Une excellente publication, qui tombe bien.
Émission de Louis Daufresne, le grand témoin.

L’action de grâce (25.04.2011) Jean

Message d'enseignement destiné aux groupes de prières.

"Mes bien aimés frères et sœurs.

Alléluia, Alléluia, le Christ est ressuscité et après avoir laissé éclater toute votre joie, méditez bien sur la si merveilleuse Création. Ainsi vous discernerez à vos côtés toute la présence du Seigneur Dieu.

C’est grâce à vos cinq sens et à votre intelligence que vous pourrez apprécier la prodigieuse création de Dieu. Cette création, qui en plus du ciel, de la terre, du soleil, de la lune et des étoiles est composée d’air, de sources, de fleuves, de lacs, de la mer, de montagnes, de forêts et de vallées. En résumé, c’est tout ce que Dieu a créé, tout ce qu’Il vous est donné d’apercevoir et de ressentir. Ce sont aussi, les diverses espèces du règne animal et du règne végétal, tout cet ensemble environné de diverses odeurs et parfums. Et c’est alors que vous ressentirez votre petitesse et pourrez proclamer : « Que tes œuvres sont grandes, Seigneur ! »

Vous avez été tous créés pour louer Dieu. La louange, l’action de grâce naît toujours dans un cœur aimant et reconnaissant. Il est si bon que la louange soit permanente, quotidienne et en attitude de reconnaissance. Considérez que la vraie louange s’identifiera toujours par votre manière d’être et de vivre.

Oui, il vous appartient de bénir et chanter la vie que vous recevez, bénir et chanter et non de vous lamenter, de vous plaindre, de critiquer comme le font ceux qui ne savent pas regarder et contempler en profondeur leur propre vie.

Souvent les regards des hommes sont remplis d’eux-mêmes. Mais qu’ils prennent le temps de distinguer ce qui est beau. A cet effet, qu’ils se vident d’eux-mêmes pour laisser entrer en eux la beauté de la création, pour qu’ils la magnifient en paroles et en attitudes. L’action de grâce est un geste salutaire, un travail de libération qui décharge les épaules d’un poids lourd : celui de tout considérer comme un dû.

Une bonne vie chrétienne est toute la manifestation de l’Amour de Dieu. Elle est Eucharistie, action de grâces, bénédictions en contemplant, admirant, et surtout en demeurant dans humilité.
Pour être louange, vous avez à ignorer le poids de toutes vos blessures superficielles ou profondes, physiques ou psychologiques et c’est l’action de grâce qui permettra de les porter comme un fardeau léger et non comme un poids pressant et lourd. Chacun à votre mesure vous pouvez offrir votre vie, vos journées, tout ce que vous vivez de facile ou de difficile, vos joies et vos peines, tout offrir au Père par le Christ qui lui-même s’est offert et vous précède dans cette offrande.

Dans tout ce que vous faites, vous êtes appelés à vous rassembler en une Eglise pour célébrer l’Eucharistie. Ainsi, écouter la parole de Dieu, vous mettre en communion les uns avec les autres, et demander pardon pour votre comportement à l’égard des autres qui n’est pas forcément exemplaire. Ainsi, vous offrez au Père, non seulement tout ce que vous faites au cours de vos journées, mais aussi vous offrir comme Jésus et avec Lui. Cette offrande du Christ et de vous-mêmes est une Eucharistie, c'est-à-dire elle est faite en action de grâce pour tout ce que le Père vous a donné en son Fils, en faisant de vous ses enfants.

Le Seigneur Jésus est toujours avec vous pour ne pas vous laisser enfermer dans la souffrance et ne pas vivre dans la plainte sur vous et sur le monde. Avec Lui vous resterez attentif aux autres et travaillerez chacun à votre manière, au moins par la prière si ce n’est par des actions concrètes.

Chers frères et sœurs dans l’amour, avec votre parenté du Ciel, nous vous bénissons au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit

Dans l’espérance, Jean votre messager du Ciel."

Le 13 décembre 1996, le Français Jean Cara, âgé de 43 ans, meurt d'une hémorragie interne. Par locutions intérieures, il adresse à ses parents des messages d'amour, d'espoir et de bonheur par lesquels il leur demande de prier pour les défunts.



Retrouvez les messages de Jean sur son blog :



Jean Messager de la Lumière
65.00 € au lieu de 73.00 €

Medjugorje, Message du 25 avril 2011

« Chers enfants,
comme la nature donne les plus belles couleurs de l’année, ainsi, moi aussi, je vous invite à témoigner par votre vie et à aider les autres à se rapprocher de mon Coeur Immaculé, afin qu’une flamme d’amour envers le Très-Haut germe dans leur coeur.
Je suis avec vous et je prie sans cesse pour vous afin que votre vie soit le reflet du paradis ici sur terre.
Merci d’avoir répondu à mon appel. »

Pour en savoir plus sur Medjugorje

Regina Cœli



Regina Cœli, ou encore Regina Cæli, est une antienne mariale, prière chrétienne dédiée à la Vierge Marie. C'est l'un des quatre hymnes marials du catholicisme. Son titre - en fait les deux premiers mots du texte - signifie «Reine du Ciel» en latin. Son origine remonte au xiie siècle. Cette prière est chantée du jour de Pâques jusqu'au jour de la Pentecôte. Elle se récite à la place de l'Angelus pendant le Temps Pascal. Elle est courte, et elle a quatre rimes plates, un alléluia en refrain et elle se termine par un orémus ou une invocation.
À partir de l'Ascension, les paroles latines du Regina Caeli « Resurrexit sicut dixit » peuvent être remplacées par « Iam ascendit sicut dixit ».
La prière du Regina Caeli remplace la prière de l'Angélus durant tout le temps pascal (de la nuit de Pâques à la Pentecôte), à 7h00 (ou 8h00), 12h00 et 19h00.
Regina Cœli, laetare, alleluia:
quia quem meruisti portare, alleluia.
Resurrexit, sicut dixit, alleluia.
Ora pro nobis Deum, alleluia.
V. Gaude et laetare, Virgo Maria, alleluia.
R. Quia surrexit Dominus vere, alleluia.
Oremus
Deus, qui per resurrectionem Filii tui, Domini nostri Jesu Christi, mundum laetificare dignatus es: praesta, quaesumus; ut, per ejus Genitricem Virginem Mariam, per­petuae capiamus gaudia vitae. Per eumdem Christum Dominum nostrum. Amen
Traduction:
Reine du ciel, réjouis-toi, alléluia
car Celui que tu as mérité de porter dans ton sein, alléluia
est ressuscité comme Il l'a dit, alléluia
Prie Dieu pour nous, alléluia.
V. Sois dans la joie et l'allégresse, Vierge Marie, alléluia.
R. Parce que le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Prions
O Dieu, qui, par la Résurrection de ton Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, a bien voulu réjouir le monde, fais, nous t'en prions, que par la Vierge Marie, sa Mère, nous arrivions aux joies de la vie éternelle. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

"Vivez avec le présent, car Je suis, Moi Jésus, dans votre présent." (24/04/2011) Jésus à Catherine


"Ma bien-aimée,
Vois combien Ma Résurrection donne de joie dans les cœurs qui Me sont fidèles.

Je suis le Christ Ressuscité, et en ce monde Je suis la solution que beaucoup recherchent.

Ne vivez pas sur les restes du passé. Ne vivez pas en vous appuyant sur les vécus de l’humanité et sur vos propres vécus.
Vivez avec les éléments qui se présentent aujourd’hui, vivez avec tout ce qui vous est donné, car les éléments changent et vous ne pouvez vous baser sur un vécu.

Vivez avec le présent, car Je suis, Moi Jésus, dans votre présent. Je suis là aujourd’hui parmi vous et avec vous.
Ma Résurrection est pour aujourd’hui et pour demain. C’est une marche en avant, non pas en arrière.

Avec Moi marchez, et par Moi vous vivrez."
Amen

Merci Jésus


Ce message à été donné à Catherine du Lys de Marie au cours de la Sainte Eucharistie du Dimanche de la Résurrection, 24 avril 2011.
Association « Le Lys de Marie pour les Cœurs Unis » 


© 2010 http://www.coeurs-unis.org/
http://www.lescoeursunis.net/
http://www.delapartdescoeursunis.com/

Ce n'est pas seulement la mort que Jésus a vaincu - Cardinal Hans Urs von Balthasar

Ce n'est pas seulement la mort que j'ai vaincue,
et pas seulement le péché, c’est aussi son opprobre,
la honte infâme, la lie amère de ta faute,
et ton remords et ta mauvaise conscience :
tout cela a disparu sans laisser plus de traces
que la neige qui font au soleil de Pâques.
Maintenant tu me regardes si franchement dans les yeux,
avec une telle liberté et une mine si innocente,
tu me regardes avec plus d’aisance encore
que ne s’élève un chant de printemps,
et ton regard est jusqu’au fond aussi bleu
que le ciel pur au-dessus de nous, de telle sorte
que je dois bien te croire quand tu dis :
“ Oui, Seigneur, tu sais bien que je t’aime !”
C’est là mon cadeau de Pâques à ton adresse :
ta bonne conscience, et tu dois le recevoir
avec une bonne conscience, ce cadeau,
car je veux, au jour de ma victoire,
ne voir autour de moi aucun coeur aigri.
Cardinal Hans Urs von Balthasar
“ Le coeur du monde”
éditions D.D.B.


Publié et diffusé par « L’Icône de Marie » BP 43 22160 Callac de Bretagne.
L’enseignement des Pères de L’Eglise d’Orient et d’Occident, des moines du désert, d’auteurs chrétiens, du Pape.
Si vous souhaitez diffuser cet enseignement - paroisse - catéchèse ... faites la demande à notre adresse en précisant le N°355 et la quantité souhaitée : moyen d’enseignement, il n’est pas précisé de prix, qui est laissé à votre entière liberté.
Tél : 02 96 45 94 25 Ces textes sont aussi disponibles sur le site : www.iconedemarie.com

Le Miracle de Saint-Christ (21 juin - 17 juillet 1979)

Cliquer sur les images pour les agrandir
Le Miracle de Saint-Christ désigne l’ensemble des faits surnaturels qui se sont déroulés entre le 21 juin et le 17 juillet 1979, dans une maison ayant appartenu à un prêtre, à Saint-Christ, petit village d’une province de France.

Ce Miracle affecte une statue du Sacré-Coeur provenant du sanctuaire du « Christ-Roi, Prince de la Paix et Maître des nations ». Ce sanctuaire, édifié rue Tournefort à Paris par les bénédictines du Saint-Sacrement, entre 1935 et 1940, fut démoli en 1977.

Le jeudi 21 juin, jour octave de la Fête-Dieu, une Hostie d’origine inconnue apparaît sur la poitrine de la statue du Sacré-Coeur. Le vendredi 22 juin, fête du Sacré-Coeur, un coeur sanglant se forme au centre de l’Hostie.

Le Révérend Père Paul Guigon (15 juillet 1913 - 4 février 2001, prédicateur de retraites de Saint Ignace), présent sur les lieux au moment des faits, a suivi et consigné jour après jour les différentes phases du Miracle, à la demande du Chanoine Dominique Ridolfi (17 février 1918 - 22 novembre 1987, curé doyen de huit paroisses de Corse, auteur de l’ouvrage « Simon Pierre, rocher biblique », Apostolat des Editions, Arpajon, 1965), avec lequel il correspondait. L’Hostie apparait légèrement déformée sur la plupart des photographies, ceci étant la conséquence des aspersions d’eau bénite effectuées par le Père Guigon, conformément au Rituel Romain.

La chronologie qui suit est un résumé succinct rédigé par le Chanoine Ridolfi à partir du rapport détaillé du Père Guigon. Les illustrations qui l’accompagnent sont des reproductions de photographies prises par des témoins du miracle en 1979.


La chapelle du « Christ-Roi, Prince de la Paix et Maître des nations » à Paris, d'où provenait la statue du Miracle de Saint-Christ.

Ce sanctuaire dédié au Christ-Roi s'élevait au 16 rue Tournefort, sur le terrain du monastère des dames bénédictines du Saint-Sacrement. Sa construction fut lancée en 1935 par le cardinal Verdier, archevêque de Paris, et les supérieures du monastère, suite aux apparitions du Christ à l'une des religieuses, Olive Danzé, en religion Soeur Marie du Christ-Roi (*). Notre-Seigneur lui avait fait connaître son désir d’avoir un trône dressé sur la montagne Sainte-Geneviève, sous la forme d'une chapelle consacrée au triple vocable :

« Christ-Roi, Prince de la Paix et Maître des nations ».

Les dons affluèrent et le sanctuaire fut achevé vers 1940. Mais curieusement, l'année suivante, un ordre émanant de Rome força Soeur Olive à quitter le monastère de la rue Tournefort. Malgré la bienveillance du Pape Pie XII à son égard (il lui accordera une audience en 1953),

Soeur Olive ne put jamais réintégrer son monastère parisien et mourut en 1968 à Plogoff, dans sa Bretagne natale. Pendant ce temps, le monastère de la rue Tournefort se vidait et menaçait de fermer. Alors que les promoteurs immobiliers se présentaient, quelques catholiques tentèrent de sauver le sanctuaire du Christ-Roi. Mais les autorités religieuses ne s’impliquèrent pas, et les bâtiments du monastère de la rue Tournefort furent vendus.

Le sanctuaire du Christ-Roi fut démoli en février 1977, puis remplacée par un immeuble résidentiel. Les statues du sanctuaire, dont celle du Sacré-Coeur, furent recueillies par des particuliers et placées dans des oratoires privés.

(*) La vie de la mystique bretonne Olive Danzé, bénédictine du Saint-Sacrement à Paris, a été relatée par le Père Bourcier et Monsieur Jean-Baptiste Roussot dans leurs ouvrages respectifs :
- « La messagère du Christ-Roi », BOURCIER RP, Editions Résiac, Montsûrs, 1992.
- « La Colombe de France - La vie et la mission de soeur Marie du Christ-Roi », ROUSSOT J-B, Editions Résiac, Montsûrs, septembre 2001.



Chronologie concise du Chanoine Ridolfi tirée du rapport du Père Guigon

« Jeudi 21 juin 1979. Une hostie de petite dimension d’origine inconnue apparait sur la poitrine du Sacré-Coeur.

Vendredi 22 juin. Fête du Sacré-Coeur.
- 8h30 : Une tache rouge en forme de coeur se dessine au centre de l’Hostie.

Il est intéressant de comparer ces faits avec les visions de Soeur Marie du Christ-Roi, dite Soeur Olive. Extraits tirés de « La Colombe de France - La vie et la mission de soeur Marie du Christ-Roi », ROUSSOT J-B, Editions Résiac, Montsûrs, septembre 2001, pages 49 et 58-59 :

Le jeudi 3 février 1927 : « le matin, vers six heures, Soeur Olive vit au-dessous du ciel de lit, vers le pied, une Hostie lumineuse, avec un coeur rouge au centre, des gouttes de sang en découlant. D’une croix, également dans l’Hostie, sortaient des rayons. Soeur Olive appela sa petite soeur infirmière, disant : " Soeur Marie-Cécile, l’Hostie !... ". Après un moment de recherche, la jeune Soeur, approchant du lit, vit aussi l’Hostie miraculeuse. Vite, elle courut chercher la Mère Maîtresse, mais pendant ce temps, l’Hostie disparut, " comme une étoile filante " ajouta Soeur Olive. »

Le jeudi 3 mars 1927 : « lorsqu’à six heures du matin, l’infirmière Soeur Marie-Cécile entra dans la cellule de Soeur Olive, elle vit au-dessous du ciel de lit une Hostie entourée de rayons lumineux ayant un coeur au centre. Soeur Olive, qui voyait l’Hostie depuis une heure du matin, et était restée en adoration devant Elle, demanda aussitôt à Soeur Cécile un mouchoir propre. En effet, l’Hostie lumineuse à son apparition avait d’abord au centre le Visage de Notre-Seigneur. Puis cette douce image s’effaça et laissa place à un Coeur d’où coulait une Goutte de Sang. Dès le début de la Vision, Soeur Olive étendit les bras et resta en perpétuelle adoration, mais elle s’inquiétait de la goutte de sang, craignant de La voir tomber sans pouvoir la recueillir. Soeur Marie-Cécile lui donna un mouchoir blanc : à peine était-il étendu sur le lit que la petite Goutte de Sang tomba. Après avoir adoré elle-aussi pendant quelque temps la Sainte Hostie et le Précieux Sang, la petite Soeur infirmière alla chercher la Mère Maîtresse. Mais pendant ce temps, comme la première fois, l’Hostie Miraculeuse disparut. Il en était tombé des parcelles, de toutes petites parcelles dont les une étaient presque pulvérisées, les autres tâchées de sang, mêlées à une petite poussière brillante. »


Du samedi 23 juin, 17h30, au jeudi 28 juin, 14h10.
L’Hostie vient se placer au coeur d’une rose rouge déposée dans un vase devant la statue.

Nuit du samedi 23 juin au dimanche 24 juin.
- 02h00 du matin : Un sang vif perle sur la plaie de la main droite.

Mercredi 27 juin.
Le sang coule du côté gauche du coeur.
Les corporaux placés sous la statue présentent des taches rouges.

Vendredi 29 juin.
-09h30 : La main gauche saigne.
Le sang s’écoule en plusieurs filets et se coagule.


Samedi 30 juin.
-15h00 : Des larmes de sang apparaissent au niveau des yeux et coulent jusqu’aux fossettes en touchant l’aile du nez.
-21h00 : Le sang apparait sur le front à l’emplacement de la Couronne d’Epines, à la naissance des cheveux.

Lundi 09 juillet.
-10h30 : L’Hostie a un rayonnement intense et discret.
-11h45 : La barbe du Christ est tachée de sang et des gouttes s’échappent de la commissure des lèvres qui apparaissent tuméfiées.
Les joues saignent à leur tour.


Mercredi 11 juillet.
Traces de sang autour du cou, filets de sang qui s’écoulent des tempes, arcade sourcilière droite portant deux meurtrissures, paupières supérieures enflées, visage tuméfié et violacé, couleur cendrée.
Le front est barré de plaies rouges.
C’est l’ « ECCE HOMO » dans son attitude sacrificielle de Prêtre et de Victime.

Jeudi 12 juillet.
Les deux poignets portent la trace de cordes et saignent.
L’oeil gauche est particulièrement tuméfié.
Le front saigne davantage.
Le nez sur toute sa longueur est marqué d’un filet de sang et porte un petit hématome.
La croix du coeur a de nouveau un sang vif à gauche.

Vendredi 13 juillet.
Le sang coule de nouveau sur le cou et se coagule peu à peu.

Lundi 16 juillet.
Fête de Notre-Dame du Mont Carmel.
Le sang apparaît à la base du creux du cou.
C’est le dernier écoulement. »


KERIZINEN

En méditant sur le Miracle de Saint-Christ, le Chanoine Ridolfi fut saisi par la correspondance des faits avec les Messages de Notre-Seigneur à Kérizinen. Ceux-ci avaient été donnés à Jeanne-Louise Ramonet, paysanne bretonne favorisée par des apparitions du Christ et de la Sainte Vierge. Nous citons ici quelques-uns de ces Messages (*) :

Jeudi 21 juin 1962. - (Apparition du Sacré-Coeur : durant toute cette semaine le Sacré-Coeur apparaîtra non plus vêtu de brun, mais de blanc).

A travers les âges, J’ai révélé Mon Amour Eucharistique. Je ne Me lasse pas de Le répéter. Tu noteras chaque jour Mes paroles, au cours de cette semaine eucharistique. Ne fais point d’effort pour les retenir, comme par le passé. Je serai ta mémoire pour les écrire.

Comprenez-vous assez que J’ai créé l’Hostie par amour, pour être la Vie de votre vie ?

Pour vous faire monter, Je descends, Je M’anéantis, Je Me fais votre esclave. La communion, c’est la force qui s’unit à la faiblesse, la sainteté à la misère. J’entre dans vos âmes en leur apportant un torrent de grâces. Je leur donne Mes richesses selon le degré d’amour qu’elles possèdent. J’aime à demeurer en elles pour que, de pauvres et misérables, elles deviennent saintes.

Voyez comme Je suis Bon, combien l’Amour que Je porte à Mes créatures est Grand ! Et pourtant, Je suis si peu aimé. Beaucoup Me considèrent comme un obstacle à leur bonheur.

Vendredi 22 juin 1962. - De vos jours, plus que jamais, les hommes sont avides de voir des miracles, d’entendre des nouveautés. Et le plus beau de tous les miracles passe inaperçu pour un grand nombre : c’est Mon Eucharistie.

Beaucoup désireraient même Me voir extérieurement ; mais toutes ces faveurs extérieures que J’accorde ne valent pas une seule communion : elle vous donne l’Auteur de tout bien. Venez souvent au pied de Mes autels ; vous entendrez les battements de Mon Coeur Eucharistique, qui sont des battements d’Amour. Mon Coeur vivant dans l’Hostie est un miracle constant, perpétuel. Que vous faut-il de plus ? »

(*) Ces messages sont tirés de l’ouvrage de Raoul Auclair sur la vie de Jeanne-Louise Ramonet, ainsi que sur les Apparitions et les Messages qu’elle reçut à Kérizinen (Plounevez-Lochrist, Finistère) :« Kerizinen - Apparitions en Bretagne », AUCLAIR R, Nouvelles Editions Latines, Paris, 1965.
Messages 54, 55, 60 et 61, pages 158-159, et 162 à 165.


« Jeudi 28 juin 1962. - Je frappe à toutes les portes, peu Me répondent. Venez communier, âmes généreuses, pour Me dédommager des froideurs et des oublis de tant de chrétiens indifférents et ingrats, pour réparer les outrages de toutes sortes dont Je suis la Silencieuse Victime dans le Sacrement de Mon Amour. Quelle douce pensée de pouvoir vous dire : « Par cette communion, je rends à Jésus la Gloire que Lui ravissent les pécheurs et les sacrilèges ».

Car Mon Tabernacle Eucharistique devient trop souvent le véritable cachot du Jeudi Saint ! Tout ce torrent d’insultes, d’opprobres et de blasphèmes de cette nuit, n’est rien en face de ce torrent qui, depuis vingt siècles, envahit Ma Pieuse Demeure Eucharistique.

Les trahisons, les sacrilèges, l’abandon, souillent Ma Figure Adorable et transpercent Mon Coeur. J’ai faim et soif d’amour. Je vous tends les bras comme Je le ferais à Ma Mère. Je vous appelle dans un geste d’Amour. Aidez-Moi ! Aimez-Moi !

Vendredi 29 juin 1962. - Venez auprès de Mes tabernacles, amis de Mon Coeur. Je veux vous révéler une Plaie toujours vive, comme la Plaie saignante qu’une de vos fautes a faite à Mon Côté, Blessure cruelle entre toutes, comme les pleurs que M’arrachent, hélas, les bons qui se disent Mes amis.

Cette Plaie accuse la tiédeur des justes, des Miens. Oh, comme ils Me blessent le Coeur en Me mesurant leur amour !

Il y a des milliers d’âmes qui seraient déjà saintes si elles s’étaient plongées généreusement dans l’abîme de Mon Coeur où elles naquirent à la vie spirituelle. Toutes ces âmes M’appartiennent de droit ; mais la tiédeur les arrête et paralyse l’élan de leur coeur. Ce sont de belles âmes, mais qui ne vibrent pas pour l’intérêt de Ma Gloire. Elles Me voient enchaîné, et seul, dans Ma prison eucharistique ; mais Ma solitude ne leur parle pas au coeur. Elle les fatigue au contraire.

Oh, comme elles sont malheureuses, ces pauvres âmes ! Un froid glacial les tue et Me blesse en même temps. Ne sachant que Me dire, à Moi, leur prisonnier d’amour, elles partent et Me laissent, comme les apôtres, aux prises avec Mes angoisses. Mais vous, âmes généreuses, qui avez soif de Mes larmes si amères, réparez, aujourd’hui, la Blessure cruelle faite à Mon Coeur par le manque de délicatesse et de générosité d’un si grand nombre des Miens.

Pour dissiper la tristesse qu’ils provoquent en Moi, faites des communions réparatrices, chantez-Moi des cantiques d’amour ardent, d’amour réparateur. Chantez Ma Gloire dans le triomphe de Mon Coeur, et J’oublierai toutes leurs offenses, à cause de vous. Regardez, encore une fois, cette large et profonde Blessure : elle M’a été faite par ceux de Mon propre foyer.

Vous qui brûlez d’une flamme céleste de charité, ayez pitié de Moi ! Je cherche partout des âmes fidèles, des apôtres, à qui Je puisse faire des confidences. Mais J’en trouve si peu ! Parce que Je prêche, Je rachète et sanctifie les âmes sur la Croix. Or, cette Croix, la plupart de Mes amis l’ont en horreur.

Mais vous, qui M’aimez sincèrement, offrez-Moi votre amour, vos sacrifices, vos désirs de sainteté. Offrez-Moi souvent vos communions réparatrices. Soyez des apôtres de feu. Gagnez-Moi des âmes. Contemplez Mon Coeur qui a tant aimé les hommes. Contemplez-Le, rassasié d’opprobres dans l’Hostie Divine.

Entendez les palpitations de Son Amour. Regardez les flammes de Charité qui Le dévorent. Petites âmes, hosties simples et bien oublieuses de vous-mêmes, voici Mon Coeur : Je vous Le donne en échange du vôtre, chétif et ingrat. L’acceptez-vous ? Alors tendez-Moi vos mains, ouvrez-Moi vos âmes pour recevoir le don suprême de Ma Miséricorde Rédemptrice. Gardez les yeux fixés sur la Blessure de Mon Coeur et contemplez, à travers cette Plaie Divine, ce Coeur qui vous a tant aimé : Le voici tout vôtre dans le buisson ardent du Saint Autel, dans la Sainte Eucharistie.

Hélas, non, Mon Amour, Mon Grand Amour n’est pas aimé ! Et Je ressens les angoisses de l’Agonie ! Ames réparatrices, arrachez, aujourd’hui, les épines qui encerclent Mon Coeur ! Heure de bonheur pour vous, mais surtout heure de Gloire pour Moi, Dieu captif, qui vous offre Mon Amour, mais qui attends le vôtre en retour.

Soyez Mes anges consolateurs. Soutenez-Moi dans Mon Agonie Mystique. Venez ! Voici Mon Coeur qui n’a jamais cessé de vous aimer. Accourez avec empressement, car Je veux vous Le confier comme un Gage de Résurrection.

Venez ! Et en échange de Mon Coeur, donnez-Moi le vôtre. Consacrez-Moi vos âmes et votre vie entière, avec ses joies et ses souffrances. Soyez à Moi : Je ne demande que votre amour. Aimez-Moi ! Gagnez-Moi des âmes. Offrez-vous en holocauste pour l’extension de Mon Règne d’Amour ! Car si vous saviez la soif d’Amour, d’immense Amour, qui Me dévore au Sacrement de l’Autel !

Ces Messages, Je vous les donne comme si Je vous parlais du fond de Mes tabernacles. Et lorsque Je Me communique à une âme, Je Me communique à toutes. »



Message d’Amour et de Miséricorde

OEuvre de Rédemption.

Le Chanoine Ridolfi écrivait en 1979 au sujet du Miracle de Saint-Christ : « La tempête se prépare et le Tout Puissant a donné au Message d’Amour et de Miséricorde (…) sa marque indélébile - son sceau d’authenticité (…) »(Le Chanoine Ridolfi étant le père spirituel de l’âme privilégiée du Message d’Amour et de Miséricorde). Nous donnons ici quelques-uns des Messages de cette révélation privée, (Extraits du livret « Message d’Amour et de Miséricorde - OEuvre de Rédemption », Centre Marial, 1973).

« Ma Passion Mystique.

27 octobre 1972. - Voici venu le moment où Je vais renouveler pour vous cette mort qui vous a valu le Pardon de votre Dieu. Voici l’heure, et Je vous demande de bien comprendre que c’est par vos fautes que Je subis de nouveau cette douloureuse Passion Mystique.

Oui Je désire que vous compreniez la grandeur et la gravité des évènements que vous vivez, et que vous sachiez que Je vous ai choisis de toute éternité afin de vous avoir auprès de Moi, vous qui savez aimer.

9 novembre 1972. - Soyez auprès de Moi au moment où J’offrirai à Mon Père le Sacrifice de Ma Mort Mystique. Je prie pour que vous sachiez demeurer à Mes Côtés en ces moments où tous M’abandonnent.

16 novembre 1972. - Je suis à l’Agonie.
Que vous compreniez que la mesure est comble et que Je ne Me ferai plus connaître qu’à ceux qui désirent Me trouver et M’aimer, -car voici l’heure - et Je vous offre de nouveau ce Sacrifice afin que le Monde soit sauvé.

23 novembre 1972. - Vous devez comprendre dans quel état de délaissement et d’abandon est laissé le Fils de l’Homme… Je suis arrivé à la limite de ce que Je peux endurer de votre part car, ouvertement, le Monde a crucifié de nouveau le Fils de Dieu fait Homme par Amour - crucifié de nouveau par la haine de ceux qui ne veulent pas Le reconnaître - et crucifié plus encore par l’indifférence de ceux qui Le connaissent et qui Le trahissent.

4 décembre 1972. - Voici l’heure de ma Passion Mystique et ce sont ceux qui devraient être auprès de Moi qui M’abandonnent. C’est l’heure du reniement car les meilleurs Me quittent et préfèrent se mettre du côté de Mes bourreaux.

7 décembre 1972. - Je suis Mort par Amour. Dans très peu de temps Je renouvellerai ce Sacrifice et Je désire que ceux qui savent aimer soient à Mon Grand Bonheur présents à Mon Chevet - et que ceux qui ont su Me demeurer fidèles aient part à Ma Gloire.

8 décembre 1972. - Devenez ces donnés à Mon Père afin que Celui-ci vous place auprès de Moi en ces heures de grande affliction, et que vous sachiez vous montrer dignes de ce que, dans Mon Amour, J’attends de chacun d’entre vous. Alors vous aurez su donner à votre Dieu à l’Agonie ce témoignage de votre amour, et vous demeurerez en Ma Présence dans ce drame qui se prépare, où beaucoup se donneront à Satan pour avoir négligé de se fortifier en ayant recours à Moi qui suis donné en Sacrifice.

2 janvier 1973. - … Aucun de ceux que Je Lui confie (Mon Père) et qui auront su participer à Ma Mort Mystique ne verront leur sacrifice demeurer donné à son OEuvre de Rachat sans en recevoir le centuple…
Que vous sachiez vous en souvenir dans les moments que vous allez connaître car cela sera pour vous d’un grand réconfort.

7 janvier 1973. - Voici que Je meurs de nouveau afin de pouvoir sauver le plus grand nombre.

13 janvier 1973. - Vous êtes ceux que Mon Père Me donne pour Me consoler en ces heures où tous Me donnent dans leur vie des marques d’indifférence, de doute et d’abandon - car vous savez que ceux qui Me crucifient de nouveau sont ceux qui, M’ayant connu et aimé, Me rejettent dans un pur geste d’orgueil.

18 janvier 1973. - Ce sont les péchés contre l’Esprit qui Me donnent de douloureux élancements à ce Coeur qui vous aime d’un Amour infini.

18 janvier 1973. - Vous allez recevoir Mon Sacrifice aussi donnez-Moi ce que vous êtes afin que Je puisse vous présenter à Mon Père qui saura vous donner à Moi. Ainsi dans Mon Agonie, vous êtes ces doux anges de consolation donnés à Celui qui donne de nouveau Sa Vie pour vous sauver et qui meurt dans des conditions beaucoup plus douloureuses car - dans celles-ci - ceux qui Me mettent à mort savent ce qu’ils font… et vous êtes là pour Me donner votre amour comme ceux qui se tenaient au pied de la Croix avec Ma Très Sainte Mère - aussi vous en serez éternellement récompensés.

18 janvier 1973. - Sous peu Je serai Mort. Vous devez vous tourner vers Ma Très Sainte Mère qui vous gardera en Sa Protection toute spéciale.

19 janvier 1973. - Voici que Je meurs d’avoir été mal aimé de ceux qui auraient dû Me donner dans leurs douloureux problèmes tout l’amour et tout le respect qui Me sont dûs - alors J’aurais pu venir à leur aide.

Lire la suite
Merci à Petitrémi

Si vous aviez compris les Ecritures, vous n’auriez pas dit: «Les Ecritures me suffisent.» - Jésus à Vassula

La vraie vie en Dieu - Extrait

— Vassula… Mon enfant, Je t’ai transformée en un autel sur lequel J’ai placé Mon office prophétique, t’accordant toutes sortes de possibilités de chanter Mes Paroles, afin que leur son soit entendu dans chaque sanctuaire(1); Je t’ai remplie, à Mon délice, de paroles mystérieuses pour élever Mon Nom et atteindre les terres et les peuples distants… J’ai fait fleurir(2) cette terre pour encourager ceux qui dans Mon silence perdaient l’espérance, afin qu’ils gagnent l’espérance et revivent; J’ai fait, comme Je l’ai dit, fleurir cette terre, mais beaucoup, au lieu de se réjouir, sont restés indifférents, et leur indifférence a piétiné avec rage tout ce qui fleurissait, jurant en Mon Nom seulement comment ils allaient détruire tout ce qui fleurit. C’était leur préoccupation quotidienne.

Je suis Dieu et Je suis puissant à pardonner et à répandre la colère. J’ai donné accès à chaque être humain de M’atteindre; J’ai donné autant d’accès à chaque nation pour qu’elle lise Mon Hymne d’Amour.

Beaucoup ont ignoré Mes paroles. Solennellement, Je vous demande à tous: qu’avez-vous fait des Ecritures?

Les Ecritures sont un miroir qui Me reflète.
Comment se fait-il, si vous dites que vous connaissez les Ecritures, que vous ne reconnaissiez pas Mon discours?
Comment se fait-il que vous contredisiez si facilement la vérité?

Je vous le dis, si vous ne Me reconnaissez pas maintenant dans Mes paroles, c’est simplement que vous ne connaissez pas ni ne comprenez les Ecritures qui sont une clé du Saint-Esprit.

Si certains d’entre vous disent: «Nous n’avons pas besoin de cette révélation prophétique, nous ne sommes pas obligés de l’écouter ou de la lire, parce que les Ecritures nous suffisent et nous pouvons apprendre d’elles toute la connaissance», Je vous demande, dans votre incrédulité: «Savez-vous pourquoi vous ne croyez pas et savez-vous pourquoi vous êtes si indifférents et déterminés à fermer votre cœur?

Savez-vous pourquoi vous ne cherchez rien au-delà d’Elles?»

C’est parce que vous n’avez pas le Saint-Esprit qui aurait pu vous élever de l’obscurité vers Sa Lumière, éclairant votre âme pour qu’elle voie le Fils avec le Père se manifestant à vous. Le Saint-Esprit aurait soufflé en vous un souffle de résurrection vous revigorant, vous donnant vie en Moi. Une âme qui est morte peut-elle comprendre les Ecritures et les mettre en pratique si elle n’est pas vivante?

Si vous aviez compris les Ecritures, qui sont un miroir reflétant Mon Image, vous n’auriez pas dit: «Les Ecritures me suffisent.»

Non, Mon ami, les Ecritures ne suffisent pas si tu ne possèdes pas le Saint-Esprit. C’est par la Lumière du Saint-Esprit que la Révélation peut être comprise, et tout ce qui semblait alors d’impénétrables mystères dans les Ecritures, et scellé, deviendra alors connaissable et clair, parce que la clé de la connaissance te sera donnée par l’Esprit.Cependant, Je te dis en vérité: celui qui M’a volontairement accepté — même maintenant alors que Je parle —, est béni, parce qu’à travers Moi, il reçoit la connaissance et la Sagesse d’une manière si prodigieuse que c’est comme s’il avait lu toutes les Ecritures! Il sera lui-même comme un livre sonore, portant en lui les divines inspirations que l’on obtient par la grâce.

Alors, Ma fille, lorsqu’il lira les Ecritures, il verra non seulement les mots mais, comme tu en as fait l’expérience, Vassula, il verra le sens profond spirituel de son contexte avec son œil spirituel.

Donc, ne vous opposez pas à Mes envoyés, qui sont comme un livre sonore et un office de prophétie; ils viennent de Moi; ils ne révèlent pas plus que ne contiennent les Ecritures, mais ils sont un guide pour vous; ils guident votre vie d’une manière nouvelle, pour que vous viviez vraiment en Moi, améliorant votre vie, vous donnant espérance et consolation.

Je peux transformer n’importe qui d’un être misérable en une cathédrale. Ne juge pas et Je viendrai à toi pour que tu conçoives Mes paroles en réalité. Les Ecritures sont l’Image de Moi ton Dieu; ne les sous-estime pas non plus mais ne dis pas que tu les connais, alors que tu es loin de Me connaître.

Observe les Commandements et accomplis leurs paroles pour que tu aies une vision de Moi. Accomplir Ma Parole conduira ton âme à Me connaître. Alors, et alors seulement, tu deviendras dieu par participation et non par la règle.

N’as-tu pas compris la signification de: «Ecoute volontiers tout discours venant de Dieu»? As-tu écouté ?
Les actions de chaque créature sont devant elle. Désastres, fléaux, famines, afflictions, guerres, sang et mort ont remplacé Mes fleurs(3), maintenant, par votre propre main et par vos péchés.

Depuis de nombreuses années maintenant, J’ai béni cette terre desséchée, venant sur vous comme une rivière, la trempant comme une inondation par Mes bénédictions; J’ai déployé des signes dans le ciel et Je vous ai envoyé Mes anges pieds-nus pour enflammer, par Ma Parole, vos cœurs, génération; Je les ai envoyés vous avertir qu’à moins que vous vous repentiez, que vous priiez et fassiez réparation pour vos péchés, amendant vos vies, et à moins que vous estimiez Mon Saint Sacrement et que vous viviez saintement, unis, Me plaçant comme un sceau dans votre cœur, vous attirerez sur vous, par votre propre faute, tous les maux de la terre. Tout ce qui vient de la terre retourne à la terre. Le monde entier est rempli de tant de mal.

Je vous ai demandé de retourner à Moi, mais Ma semence(4), étant morte, ne M’a pas entendu, et a continué sans cesse à M’offenser. Eh bien! regardez: le ciel et les Cieux au-dessus tremblent à Ma Visitation(5). Les montagnes et les fondations de la terre tremblent de vos iniquités.
Mais qui s’est inquiété lorsque Je vous ai avertis, il y a dix ans, de la rétribution qui était à venir si vous ne vous repentiez pas ?
Qui a tenté de comprendre Ma manière de faire ?
Et maintenant, dites-Moi, qui va rapporter si justice a été faite ?
L’un d’entre vous s’attendait-il que les Tours s’effondrent par vos propres péchés et maux ?
Et cependant, ah! Je vous avais avertis, mais votre actif commerce a rempli votre génération de violence et, au lieu de vous appuyer sur le sein du Père, vous reposant sur Lui, vous êtes décédés au moment-même où vous avez préféré vous appuyer sur l’or et l’argent. Et cependant, votre table reste vide à ce jour.

Je suis votre Banquet, votre Richesse, et si Moi Dieu, Je ne suis pas devenu toutes ces choses pour vous, comment pouvez-vous attendre d’obtenir votre récompense dans le ciel ?

Sans égard à ce que vous êtes et qui vous êtes, Je veux votre bien-être. C’est pourquoi J’administre Mes paroles aux simples qui, à travers l’office prophétique que J’ai installé en eux, iront jusqu’à vos pieds déposer ce noble trésor à vos pieds. De plus, Je les ai renouvelés par le Saint-Esprit, afin que ce qu’ils auront à dire, qu’ils vous instruisent ou corrigent des erreurs, ils le fassent avec pleine autorité; J’ai demandé à ces chères âmes d’abandonner tout ce qui ne les menait pas à Moi, et de n’avoir qu’une seule ambition qui est le bien-être de Mon Eglise, et d’être prêtes à combattre tous les maux tentés contre Mon Corps mystique.

Oui, bien sûr, elles seront persécutées à cause de leurs actions, et leur existence sera considérée par les morts comme une menace. Mais Je les ai ointes. Et si, à certains, elles apparaissent insignifiantes à leurs yeux, à Mes Yeux Je les estime plus que tous les joyaux réunis, ainsi que toutes les royautés et trésors impériaux. A Mes Yeux, elles sont aimables et nobles puisque c’est Moi qui les ai élevées. Ointes de l’huile de Mes Cours, elles attireront de grandes foules pour reconstituer Mon Corps Mystique, l’Eglise, qui est tombé en ruine par la négligence des bergers.

— Seigneur, Tu en es conscient, c’est l’une des raisons pour lesquelles je suis persécutée: c’est parce que Tu blâmes la hiérarchie !
— Je sais. Mais la parole t’a été donnée et Je t’ai formée pour t’envoyer dans ce monde apostasié, pour parler en Mon Nom. Les bergers sont divisés, opposés les uns aux autres. Ils vivent dans un délabrement spirituel, et si certains portent encore Ma Croix volontiers et avec zèle pour Ma Maison, ceux-là également sont persécutés par ces transgresseurs.
Peuvent-ils dire qu’ils (6) M’obéissent ponctuellement?
S’ils répondent « oui », alors expliquez-Moi votre division. La division est un péché.
Sûrement, vous connaissez la signification de: «Tout royaume divisé contre lui-même est voué à la dévastation et nulle maison ou cité divisée contre elle-même ne tiendra.»(7) Le signe distinctif de la foi manque en eux: l’amour n’y est plus… Même si cette division n’est pas venue directement d’eux mais de leurs ancêtres, ils attisent ce feu qui vient de sous la terre (8), le maintenant vif.

Alors, maintenant, Je demande à Mes bergers de se repentir, de M’offrir une véritable metanoïa (9), pour permettre, par cette puissance colossale, qu’ait lieu une transfiguration.

Une véritable metanoïa est la porte qui conduit les âmes des ténèbres à la lumière…
ic
Notes:
1. J’ai compris que Dieu entend par là: les âmes.
2. En envoyant des bénédictions.
3. Les fleurs représentent les bénédictions.
4. Nous.
5. En d’autres termes: tellement est évidente et puissante la manifestation de Dieu à travers ce message.
6. Les transgresseurs.
7. Mt 12,25.
8. L’enfer.
9. Mot grec formé de deux racines : meta, qui veut dire « au-delà, changement, transformation » et noûs, « esprit, intellect ». Le mot français « repentir » est parfois utilisé pour traduire métanoïa, mais l’expression « conversion de l’esprit » transmet mieux la profondeur du sens spirituel qui est entendu lorsque les Pères nous parlent de la métanoïa.

Merci à Jean

La communauté de Taizé

« Depuis ma jeunesse, je pense que jamais ne m’a quitté l’intuition qu’une vie de communauté pouvait être un signe que Dieu est amour, et amour seulement. Peu à peu montait en moi la conviction qu’il était essentiel de créer une communauté avec des hommes décidés à donner toute leur vie, et qui cherchent à se comprendre et à se réconcilier toujours : une communauté où la bonté du cœur et la simplicité seraient au centre de tout. »
(Frère Roger, Dieu ne peut qu’aimer, p. 40)





Tout a commencé en 1940 lorsque, à l’âge de vingt-cinq ans, frère Roger quitta le pays de sa naissance, la Suisse, pour aller vivre en France, le pays de sa mère. Il avait été immobilisé pendant des années par la tuberculose pulmonaire. Durant cette longue maladie, il avait mûri en lui l’appel à créer une communauté.

Au moment où commença la Seconde Guerre mondiale, il eut la certitude que, comme sa grand-mère l’avait fait pendant la Première Guerre mondiale, il devait sans tarder venir en aide à des gens qui traversaient l’épreuve. Le petit village de Taizé, où il se fixa, était tout proche de la ligne de démarcation qui coupait la France en deux : il était bien situé pour accueillir des réfugiés fuyant la guerre. Des amis de Lyon se mirent à indiquer l’adresse de Taizé à ceux qui avaient besoin d’un refuge.

À Taizé, grâce à un prêt modique, frère Roger acheta une maison, abandonnée depuis des années, avec ses dépendances. Il proposa à l’une de ses sœurs, Geneviève, de venir l’aider à accueillir. Parmi les réfugiés qu’ils hébergèrent, il y eut des juifs. Les moyens matériels étaient pauvres. Sans eau courante, ils allaient chercher l’eau potable au puits du village. La nourriture était modeste, en particulier des soupes faites avec de la farine de maïs achetée à peu de frais au moulin voisin.

Par discrétion vis-à-vis de ceux qu’ils accueillaient, frère Roger priait seul, il allait souvent chanter loin de la maison, dans le bois. Pour que certains des réfugiés, juifs ou agnostiques, ne soient pas gênés, Geneviève expliquait à chacun qu’il valait mieux que ceux qui le voulaient prient seuls dans leur chambre.

Les parents de frère Roger, sachant leur fils et sa sœur exposés, demandèrent à un ami de la famille, officier français à la retraite, de veiller sur eux. En automne 1942, il les avertit que leur activité avait été découverte, et que tous devaient partir sans retard. Jusqu’à la fin de la guerre, c’est donc à Genève que frère Roger a vécu et a commencé une vie commune avec ses premiers frères. Ils purent revenir à Taizé en 1944.


En 1945, un jeune juriste de la région mit sur pied une association pour prendre en charge des enfants que la guerre avait privés de famille. Il proposa aux frères d’en accueillir un certain nombre à Taizé. Une communauté d’hommes ne pouvait pas recevoir des enfants. Alors frère Roger demanda à sa sœur Geneviève de revenir pour s’occuper d’eux et devenir leur mère. Les frères accueillirent aussi le dimanche des prisonniers de guerre allemands internés dans un camp proche de Taizé.

Peu à peu quelques jeunes hommes vinrent rejoindre les premiers frères, et le jour de Pâques 1949, ils étaient sept à s’engager ensemble pour toute l’existence dans le célibat, la vie commune et une grande simplicité de vie.

Dans le silence d’une longue retraite, au cours de l’hiver 1952-1953, le fondateur de la communauté écrivit la Règle de Taizé, exprimant pour ses frères « l’essentiel permettant la vie commune ».

Plus d'information sur http://www.taize.fr


Agrandir le plan

Dans le Jardin de la vie… - Saint Bernard

Aquarelle de Martine

Il me faut avertir chacun de vous à propos de sa vigne.
Qui a tranché en lui-même absolument tout le superflu,
au point qu'il puisse penser ne plus rien avoir à tailler ?
Croyez-moi, ce qui est taillé repousse, ce qu'on a chassé
revient, et on voit se rallumer ce qui était éteint et se
réveiller ce qui était endormi.
Il ne suffit donc pas de tailler une seule fois, mais il faut
s'y remettre souvent, et même si possible, sans arrêt.
Car, à moins de se faire illusion, c'est sans arrêt qu'on
trouve en soi quelque chose à tailler. Aussi loin que tu progresses,
tu te trompes bien si tu penses que tes mauvais
penchants sont morts, ils ne sont que réprimés.
Un seul conseil face à un si grand danger : il faut rester
sur ses gardes très attentivement et dès que les pousses
taillées réapparaissent, les couper aussitôt… sans pitié.
Saint Bernard
(1090-1153)
Publié et diffusé par « L’Icône de Marie » BP 43 22160 Callac de Bretagne.
L’enseignement des Pères de L’Eglise d’Orient et d’Occident, des moines du désert, d’auteurs chrétiens, du Pape.
Si vous souhaitez diffuser cet enseignement - paroisse - catéchèse ... faites la demande à notre adresse en précisant le N°253 et la quantité souhaitée : moyen d’enseignement, il n’est pas précisé de prix, qui est laissé à votre entière liberté.
Tél : 02 96 45 94 25 Ces textes sont aussi disponibles sur le site : www.iconedemarie.com

Ouverture du Livre de Vie (Dozulé) - par Jean-Pierre Jouanneault


Le 7 juillet 1978, Jésus apparaît à Madeleine : assis, devant une table comme un autel, mais l’autel qui est dans la chapelle n’y était plus; c'était une table toute blanche, comme de la pierre blanche. Sur cette table, des livres étaient ouverts, six ou sept, je ne sais pas exactement. Puis un autre livre, ouvert également, que Jésus tient dans Ses Mains. Il me dit :
« Voulez-vous avoir la gentillesse de dire ceci à haute voix? »
« Attention, vous tous qui tenez voilées les Paroles prophétiques qui vous ont été remises, le livre que Je tiens entre Mes Mains, c'est le LIVRE DE VIE, que Mon Père vient de Me donner le pouvoir d'ouvrir, et c'est sur cette montagne bénie et sacrée, lieu qu'Il a choisi, que va se rénover toute chose. C'est ici que vous verrez la Cité Sainte, la Jérusalem nouvelle.
Et voici qu'apparaîtra la demeure de Dieu parmi vous. Mais alors se frapperont la poitrine ceux qui luttent et refusent d'entendre les paroles que cette humble servante a prononcées.
Vous à qui J'ai demandé d'annoncer Mon Message, vous êtes coupables de laisser le monde dans l'ignorance de ce qui doit arriver bientôt. Ne vous appuyez pas sur votre propre réflexion. Pourquoi luttez-vous puisque Je vous ai donné Ma Grâce dogmatique? Par pitié, Je vous demande de M'écouter, Mon Cœur déborde de Miséricorde. »
Jésus se lève. La Table disparaît et Il me sourit longuement.
« Aujourd'hui encore vous Me voyez, mais vous ne Me verrez plus, et cependant Je continuerai de vous visiter par Mon Corps et par Mon Sang. Mais quand cette Croix sera élevée de terre, là vous Me reverrez. Car à ce moment-là, Je dévoilerai aux Églises les Mystères qui sont écrits dans le LIVRE DE VIE qui vient d'être ouvert. »

Le Livre de Vie et son ouverture furent annoncés par l’Apocalypse de St Jean
« Ensuite, je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône. Des livres furent ouverts. Un autre livre encore fut ouvert, le livre de vie. Les morts furent jugés selon ce qu'ils avaient fait, d'après ce qui était écrit dans les livres. » Apoc 20.12
« Quiconque n'avait pas son nom inscrit dans le livre de vie fut jeté dans le lac enflammé. » Apoc 20.15
« Mais rien d'impur n'entrera dans cette ville, ni personne qui se livre à des pratiques abominables et au mensonge. Seuls entreront ceux dont le nom est inscrit dans le livre de vie, qui est celui de l'Agneau. » Apoc 21.27
L’Apocalypse de l’Apôtre Saint Jean est le livre des Révélations données par Jésus pour les temps qui précèdent les Tribulations, c'est-à-dire le Grand Avertissement, où nous verrons l’état de notre âme, ce qui est écrit dans le Livre de Vie, et les Châtiments annoncés qui suivront.

Pour en savoir plus sur Dozulé

Servir Dieu et indiquer le bon chemin (18.04.2011) Jean

Message d'enseignement destiné aux groupes de prières

"Mes bien aimés frères et sœurs,

Il y a de nombreuses personnes qui ne connaissent pas Dieu et d’autres qui ne veulent pas le reconnaître car elles s’imaginent que la vie ne peut exister que sur terre. D’autres par contre, adhèrent au Nouvel-Age et se créent un Dieu à leur mesure, aussi parfois deviennent-elles les jouets du démon. Dans ces conditions, il est évident que ces hommes s’éloignent du bonheur et courent à leur perte. Votre intime devoir est d’agir au maximum pour les sauver et donc, de les écouter et sans les brusquer les convaincre qu’ils marchent sur la mauvaise route.

Reportez-vous à la Bible qui vous enseigne de servir Dieu et donc les hommes pour les Sauver. Servir Dieu, c'est L'aimer, et L'aimer, c'est Le servir et donc à travers Lui, servir le prochain.
Vous vivez au cœur d'un monde qui vous propose chaque jour de nouvelles valeurs à vivre, et qui ébauche des modèles de cultures critiquables et parfois dangereux. Et c’est au cœur d’un monde qui vous poursuit de propositions de tous ordres que la tentation est grande pour certains, de se créer des idoles. Qu’ils soient convaincus que toute idolâtrie les rend esclaves à bien des égards, de l'argent et du matériel en un mot de tous les plaisirs malsains si souvent mis en relief. (à méditer) Et c’est ainsi que Dieu et le prochain ne sont plus pour eux des priorités.

Les personnes les plus démunies sont en général victimes du culte de l'argent. Effectivement, ce qui constitue une des grandes pauvretés est bien le manque du juste partage des biens et des ressources planétaires.
C’est l’asservissement du « moi » qui fait reculer les frontières de la solidarité. Et ce comportement crée un profond déséquilibre dans les relations entre les peuples et même entre les individus. A cet effet, méditez les conséquences des événements et disfonctionnement actuels que ce soit l’imprévisibilité des centrales nucléaires du Japon et de bien d’autres pays ainsi que ces guerres civiles de la Lybie et en gestation dans bien de pays d’Afrique, du Moyen Orient et même en Extrême Orient.

Comprenez que votre avenir est bien dans les mains de Dieu. Il est votre Père, un Père qui aime chacun de vous et qui ne désire que votre bonheur car vous êtes son bien le plus précieux.

Le Seigneur prend soin de toutes les créatures qu'il a engendrées. Pour le Seigneur vous valez bien plus que tous les oiseaux du ciel et l'herbe des champs. Il vous invite instamment à en tirer toutes les conséquences et à vous en remettre à Lui dans une confiance absolue.

Ecartez-vous de tout soucis et ne désespérez jamais car le Père du Ciel sait mieux que vous de quoi vous avez besoin. N’oubliez pas que le danger qui guette chacun de vous est de perdre de vue l'essentiel et de vous détourner du vrai chemin.

Soyez certains qu’en cherchant le Royaume de Dieu et Sa justice, le Seigneur règnera en vous et vous serez libérés de tous vos esclavages et deviendrez les porteurs de Son amour auprès de tous vos frères et sœurs.

En cette Semaine Sainte, prenez le temps de contempler Jésus en Croix et vous dire : qu’Il est l’Amour en personne qui a donné Sa vie pour vous. Cherchez-Le avec les yeux de votre cœur plus qu’avec ceux du corps.

Avec toute votre famille du Ciel, sous la Lumière du Père Eternel, tout l’Amour du Seigneur Jésus, de Sa maman et des frères du Ciel qui m’accompagnent, nous vous bénissons au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Jean, votre messager du Ciel."

Le 13 décembre 1996, le Français Jean Cara, âgé de 43 ans, meurt d'une hémorragie interne. Par locutions intérieures, il adresse à ses parents des messages d'amour, d'espoir et de bonheur par lesquels il leur demande de prier pour les défunts.



Retrouvez les messages de Jean sur son blog :



Jean Messager de la Lumière
65.00 € au lieu de 73.00 €

Nouvelles des Enfants de Medjugorje - Avril 2011

Le 18 avril 2011

Chers enfants de Medjugorje, loués soient Jésus et Marie !

1 -  Le 2 avril 2011, Mirjana reçut son apparition mensuelle à la Croix Bleue, entourée d’une immense foule qui couvrait le Podbrdo. Après l'apparition, elle nous transmit le message suivant :
« Chers enfants ! Par amour maternel je désire ouvrir le coeur de chacun de vous et vous enseigner l'unité personnelle avec le Père. Afin de l'accepter vous devez comprendre que vous êtes importants pour Dieu et qu'il vous appelle individuellement. Vous devez comprendre que votre prière est la conversation d’un enfant avec le Père, que l'amour est le chemin sur lequel vous devez cheminer, l'amour envers Dieu et envers votre prochain. Mes enfants, c'est l'amour qui n'a pas de limite, c'est l'amour qui naît dans la vérité et va jusqu'au bout. Suivez-moi, mes enfants, afin que les autres, en reconnaissant en vous la vérité et l'amour, vous suivent. Je vous remercie ! » 
La Vierge nous a invités une fois encore à la prière pour nos bergers. Elle a dit : « Ils ont une place spéciale dans mon coeur, ils représentent mon Fils ».

2 – Je reviens émerveillée d'un long voyage en Asie du Sud-Est. Voici quelques flash un peu rapides...
Kota Kinabalu (Malaisie), alors que nous étions en train de prier (en chantant) le chapelet de la Divine Miséricorde, un des assistants dont la vue était complètement floue, commença à voir nettement, et cette netteté alla en augmentant dans la journée. Merci Jésus !
A Kuching (Malaisie), notre amie Maria fut alertée par un collègue de travail très angoissé, père de famille, dont l'enfant était né prématuré à 7 mois. Or, le bébé devait subir une opération dangereuse, car il avait de l'eau dans le cerveau (hydrocéphalie). Maria décida d'aller prier pour l'enfant, et elle prit avec elle des pétales de rose bénis par la Vierge à Medjugorje. Les parents de l'enfant sont anglicans, et ils acceptèrent cette prière. Maria dit au père de poser le pétale sur la tête de l'enfant et de prier un “Je vous salue Marie“, prière qu'il connaissait. Le lendemain, jour de l'opération, celle-ci fut annulée car le liquide avait disparu tout seul. Le médecin ne s'expliquait pas comment. Merci Marie !
A Jakarta (Indonésie), un couple vint écouter les messages de Medjugorje lors d'une de nos réunions, et ils y amenèrent leur fille. Comme j'expliquais comment Satan agit aujourd'hui subtilement chez les gens, à travers certaines pratiques occultes, en imposant par exemple le port d'amuletes, de talismans ou autres objets distribués par des sorciers (déguisés en personnes charitables), la jeune fille se sentit visée. En effet, elle portait autour du cou un objet qu'une personne lui avait conseillé de porter pour “avoir de la chance“, en lui disant : “Attention, ne le retire jamais, car si tu le retirais il t'arriverait malheur !“ Ses parents, avertis par elle après la réunion, lui demandèrent de jeter cet objet, mais la jeune fille avait trop peur et elle pleurait. Toutefois, elle décida de le donner au prêtre qui était présent. Le soir même, elle envoya un message à ses parents pour les remercier, car depuis qu'elle s'était débarassée de l'objet, elle éprouvait une paix intérieure encore jamais expérimentée à ce degré-là dans sa vie; tout son corps était libéré d'une lourde oppression qui la tenait auparavant, au niveau de la colonne et de la tête. Cette fois-ci, elle pleurait de joie et elle se rapprocha de Jésus ! La peur avait disparu. Merci Jésus !
En Chine, j'ai pu visiter des orphelinats tenus par des soeurs catholiques, et j'ai été particulièrement touchée par l'un d'eux dans le nord du pays. Toutes ces soeurs sont jeunes. Leur travail consiste à récupérer les bébés abandonnés et à en prendre soin. En effet, selon la loi chinoise, les familles n'ont droit qu'à un seul enfant (deux dans de rares cas); alors si cet enfant naît handicapé, certaines familles veulent en avoir un autre, et elles déposent anonymement l'enfant blessé devant la porte des soeurs. Cet orphelinat comprend autant de soeurs que d'enfants, et il y a autant de demandes de postulats que de soeurs... Certains enfants sont dans de grandes souffrances. Il n'est pas difficile de voir en eux le visage de Jésus innocent et crucifié.
Comme nous nous approchons du Vendredi Saint, je remercie Dieu de m'avoir ainsi montré son Fils en agonie, et aussi la grandeur de la mission de ces soeurs qui Le soignent avec tant de dévouement et d'amour. Elles connaissent la valeur de la souffrande offerte au Père avec celle du Christ, et leur vie est comme une messe permanente. Là où l'être humain n'est pas considéré dans son éternité mais évalué selon son efficacité terrestre, ces soeurs sont un signe lumineux, un soleil qui éclaire la Chine. En cette Semaine Sainte, que leur exemple nous inspire, et que notre humble prière les soutienne ! Un jour, dans la lumière éternelle de Dieu, nous verrons avec surprise lesquels d'entre nous étaient les plus beaux sur cette terre, et quelles grâces nous devons à l'offrande cachée de ces petits co-rédempteurs, méprisés et rejetés par le monde.

– “Il est vivant ! Il est réel !“
A Singapour, j'ai retrouvé un ami, rencontré un jour à Medjugorje, le père Michael Lim, un “Bébé-prêtre“ (appelé ainsi car il a été ordonné le mois dernier) et qui a un beau témoignage. D'origine  chinoise bien que né à Singapour, bouddiste, il ne connaissait rien de la foi chrétienne et tenait à en rester éloigné. Sa soeur aînée, Violet, tomba gravement malade durant l'adolescence; elle dut subir beaucoup d'opérations douloureuses, dont une qui faillit la tuer, et son état ne faisait que s'agraver. Clouée sur sa chaise roulante, elle était un sujet de grandes peines pour sa famille , impuissante à l'aider.
En juin 1995, Rose (catholique) conseilla à Michael d'amener sa soeur dans une église où se préparait une prière de guérison de style charismatique. Michael accepta car il était prêt à tout tenter pour aider sa soeur. Durant la prière, il se sentit inconfortable, il trouvait tout bizarre et même ridicule. Les gens priaient les uns pour les autres, levaient leurs mains sans vergogne et bénissaient Dieu à haute voix, choses étranges pour lui. Il se demandait où il était tombé !
Rose lui dit alors de prier Jésus pour qu'il envoie l'Esprit Saint à travers le prêtre, afin qu'il guérisse Violet. Michael ne comprit rien à ces paroles. Mais pour la 1ère fois, il s'adressa à Jésus et lui dit: “Fais-la marcher, et je croirai en toi !“ Le prêtre s'avança et pria pour Violet; puis il lui dit: “Maintenant, mets-toi debout !“ C'est alors que Michael écarquilla les yeux, stupéfait : il vit Violet se mettre debout, puis marcher, puis courir dans l'église ! Il fut bouleversé jusqu'au fond de l'être et il se disait avec stupeur : “My goodness! He is alive! He is real!“ (“Incroyable ! Il est vivant ! Il est réel !“). Il se mit à pleurer, pleurer... Ce jour-là sa vie bascula complètement. Il rechercha avidement tout ce qui existait sur le catholicisme. Il découvrit la Bible, et il la dévora en moins de 60 jours, de A à Z.  Il ne pouvait pas s'en séparer, il la lisait des heures par jour, comme un assoiffé qui a enfin trouvé de l'eau vive pour se désaltérer et qui ne peut pas la quitter même du regard. Son âme désirait tellement le Dieu Vivant !
Bien sûr l'histoire ne s'arrête pas là, mais je peux dire qu'après cet évènement, toute sa famille se fit baptiser. Michael fut accepté au séminaire à l'âge de 38 ans. Il a été ordonné prêtre le 25 mars dernier, pour l'Annonciation. Il dit à ses paroissiens: “ J'ai mis 35 ans à trouver Dieu, mais vous, vous l'avez reçu dès la naissance ! Et vous voulez vous en débarasser ? Ecoutez-moi: ne le lâchez jamais !“
Oui, Jésus est vivant ! A Pâques, nous allons célébrer notre joie d'avoir un tel Dieu, non fabriqué de main d'homme et impuissant à sauver, mais réel, bien vivant; et son nom est Amour ! Son nom est “Dieu sauve“, Ieshua !

4 – La mémoire liturgique du bienheureux Jean-Paul II sera célébré le 22 octobre, pour les diocèses de Rome et de Pologne, d’après un décret de la Congrégation pour le Culte Divin. Ce jour-là est celui de son intronisation, six jours après son élection comme pape, le 16 oct 1978.
N’oublions pas que c’est lui, Jean-Paul II, qui nous a donné sœur Faustine et son merveilleux message ! La neuvaine à la Divine Miséricorde commence le Vendredi Saint et se termine le dimanche après Pâques, en la Fête de la Divine Miséricorde. Ne manquez pas cette occasion ! D’immenses bénédictions ont été promises par Jésus à la sainte, pour notre temps ! (Voir PS2)

5 – Si vous ne recevez plus les messages ni les nouvelles de Medjugorje (en français), écrivez à contact@edm.eu.com

Chère Gospa, par compassion d’amour, tu as participé aux souffrances de ton Fils Jésus, et aux joies de sa Résurrection. Ouvre nos cœurs à son amour pour qu’en ce Triduum Pascal, il ne frappe pas en vain à notre porte, mais trouve en nous ses vrais amis.

Soeur Emmanuel +
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PS 1. Nouveau ! Le CD sur l’Adoration est sorti à Maria Multimedia, ainsi que le double CD sur "Maryam de Bethléem, la Petite Arabe" (par Sr Emmanuel). Aussi, 2 CD remarquables : "Prier le chapelet avec JP II" et « Vie de Jean Paul II » (par Christine Baud, lu par Etienne Dalher). En ce temps de question sur l’avenir du monde, écoutez aussi :"C’est le temps de la Miséricorde » ; « Le chapelet de la miséricorde » ; « Jésus à Sr Faustine » ; « La plus belle Messe de ma vie » et le double CD sur la Confession5€ à l’unité, 8€ pour un double CD + port. Tél : 0299099210 - BP 22, F - 35750 Iffendic, France -www.mariamultimedia.com - contact@mariamultimedia.com
PS 2.  Le texte de la Neuvaine se trouve dans le « Petit Journal » de sr Faustine (que tout catholique devrait avoir !), et se trouve sur notre site internet Enfants de Medjugorje : http://www.edm.eu.com
PS 3. Faites des cadeaux utiles ! Téléchargez les CD sur Medjugorje du site catholique www.exultet.net . Vous y trouverez aussi plus de 4000 CD des meilleurs prédicateurs, 11000 titres de musique et 1500 partitions.
PS 4. Visionnez les célébrations de Medjugorje en direct (live) ! Sur le lien de la paroisse : http://www.medjugorje.hr/fr/multimedia/tv-web/
PS 5.  Offrez "L'Enfant caché de Medjugorje" 17,50 € et "Le triomphe du coeur" 13,50 €, « Guérisons et délivrances par le Jeûne » 3€, de Sr Emmanuel. Ed. Des Béatitudes - En librairie ou à Maria Multimedia (Contact en PS1) Ajouter 4,50 € de port global. Versions étrangères, voir www.childrenofmedjugorje.com
PS 6.  Inscrivez-vous ! Recevez chaque mois l'email des 'Nouvelles de Medjugorje' par sr Emmanuel.
En français: contact@edm.eu.com
En anglais et allemand : Pray@childrenofmedjugorje.com 
En italien : info@vocepiu.it
En croate : rsilic@yahoo.com
En portugais : medjugorjeport@yahoo.com
En chinois : delai.teresa@gmail.com
Le site childrenofmedjugorje.com offre ces Nouvelles en français et en d'autres langues.
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés