arbre, et depuis, rien n’a été encore reconstruit.
Le soir du 2 juin 1948, tout près de chez sa tante, la Sainte Vierge revient et lui dit : « Lorsque je vous réapparaîtrai encore, je vous montrerai le Purgatoire. »
« A treize ans,- nous explique Marguerite- il est difficile d’imaginer ce que peut être cet état du purgatoire ». Ce qui est certain, c’est que cette jeune fille, de rendez-vous en rendez-vous avec la Sainte Vierge se met à attendre ces délicieux moments où elle touche le Ciel. Elle fait un effort pour se présenter de plus en plus pure au regard de la Mère de notre Seigneur.
Le 15 juin au soir, Notre-Dame des étoiles lui dit : « Je vais donc maintenant vous montrer le purgatoire : le voici » ; à ces paroles, il apparait devant elle, puis disparait. La jeune fille demande :
« Irai-je au Ciel ? » La Sainte Vierge lui répond : « Oui, vous irez au Ciel. Vous décrirez au monde l’horreur du Purgatoire. Je vous réapparaîtrai le 19 de ce mois. »
Le terme choisi par Marie pour décrire le Purgatoire peut nous faire frémir. Marguerite nous précise que c’est un lieu de grandes souffrances. Les âmes qui y souffrent sont en grande supplication et attendent nos prières. C’est un état très pesant, les vêtements de ces âmes ne sont pas nets. Tout semble terne.
Au matin du 19 juin 1948, à côté de chez sa tante, Marguerite s’adresse à la Sainte Vierge : « Quelles sont les causes des apparitions ? » Celle-ci répond : « Beaucoup de personnes oublient de prier pour les pécheurs. C’est pour cela que je vous apparais, pour que vous leur rappeliez leurs bonnes habitudes ; et s’ils ne prient pas mieux, ils seront punis. Je vous réapparaîtrai le 24 de ce mois. »
Au même endroit, au soir du jeudi 24 juin 1948, la jeune fille demande à l’apparition : « Quelle punition le monde aura, s’il ne prie pas mieux ? » La madone lui répond : « Si le monde ne prie pas mieux, il y aura une guerre presque terrible. ... (Puis s’adressant à elle : « Vous aurez beaucoup à souffrir. »)
Marguerite : « Pourquoi aurais-je beaucoup à souffrir pour cela ? »
La Sainte Vierge : « Vous souffrirez très, très fort, mais moralement ; je vous réapparaîtrai le 2 juillet. »
Concernant la souffrance de Marguerite dont a parlé
la Sainte Vierge, nous recueillons très précieusement les confidences de sa douleur. « Oui, j’ai toujours beaucoup souffert et souffre encore aujourd’hui, du fait que le message n’est pas passé. Pourtant, j’ai bien fait tout ce que la Sainte Vierge avait demandé. À chaque apparition, j’ai rendu compte à l’Eglise. L’évêque est au courant. J’en arrive à penser que le message de ces apparitions sera peut-être accueilli après ma mort. »
Au soir du vendredi 2 juillet 1948, au même endroit. Notre-Dame des Etoiles dit à la jeune fille :
« Lorsque je vous ai montré le Purgatoire, vous n’avez vu qu’une partie ; voici la seconde… (Immédiatement, Marguerite reçoit la vision) .. Je vous réapparaîtrai le 4 de ce mois. »
Nous demandons si cette deuxième vision est différente de la première concernant le Purgatoire. En fait c’est la même chose si ce n’est que cette fois-ci, la voyante reconnaît quelqu’un qui lui est proche. Elle capte toute la détresse de cette âme en peine et comprend qu’elle doit la prendre dans la prière. La Sainte Vierge lui confiera qu’elle sera libérée le lendemain. Ceci est un enseignement pour chacun d’entre nous. Prier pour les âmes du Purgatoire est un acte de charité.
Enfin, un beau sourire :
L'Evêque du lieu a autorisé que soit célébrée une messe en l’honneur de N.D.des Etoiles, autour de la date du 2 Mars.
Le matin du dimanche 4 juillet 1948, au même endroit. La Sainte Vierge annonce : « Un ange va vous apparaître pour vous apprendre une prière que mon Fils désire que le monde dise le matin ». Immédiatement, l’ange apparaît et lui dit : « Je vais vous apprendre une prière comme la très Sainte Vierge l’a annoncé : » Seigneur, ayez pitié de moi qui suis une pauvre pécheresse. Seigneur, donnez-moi toujours l’absolution. Seigneur, faites que je meure en état de grâce. Seigneur, préservez-moi du péché mortel. Seigneur, je vous offre ma journée.
Au soir du samedi 11 septembre 1948. Même lieu. La Sainte Vierge : « Je suis très triste parce que je vois que le monde ne cherche que son bonheur, si je puis dire, mais pas celui du prochain. Je vous dis encore une fois de recommander au monde de prier beaucoup pour les pécheurs. »
Jeudi 16 septembre 1948, le soir. Même lieu. La Sainte Vierge : « Un ange vous apparaîtra le 22 de ce mois, pour vous apprendre une nouvelle prière, et moi, je réapparaîtrai le 30 de ce mois. »
Mercredi 22 septembre 1948, au matin, même lieu. Un ange lui dit : « Je vais vous apprendre la prière que la très Sainte Vierge vous avait prédite ; elle est très courte et très simple pour permettre aux enfants de comprendre ce qu’ils disent. La voici : ô Marie, intercédez toujours pour nous auprès de votre divin Fils. Ô Marie, soyez toujours la Reine de notre foyer. Ô Marie, écoutez toujours mes prières.
Ô Marie, détournez-moi toujours du mal et faites que je persévère dans le bien. »
Jeudi 30 septembre 1948, le matin, même endroit. La vierge Marie prévient Marguerite : « Je vais vous confier un secret si vous me promettez de ne le dire à personne au monde. Me le certifiez- vous ? » Marguerite acquiesce. Elle reçoit le secret puis demande : « Est-ce que vous préférez que l’on bâtisse une grotte dans la cour de l’école où les premières apparitions ont eu lieu, ou bien ici ? » La vierge répond : « Je préfère dans la cour de l’école. Je vous réapparaîtrai le 4 octobre. »
Le lundi 4 octobre 1948, au soir, même lieu. La Sainte Vierge apparaît et dit : « Je désire qu’on célèbre ma fête le 2 mars sous le nom de Notre-Dame des Etoiles. Et que ce jour là, on récite au moins le chapelet. Je vous réapparaîtrai le 10 de ce mois. »
Là, Marguerite devant nous, s’illumine d’un sourire. En effet, depuis plusieurs années, l’évêque du lieu a permis que soit célébrée une messe autour du 2 mars, en l’honneur de Notre-Dame des Etoiles.
Le dimanche 10 octobre 1948 au soir, toujours à côté de chez la tante. Marie apparaît et dit : « Je vais vous confier un dernier secret, si vous me certifiez de ne le dire à personne au monde ». Marguerite reçoit ce secret, puis la vierge continue : « Je demande au monde d’assister autant que possible aux sermons. Ils leur montrent de bons exemples et leur créent un bon avenir ».
Le samedi 23 octobre 1948, au soir même endroit. La jeune fille demande à la vierge : « Où, à quel emplacement désirez- vous que l’on bâtisse la grotte ? » Celle-ci répond : « Dans la cour de l’école, près de l’égout. »
Ce détail ne nous échappe pas. Lors de l’apparition, en 1948, n’apparaissait aucune bouche d’égout dans cette cour de récréation et à l’époque, Marguerite n’avait pas bien compris. Or, lorsque nous avons accompagné la voyante sur ce lieu, le 21 octobre 2010, nous avons pu constater l’existence de cette fameuse grille d’égout au beau milieu de la cour. Ce qui veut dire que la Sainte Vierge connaît les temps... Les temps de l’accomplissement. Alors, serait-ce pour notre temps ?
Le jeudi 11 novembre 1948, au soir même endroit. Apparition importante. La Sainte Vierge dit. « Je promets à toutes les personnes qui réciteront le chapelet le 2 de chaque mois, que, si elles vont en Purgatoire, j’irai les chercher le lendemain de leur mort pour enfin jouir du bonheur éternel. »
Le lundi 15 novembre 1948, le matin, même endroit. Notre-Dame des étoiles dit : « Je compte sur vous pour tout ce que je vous ai demandé : vous souffrirez beaucoup moralement mais ne craignez rien, je serai toujours avec vous. »
Le mardi 14 mars 1950, le matin même endroit. Marguerite reçoit l’apparition d’un ange. Elle nous apporte aujourd’hui quelques précisions. L’ange se situe toujours à son niveau un genou en terre et toujours de profil par rapport à la voyante. Il ne la regarde jamais mais a le visage tourné vers le Ciel ou l’apparition. Il porte une robe blanche moins lumineuse que celle de la Sainte Vierge mais également cintrée à la taille par une ceinture blanche. Ses ailes ne sont pas visibles mais Marguerite sait bien qu’il s’agit d’un ange. Il semble être en constante contemplation.
Donc, ce jour là, il vient lui dire que Notre-Dame des Etoiles lui apparaîtra de nouveau le 18 mars de cette année. Mais également, de prévoir quelques témoins (si possible qu’il y en ait un au moins qui ne soit pas de sa famille afin de souligner qu’il n’y ait pas de complot entre eux.) Marguerite demande « Est-ce que les témoins verront la Sainte Vierge ? » L’ange répond
« Je ne sais pas, mais s’ils ne la voient pas, on pourra croire aux apparitions à cause de leurs attitudes et de ce qu’ils répondront. »
Le samedi 18 mars 1950, même endroit. La Sainte Vierge demande à Marguerite : « Etes-vous prête à tout abandonner, à tout perdre pour Dieu ? » Celle-ci répond : « Oui, avec l’aide de Dieu, je vous le promets ! » La Sainte Vierge continue : « Demandez aux témoins, si vous le voulez bien, s’ils veulent faire n’importe quoi pour Dieu ? » Un témoin répond : nous le voulons (Thérèse-Marie étant la plus proche de moi) la Sainte Vierge reprend : « Maintenant, je vais vous dire une prière que le monde doit réciter entre chaque dizaine de chapelet : Seigneur, pardonnez-moi tous mes péchés... Seigneur, ayez pitié de ceux qui souffrent... Seigneur, pardonnez à tous ceux qui vous persécutent. »
« Mon Fils est très courroucé car Il voit que le monde ne l’écoute plus. Il ne veut faire ici que des miracles dans l’âme, point du corps. Il répète les désirs suivants : que l’on me fête le 2 mars sous le nom de Notre-Dame des Etoiles, que ce jour-là on récite au moins le chapelet, que l’on assiste à la Sainte messe et que l’on y communie si possible. Que l’on bâtisse une grotte dans la cour de l’école actuelle et à la place déjà indiquée ; que l’on mette la statue telle que je vous ai apparu dans cette cour et à cette même place. Maintenant, je suis satisfaite. Je ne vous apparaîtrai plus, mais ne perdez jamais courage, je suis toujours avec vous car je vous le répète, vous souffrirez beaucoup moralement. Notre Seigneur vous remet vos péchés ainsi que ceux des témoins et toutes les peines dûes pour ces péchés. » La Sainte Vierge disparaît en leur donnant la bénédiction.
Marguerite nous confie aujourd’hui la peine qu’elle a pu porter ce jour-là, en pensant ne plus jamais revoir de ses yeux, ici-bas, Notre-Dame des Etoiles. Il est si difficile de vivre sur cette terre avec les visions du Ciel…
Le 10 décembre 1950. Dans l’intimité de sa chambre, la jeune fille reconnaît l’ange qui apparaît et lui dit : « la Sainte Vierge m’envoie par ordre de Dieu pour te dire que dans ta vie il n’y aura rien d’anormal... » S’en sont suivis des messages plus personnels dont nous ne parlerons pas.

Le jeudi 25 janvier 1951, au soir, dans la chambre. L’ange apparaît et dit : « La Sainte Vierge demande de bien prier pour les pécheurs, tous les adversaires de la foi et pour la paix. Maintenant, regarde à ta droite. (La jeune fille regarde et voit un cœur percé d’un poignard). Il lui dit : « Ce cœur est le Cœur de la Sainte Vierge et le poignard, la souffrance qu’elle éprouve en voyant que les croyants ne pensent pas assez à leurs frères. »
Surprise ! Le dimanche 11 février 1951, dans la petite chambre de Marguerite, Notre-Dame des Etoiles lui réapparaît une dernière fois. Elle lui dit :
« Pénitence, pénitence. Je demande instamment de prier pour les Russes en particulier et enfin, en général, pour tous les communistes, car si les croyants ne veulent pas changer, le monde est en danger. » L’ange me dit : « Dieu a déjà la main levée pour jeter un fléau afin de punir les Chrétiens, mais Sa mère lui demande, le supplie d’attendre car Elle a toujours l’espoir que ça ira mieux. Comme vous avez vu dans le journal, la vie de Pie XII est menacée, elle est plus que menacée, elle est très, très menacée… »
La Sainte Vierge reprend : « Je vous ai apparu encore aujourd’hui, tout d’abord pour vous récompenser de l’attention que vous avez eu à lire et à mettre en pratique l’article qui est paru dans le journal, et ensuite pour encore avertir le monde ». Ensuite la Sainte Vierge lui donne quelques directives à suivre pour sa vocation.
Voici l’intégralité et l’énumération des apparitions de Notre-Dame des Etoiles à cette jeune fille belge, soulagée enfin de pouvoir transmettre une dernière fois le message céleste. En préparant cette interview, il fut très étonnant de constater que pour nous, Français, la ville de Tournai a son importance. En effet, Notre-Dame, en posant le pied dans cette cité, revient dans le berceau de celui qui fut notre premier chef chrétien : Clovis. C’est de ce lieu qu’il partit à Reims pour se faire baptiser, entraînant avec lui tous les Francs dans la chrétienté. Encore plus drôle, l’ancien palais de Clovis et de Sainte Clotilde se situe sous l’actuel évêché. (Le ciel a vraiment de la suite dans les idées !)
Avant de nous quitter, Marguerite, à la silhouette d’une petite trotte-menue, nous accompagne à la voiture. Auréolée de ses cheveux blancs, ses yeux bleus plantés dans les nôtres, elle nous livre : « Vous savez, c’est peut-être en France que sera le plus vénérée Notre-Dame des Etoiles. »
Sachons méditer. Notre-Dame des Etoiles, c’est aussi l’Etoile du matin, celle qui éclaire dans les ténèbres... Notre-Dame des Etoiles, c’est peut-être les 12 étoiles de la Dame de l’Apocalypse pour le triomphe du cœur immaculé de Marie... Bruxelles, c’est aussi le drapeau européen... L’étoile à cinq branches , c’est aussi les cinq plaies mystiques que Marie a portées lors de la Passion (Marie Corédemptrice).
Demandons à Marie de nous guider en chemin pour nous faire traverser les temps de ténèbres, lui tenant fortement la main pour aller vers la Lumière.




Agrandir le plan
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés