Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il

Credo in unum Deum / Je crois en un seul Dieu (Symbole de Nicée-Constantinople)




Le Credo (en latin : « Je crois ») est la profession de foi de la majorité des chrétiens. Il en existe plusieurs versions:
- le Symbole de Nicée (credo in unum Deum, je crois en un seul Dieu) (concile de Nicée, 325 après J.-C.)
- le Symbole des apôtres (credo in Deum, je crois en Dieu)
Le Credo constitue un résumé de la foi chrétienne.

Le Credo tel qu'il fut fixé par les Conciles de Nicée (325) et de Constantinople (381), peut être traduit comme suit :
« Je crois en un seul Dieu, Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre et de toutes les choses visibles et invisibles.
Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Dieu issu du Dieu, lumière issue de la Lumière, vrai Dieu issu du vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait, qui pour nous, les hommes, et pour notre salut est descendu des cieux. Il s'est incarné du Saint-Esprit par la Vierge Marie, et s'est fait homme. Crucifié pour nous aussi, sous Ponce Pilate Il a souffert et a été enseveli ; Il a ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures et Il est monté au ciel ; Il siège à la droite du Père et pour la seconde fois Il va venir en gloire juger les vivants et les morts, Lui dont le règne n'aura pas de fin.
Je crois en l'Esprit saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, qui procède du Père et du Fils, qui est à la fois adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les Prophètes.
Je crois l'Église une, sainte, catholique (dans le sens d'universel : c'était avant le schisme entre les Églises) et apostolique.
Je reconnais un unique baptême pour la rémission des péchés, et j'attends la résurrection des morts et la vie des siècles à venir. Ainsi soit-il. »
Texte en Latin
« Credo in unum Deum, Patrem omnipotentem, factorem caeli et terrae visibilium omnium et invisibilium. Et in unum dominum Iesum Christum, Filium Dei unigenitum, et ex patre natum ante omnia saecula. Deum de Deo, Lumen de Lumine, Deum verum de Deo vero, genitum, non factum, consubstantialem Patri : Per quem omnia facta sunt. Qui propter nos homines et propter nostram slutem descendit de caelis. Et incarnatus est de Spiritu Sancto ex Maria Virgine, et homo factus est. Crucifixus etiam pro nobis sub Pontio Pilato; passus et sepultus est, et resurrexit tertia die, secundum Scripturas, et ascendit in caelum, sedet ad dexteram Patris. Et iterum venturus est cum gloria, iudicare vivos et mortuos, cuius regni non erit finis. 
Et in Spiritum Sanctum, Dominum et vivificantem : qui ex Patre Filioque procedit. Qui cum Patre et Filio simul adoratur et conglorificatur : qui locutus est per prophetas. 
Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam. 
Confiteor unum baptisma in remissionem peccatorum. Et exspecto resurrectionem mortuorum, et vitam venturi saeculi. Amen. »

Les sept fausses dévotions à la Sainte Vierge - Saint Louis-Marie de Montfort

Au début du XVIII° siècle saint Louis-Marie de Montfort trouvait sept sortes de faux dévots.

Il n'a rien perdu de son actualité. Il existe aujourd'hui, et faisons notre examen de conscience :

- des chanteurs qui font un couplet à Marie sans changer leur vie adultère...,
- des intellectuels orgueilleux qui méprisent l'expérience vécue...,
- des scrupuleux qui, souvent par esprit « œcuménique », nient la fonction de Marie...,
- des gens qui prétendent travailler pour Marie mais n'apportent qu'eux-mêmes, écrasant autrui sur leur passage...,
- des inconstants qui papillonnent...,
- des hypocrites qui suivent un groupe sans authenticité intérieure...
etc.

Voici donc un extrait de ce que disait saint Louis-Marie de Montfort, dans son Traité de la vraie dévotion (avec ses numéros de paragraphe).

92. Je trouve sept sortes de faux dévots et de fausses dévotions à la Sainte Vierge, savoir: 1 les dévots critiques; 2 les dévots scrupuleux; 3 les dévots extérieurs; 4 les dévots présomptueux; 5 les dévots insconstants; les dévots hypocrites; 7 les dévots intéressés.

93. Les dévots critiques sont, pour l'ordinaire, des savants orgueilleux, des esprits forts et suffisants, qui ont au fond quelque dévotion à la Sainte Vierge, mais qui critiquent presque toutes les pratiques de dévotion à la Sainte Vierge que les gens simples rendent simplement et saintement à cette bonne Mère, parce qu'elles ne reviennent pas à leur fantaisie. Ils révoquent en doute tous les miracles et histoires rapportés [...] et ils les accusent d'idolâtrie, comme s'ils adoraient le bois ou la pierre.

94. Les dévots scrupuleux sont des gens qui craignent de déshonorer le Fils en honorant la Mère, d'abaisser l'un en élevant l'autre. [...] C'est un fin piège du malin, sous prétexte d'un plus grand bien [...] puisqu'on ne va à elle que comme à la voie pour trouver le terme où on va, qui est Jésus.

96. Les dévots extérieurs sont des personnes qui font consister toute la dévotion à la Très Sainte Vierge en des pratiques extérieures;
ils vivent
sans amendement de leur vie,
sans violence à leurs passions
et sans imitation des vertus de cette Vierge très sainte.
Ils n'aiment que le sensible de la dévotion, sans en goûter le solide. [...]

97. Les dévots présomptueux sont des pécheurs abandonnés à leurs passions, ou des amateurs du monde, qui, sous le beau nom de chrétien et de dévot à la Sainte Vierge, cachent ou l'orgueil, ou l'avarice, ou l'impureté, ou l'ivrognerie, ou la colère, ou le jurement, ou la médisance, ou l'injustice, etc.; [...]
Ils se promettent qu'ils ne seront pas damnés parce qu'ils disent leur chapelet, parce qu'ils jeûnent le samedi, parce qu'ils sont de la confrérie du Saint Rosaire ou Scapulaire, [...] etc.
Quand on leur dit que leur dévotion n'est qu'une illusion du diable et qu'une présomption pernicieuse capable de les perdre, ils ne le veulent pas croire.

98. Rien n'est si damnable, dans le christianisme, que cette présomption diabolique; car peut-on dire avec vérité qu'on aime et qu'on honore la Sainte Vierge, lorsque, par ses péchés, on pique, on perce, on crucifie et on outrage impitoyablement Jésus-Christ son Fils? Si Marie se faisait une loi de sauver par sa miséricorde ces sortes de gens, elle autoriserait le crime, elle aiderait à crucifier et outrager son Fils; qui l'oserait jamais penser?

101. Les dévots inconstants sont ceux qui sont dévots à la Sainte Vierge par intervalles et par boutades: [...] Il vaut mieux ne pas se charger de tant de prières et pratiques de dévotion, et en faire peu avec amour et fidélité, malgré le monde, le diable et la chair.

102. Il y a encore de faux dévots à la Sainte Vierge qui sont des dévots hypocrites, qui ouvrent leurs péchés et leurs mauvaises habitudes sous le manteau de cette Vierge fidèle, afin de passer aux yeux des hommes pour ce qu'ils ne sont pas.

103. Il y a encore des dévots intéressés, qui ne recourent à la Sainte Vierge que pour gagner quelque procès, pour éviter quelque péril, pour guérir d'une maladie, ou pour quelque autre besoin de la sorte, sans quoi ils l'oublieraient; et les uns et les autres sont de faux dévots, qui ne sont point de mise devant Dieu ni sa sainte Mère.

Saint Louis-Marie de Montfort,
Traité de la vraie dévotion (avec ses numéros de paragraphe)

Pour découvrir ce que sont les "vrais dévots", lisez Le Secret de Marie, résumé du Traité de la vraie dévotion que saint Louis-Marie de Montfort rédigea à la fin de sa vie, véritable testament spirituel.

source

Apparitions de Luz de Fatima


Des groupes de prière, à la demande de la Vierge

Au bout de la route de terre ocre, à 7 km de Villascanas, voici l'ermitage San Gregorio, fermé; son puits blanchi à la chaux et à sa gauche, le hangar-chapelle Luz de Fatima. En ce 13 octobre, nous sommes en plein coeur de la Mancha, écrasée de soleil et bien connue depuis don Quichotte, à 70 km au sud de Madrid (entre Tolède et l'ex- résidence royale d'Aranjuez, au bord du Tage). A côté de la chapelle où trône Notre-Dame de Fatima au milieu des fleurs, une maisonnette recouvre un autre puits - dont l'eau serait miraculeuse -, couronnée d'une deuxième statuette, trois colombes blanches à ses pieds. Là se réunissent, chaque 13 du mois, depuis le 13 mai 1989, le groupe fervent qui entoure Epifania Tirado, rebaptisée «Luz (Lumière) Epifania» par la Vierge Marie.

Premiers faits fondateurs surprenants... Tout avait commencé par un groupe de prière, pour les âmes du Purgatoire, chaque mardi au cimetière de Villascanas, vers 1985 - auquel Epifania, femme simple, illettrée et robuste, qui travaillait aux champs, ne venait pas. De famille communiste, elle était athée. Par un concours d'amitiés, typiquement ibérique, elle se rendit pourtant le samedi 2 août 1986, dans un important lieu de manifestations d'Espagne, «par curiosité». Mais voici qu'elle y tombe en extase, au pied de l'arbre des apparitions, et y voit la Vierge, sous la forme de Notre-Dame de Fatima (elle devait La revoir par la suite avec son «Manteau de douleur»).

Retournement. Le Ciel place alors sur son chemin, le 12 décembre 1986, Pilar Gimenez et sa mère, Dona Pilar Nuno de la Rosa, catholiques ferventes, dont le frère et fils Jésus avait été miraculeusement guéri d'un cancer, en 1978-1979, suite à l'un de leurs nombreux pèlerinages au Portugal. Pilar accueille Epifania, désorientée devant ce qui se passe, par ces mots: «Si ce qui t'arrive vient de Dieu, jamais je ne te tournerai le dos.» Elle et sa mère devaient l'aider, devenant ce qu'on appelle ici, «les deux piliers» de ces apparitions.(1) Ensuite, les choses s'enchaînent dans une progression continue, comme «menées par une main invisible». Le 10 janvier 1987, Epifania entre en extase, devant tout le groupe de prière du cimetière, qu'elle avait rejoint. (2). C'était la première d'une série d'extases (terminées en ce lieu, en avril 1989) où la mystique, par ailleurs qualifiée par la Vierge Marie de «petite âme», se mit à parler de choses qu'elle ignorait totalement: par exemple des «trois jours de ténèbres» ou des visions qu'elle recevait de la vie du Seigneur. Le 12 mai 1987, la Vierge Marie demande à Epifania «d'aller à pied, le lendemain à l'ermitage San Gregorio- à 7 km de là -, où devait être célébrée la messe annuelle, suite au voeu et zèle de la famille Gimenez-Nuno de la Rosa, évoquée plus haut. Pas moins de cinquante personnes participent à cette marche: Epifania y reçoit une extase et on voit aussi le «soleil tourner». Ce n'est pas fatigués mais en chantant, qu'ils arrivent pour une messe fervente.... C'est vers cette époque, un mardi, qu'Epifania voit le Seigneur qui, lui imposant les mains, lui dit: «Prends Mes mains car désormais tes mains seront comme les Miennes: ne les refuse à personne qui te les demande en mon Saint Nom». Depuis, elle connaît l'état des consciences et impose les mains: on fait état de certaines guérisons; mais toujours, elle ressent, dans son propre corps, la maladie du visiteur... éberlué du diagnostic. On parle aussi de communions mystiques et de multiplications d'aliments et d'objets (Rosaires), début 1988.

* * * 

Entre en scène alors «le troisième pilier», une nouvelle aide, Marta Santa Ollala, femme de culture (par ailleurs très liée aux Cénacles de Dom Gobbi). Concrètement, elle donne à Epifania «des papiers à remettre à la Sainte Vierge». Cela tombe à pic: comme la voyante ignore tout du contenu des dits papiers, ce sera Notre-Dame qui lui expliquera ....qu'ils recèlent précisément la façon de mettre en pratique ce qu'Elle venait justement de lui demander, quelques instants auparavant: la création de «cénacles d'oraison» (pour laïcs), - terme dont la voyante ignorait également le sens. Pour obéir immédiatement à Notre-Dame, caractéristique de ce lieu semble-t-il, trois premiers cénacles sont aussitôt organisés, l'un chez Pilar mère, deux autres dans un village voisin, qu'Epifania vient «inaugurer au nom de la Vierge». Ces cénacles se multiplient rapidement dans les superbes villages de Vieille Castille et à présent, jusqu'en Madrid.

Marches encore, et feux: la Chapelle Le 13 mai 1988, tous, castillanes de plus de soixante ans comprises, reprennent le chemin de la messe à san Gregorio. Alors Marie demande que «le 13 de chaque mois, tous se réunissent à l'ermitage, pour réciter le Rosaire». Là, le curé ferme l'ermitage. Le 13 juin 1988, en présence de nombreux fidèles, l'extase a lieu devant la porte close: Epifania y voit notre Mère, à l'intérieur, qui dit: «Ma maison doit être ouverte pour tous mes enfants.» On lutte, mais en vain, pour obtenir les clefs. Décidemment persévérants, tous reprennent leur marche, le 13 juillet, par la chaleur accablante que l'on imagine. Récitation du Rosaire à l'extérieur, et communion mystique. (3) Mais voici que, toujours en extase «et comme guidée par une main invisible», Epifania poursuit sa marche, prenant la direction d'une fabrique de farine(4). Puis s'arrêtant soudain, elle dit simplement: «Ici». Pour délimiter le lieu indiqué par le Ciel, on commence à poser quelques pierres. Mais lorsque l'une des présentes, qui dirige un cénacle, apporte la sienne.... un éclair de lumière surgit: tout l'endroit commence alors à brûler de feux qui ne consument pas (5). Tous ouvrent leurs parapluies... apportés pour se protéger du soleil: le feu redouble de force sur des mottes de terre et les rares touffes d'herbe. C'est en ce jour mémorable que la Vierge Marie, baptisa les lieux «Luz de Fatima» et demanda «un autel».

De l'ardente obéissance, aux Vigiles Obéissant immédiatement aux ordres du Ciel, on improvise sur-le-champ une table rectangulaire démontable sur laquelle est placée, le 13 août suivant, une statue de Notre-Dame de Fatima. On fonctionne ainsi, jusqu'à ce que Marie précise à Epifania qu'elle «devait construire un autel définitif». Après trois jours de prière, on se risque à demander à acheter ce bout de terrain au propriétaire, Emilio. Qui «ne voulant rien refuser à la Vierge», ne le vend pas mais le donne, en novembre . Les travaux commencent après le plus gros de l'hiver, très rude sur ces hauts plateaux, en février 1989. Pourtant, interruption en mars: lorsque la mairie tente d'interdire ces petits travaux, sur une propriété privée (et par la même occasion, ferme le cimetière au groupe de prières du mardi - qui continuera de se réunir, devant la porte). Problème liquidé en avril: bonnes volontés et matériaux offerts affluent «tout seuls», et tout est fini, sans aucun plan préalable, pour le 13 mai 1989. Devant le premier autel, piédestal de la Notre-Dame, on ajoute même un second, susceptible de servir à la célébration du culte. On couvre aussi le puits. Voilà que lors d'une extase, le 13 décembre 1989, Epifania contemple «des rayons de lumière qui faisaient tourner et bouillonner l'eau» - auparavant non potable, mais désormais «bénie», bue et emportée.... Nouvelle étape de cette marche ascendante, le premier samedi de février 1993, où Marie demande «qu'on célèbre une Vigiledans cette chapelle». Expliquant le 13 février, que «cela consiste à se réunir avec Moi, pour se remémorer et méditer la Passion du Seigneur». C'est ainsi que depuis mars 1993, les fidèles se rassemblent également chaque premier vendredi, pour un Via Crucis - devant des «stations» apportées aussitôt. Nuits où Epifania, «âme victime», souffre face aux scènes de la Passion de Jésus qu'elle reçoit en vision et décrit. Marie l'y accompagne toujours....

Un après-midi de lumière et d'amour En ce 13 octobre 1997, quelques centaines de personnes sont venues là, de partout, dans une ambiance simple et familière.On leur rappelle de «faire silence», surtout «en ce jour très spécial, 80ème anniversaire de Fatima». Puis les chants s'envolent, à cœurs déployés, accompagnés de guitarres et d'accordéons: «Je veux t'offrir le meilleur de mon cœur, j'ai voulu te choisir comme pont et chemin qui unit l'homme à Dieu, dans un «abrazo» (accolade) divin. Je veux t'aimer, je veux te prier.» Entre les Ave sonores et joyeux, redécouverts, au point que même «l'heure de notre mort» devient une fête, Pilar Gimenez donne quelques explications historiques «pour les nouveaux venus». Vers 16 heures, Epifania arrive, vêtue de bordeaux. Plusieurs l'embrassent. Elle dirige le Rosaire médité, rythmé de nouveaux chants, dont l'ardente poésie populaire mériterait d'être retranscrite: «Voici bien longtemps que je t'aime Ne permets pas, Mère, que je m'éloigne jamais....». Au 4ème Mystère joyeux, on aide Epifania, qui souffre de graves problèmes aux genoux et aux jambes, à...s'agenouiller. Soudain, comme si 'on' avait éteint quelque chose, elle s'interrompt au milieu d'une phrase: elle est entrée en extase. Malgré le silence absolu du recueillement général, on entend à peine les mots murmurés entre les halêtements, dans une respiration profonde et très ralentie, car ici la Vierge utilise la voix de la voyante, qui change. Le message est concis: «N'ayez pas peur, je suis votre Mère, l'Immaculée ('Purisima', Très Pure) Conception. Que la paix de Dieu règne toujours parmi vous (salutation habituelle). Soyez dans la joie, mes enfants: les coeurs de Jésus et de Marie sont avec vous tous. Maintenant, en ma présence, inclinez-vous tous et baisez le sol (exécution générale): c'est un geste qui plaît beaucoup à Dieu et qui sert à la salvation des hommes. Enfants de mon Coeur, priez beaucoup et bien. Les Coeurs de Jésus et de Marie attendent vos prières.... Priez beaucoup pour mes âmes consacrées. Beaucoup d'entre elles se laissent entraîner par l'ennemi et se perdent; et avec elles, tant et tant d'âmes. Mon Coeur les aime tant. Vous, mes enfants, allez de l'avant sans faiblir: comme je vous l'ai annoncé, cette terre sainte (affirmation maintes fois répétée en ce lieu) est entre vos mains. Vous verrez un jour, mes enfants, les âmes que vous êtes en train de sauver, par votre petit effort. C'est pourquoi je veux, j'insiste, je veux beaucoup de groupes de prières, de cénacles d'oraison avec Dieu et avec moi....» La voyante semble dialoguer amoureusement avec Marie: «tu sais que je te donne ma vie...tu sais tout ce que tu signifies pour moi».... Elle veut aussi «partir avec Elle» - et semble voir sainte Thérèse d'Avila, dont c'est la fête «oui, dans deux jours». Le message reprend: «Mes enfants, cette petite âme va à présent étendre les mains. Dieu le Père va répandre sur elle des grâces très spéciales. Prenez-les tous...J'attends...»

L'attentive Pilar a compris et ordonne: «Faites une chaîne»... La Vierge Marie dicte alors: «Répétez après moi: 'Mon Père du Ciel, je me donne à Toi corps et âme. Prends soin de ma vie, puisque je Te la remets, pour la gloire du Père, du Fils et du Saint Esprit'. Enfants de mon Cœur, prenez-soin de cette grâce. Vous mettrez au propre cette petite prière et la répéterez tous les jours. Je vous promets de grands miracles de corps et d'âme. Venez ici avec foi, amour et espérance et vous serez bénis. Maintenant levez tous les objets... Je vous bénis mes enfants, comme le Père vous bénit, par le Fils et avec son Esprit. Père, Jésus, prends soin d'eux avec amour, simplicité et humilité. Au revoir, mes enfants».

* * * 

Epifania se signe très lentement et poursuit son dialogue. Elle pleure, tentant de retenir la Vierge: «ne t'en vas pas!». Entre pleurs et gémissements (qui contrastent avec la vigueur des chants entonnés de nouveau), elle secoue la tête, ouvre les yeux. Mais, comme d'habitude, elle ne parvient pas à recouvrer la vue. «Aïe, Mère, toi seule sais combien cet instant est terrible!»...Comme l'entourage m'y invite, j'ose humer ses mains en sueur: elles sentent le romarin et l'encens mêlés - «mon odeur» lui aurait expliqué le Christ. Deux personnes l'aident vigoureusement à se relever et l'assoient comme une masse. Là, elle crie de douleur: «Aïe, Mère, mes jambes! Ôte-moi cette douleur!». Pilar la réconforte, cela dure. Comme Epifania, sur l'injonction de Marie, doit continuer de mener le Rosaire, après l'extase, on attend qu'elle récupère en chantant de plus belle. En proie à un grand froid, l'extatique tremble du visage et de tous ses membres. On lui donne à boire. Ensuite ce sont des frissons dans le dos. Finalement elle ouvre les yeux...Puis d'une voix peu assurée, hâchée, elle balbutie difficultueusement....Superbe Rosaire pourtant, bien complet, avec prières à l'Esprit Saint, à la TSTrinité, à Saint Michel, Litanies et Consécration au Coeur Immaculé de Marie. Une jeune fille vient ensuite lire le message pris en note auparavant, car peu audible. Epifania elle, le découvre: car elle est inconsciente de ce qu'elle prononce en extase. Pour finir, elle dit ce qu'elle a vu et commente: «la Vierge attend vos prières...». Son discours est étonnamment fluide, comme inspiré. Elle finira par insister elle aussi, sur ce qui semble constituer le but et les fruits, déjà généreux, de ces apparitions: «Allons donc, courage, ouvrez votre maison à la Vierge Marie. C'est très simple. Ouvrez le portes de vos maisons. Seulement un jour par mois, ou par semaine, pour lui réciter ensemble le Rosaire. Ne vous découragez pas si au début, vous êtes peu nombreux. Même à deux, on peut faire un cénacle....».
De fait, les groupes se multiplient, où l'on prie pour les familles, les jeunes, les malades, la paix dans le monde, les âmes consacrées, l'Espagne, et «pour sauver ce peuple». Bien des grâces semblent reçues dans les familles, qui en donnent témoignage. La suite ne dément pas l'aimante fidélité générale: deuxième bénédiction des objets, conformément au souhait de la Vierge, par un prêtre dominicain discrètement présent. Baiser de l'autel de Notre-Dame de Fatima, là où se reçoivent les grâces. Puis la statue est portée en une longue procession aux bougies, qui toujours en chantant s'étire sur la plaine ocre. Pour finir, c'est l'au-revoir à Marie, ramenée dans sa chapelle, tous mouchoirs blancs déployés dans la lumière dorée du soir, au milieu de chants, encore et toujours... Tout cela est frais, spontané, simple, transparent, mais ardent, dans une communion à la fois joyeuse et intime. Il est des moments de grâce, difficiles à retranscrire...Sans me connaître, plusieurs viennent m'inviter à leurs groupes de prière. Ici, ils ne sont ni «restreints» ni «fermés», mais nombreux et fraternels, car grand ouverts.
Angeles Asurey

NOTES
1) Terme fort en Espagne, car ce prénom renvoie à Notre-Dame du Pilar, patronne de l'Espagne, qui trône à Saragosse: depuis que, selon la tradition, la Vierge Marie serait venue de son vivant, portée par les anges, réconforter l'apôtre saint Jacques découragé, qui se reposait sur les bords de l'Ebre. Cela se passait dans les années 40 de notre ère. Pour lui montrer qu'il ne rêvait pas, Elle lui aurait laissé le signe tangible d'une colonne..., un «pilar». D'où le nom de cette advocation et du Sanctuaire de Saragosse.
2) Concrètement, on s'y réunissait au pied de la «croix des tombés» (de tous bords, guerre civile de 1936-1939), devant laquelle on apportait chaque fois, une statue de Notre-Dame de Fatima.
3) Administrée par le P. Pio, dit-on.
4) Dieu soit loué, appartenant à la famille des deux Pilar.
5) Ce phénomène de «buisson ardent» est bien connu par la Bible. Il n'est pas nouveau non plus en Espagne: c'est par «un feu qui ne consumait pas», que débutèrent les apparitions de Marie, «Mère Pure et Douloureuse», toute de noir vêtue, à Umbe, au pays Basque. Dans la cuisine de Felisa Sistiaga (25 mars 1941 - 23 mai 1981, avec de longues périodes d'interruption). Plus de 400 guérisons ont été constatées à ce jour, au puits touché aussi par l'Archange saint Michel. Il est intéressant de préciser que c'est toujours en espagnol, que la Vierge s'adressa à cette humble montagnarde -, qui ne parlait que le basque. Pourtant, riche d'annonces eschatologiques, cette manifestation n'avait pas qu'une seule portée régionale.
* Pour ceux qui, lors de vacances, se rendraient à Villascanas, ne pas manquer de visiter les villages voisins de Consuegra (où se situe l'épopée de don Quichotte) et de Templeque: l'une des plus belles places d'Espagne.

Un pèlerinage à Medjugorje ...en videos.







Une vidéo d'époque; Apparition de Notre Dame de Medjugorje à Marija Pavlovic et Jakov Colo au début des années 1980.




Une apparition à la voyante Mirjana Dragicevic-Soldo à Medjugorje le 2 novembre 2008.





Voici ce que Mirjana a dit, avec beaucoup de simplicité, dans son témoignage aux jeunes, lors du Festival: Depuis 1987 mon jour préféré est le 2. Le 2 de chaque mois je prie avec la Madone pour les incroyants; Elle ne les appelle jamais ainsi mais dit toujours "ceux qui ne connaissent pas l'amour de Dieu". Notre-Dame nous demande notre aide et cela, Elle ne le dit pas seulement à nous les six voyants, mais à tous ceux qui La ressentent comme leur Mère.

La Sainte Vierge dit que nous ne pouvons pas sauver les incroyants sinon par notre prière et notre exemple. Et Elle nous demande de mettre la prière pour eux à la première place, parce qu'Elle dit que les choses les plus mauvaises, les guerres, les divorces, les avortements, arrivent par les personnes qui ne croient pas. "Quand vous priez pour elles, vous priez pour vous-mêmes, pour vos familles et pour le bien du monde entier".

La Gospa ne veut pas que nous prêchions à droite ou à gauche, mais que nous parlions par notre vie. Elle veut que les non-croyants puissent voir à travers nous, Dieu et l'amour de Dieu. Elle nous demande de prendre cela au sérieux. "Si une seule fois vous pouviez voir les larmes sur le visage de la Gospa, à cause des non-croyants, je suis sûre que vous mettriez tout votre engagement et votre amour en leur faveur". La Madone dit que maintenant est un temps de décision; que nous, qui nous considérons fils de Dieu, avons une grande responsabilité.

Chacun de nous (les six voyants) a une mission particulière: la mienne consiste à prier pour ceux qui ne connaissent pas encore l'amour de Dieu; Vicka et Jakov prient pour les malades; Ivan pour les jeunes et les prêtres; Marija pour les âmes du Purgatoire; Ivanka prie pour les familles. Le message le plus important de la Madone concerne la S.Messe: "La Messe, pas seulement le dimanche! -nous a-t-Elle dit -. S'il y a un choix à faire entre différentes formes de prière, choisissez toujours la S.Messe, parce que c'est la plus complète; dans la Messe mon Fils Lui-même est avec vous".

La Madone nous demande de jeûner le mercredi et le vendredi au pain et à l'eau. Elle nous dit de prier le Rosaire en famille et que rien en ce monde ne peut unir davantage la famille plus que la prière faite ensemble. Elle nous demande de nous confesser au moins une fois par mois. Marie nous dit qu'il n'y a personne au monde qui n'ait besoin d'une confession mensuelle. Elle nous demande de lire la Bible en famille; il ne s'agit pas de la quantité de lecture, mais seulement que nous devons écouter la Parole de Dieu en famille.

Je voudrais vous demander de prier pour les non-croyants parce que cette prière sèche les larmes sur le visage de la Sainte Vierge. Elle est notre Mère et, comme toute mère de ce monde Elle aime Ses enfants. Elle est triste pour un seul de Ses enfants qui s'égare. Notre-Dame dit qu'avant tout nous devons aimer ceux qui ne connaissent pas encore l'amour de Dieu, avant même de prier pour eux, et les considérer comme nos frères et nos soeurs qui n'ont pas eu la même chance que nous de connaître Dieu et Son amour.

Quand nous aurons ressenti cet amour, alors nous pourrons commencer à prier pour eux, mais sans jamais les juger: c'est Dieu seul qui juge. Ainsi parle la Madone. (3 août 1997).

Source: www.ecodimaria.net


L'apparition annuelle de Notre Dame à Jakov Colo (Noël 2009).


proposition de traduction - "Chers enfants, pendant tout ce temps que Dieu m'a accordé pour être avec vous, je désire vous mener sur le chemin de Jésus et de votre salut. Mes petits enfants vous trouverez votre salut en Dieu seul et donc plus spécialement en ce jour (25/12) où le petit Jésus est dans mes bras. Je vous appelle à permettre à Jésus de naître à nouveau dans vos coeurs. Ce n'est qu'avec Jésus dans votre coeur que vous pourrez être sur le chemin du salut et de la vie éternelle.
Merci d'avoir répondu à mon appel."


La voyante Vicka Ivankovic-Mijatovic priant sur les pèlerins dans la cour de sa maison à Medjugorje (décembre 2007)








Apparition de Notre Dame de Medjugorje au voyant Ivan Dragicevic alors qu'il se trouvait à Milan (Italie) le 6 avril 2008 à 18h40.




La Colline des Apparitions et le sommet du Krizevac (le mont de la Croix).

La Colline des apparitions. C'est le nom actuel du lieu Podbrdo situé au-dessus du hameau de Bijakovici, où les voyants ont vu la Gospa pour la première fois, fin juin 1981. Les pèlerins s'y rassemblent pour prier le chapelet . Jour et nuit, on voit des groupes de pèlerins monter vers le lieu de la première apparition, marqué par un tas de pierres surmonté d'une simple croix. Les stèles en bronze, représentant les mystères joyeux et les mystères douloureux du Rosaire, oeuvre du prof. Carmelo Puzzolo de Florence, ont été érigées en 1989 tout au long du chemin qui monte vers la colline.


Krizevac est la colline qui surmonte Medjugorje. Les habitants du village y ont dressé en 1933 une croix en béton de 8 mètres de haut, en mémoire des 1900 ans de la mort de Jésus. Les fidèles y montent en groupes ou individuellement, en méditant le chemin de croix, station par station. Au début, celles-ci étaient indiquées par des croix en bois. En 1988, des stèles en bronze y ont été dressées, représentant les stations du Chemin de Croix. Elles sont aussi l'oeuvre de Carmelo Puzzolo. Krizevac est devenu un lieu privilégié pour méditer la passion du Christ, le Calvaire du sanctuaire de Medjugorje.





Photo du sanctuaire de Medjugorje vu du ciel

L'église paroissiale et l'espace autour de l'église sont le lieu de la célébration eucharistique et de la vie sacramentelle. La nouvelle église a été achevée en 1969. L'église et la paroisse sont sous la protection de saint Jacques, apôtre et patron des pèlerins. En 1991, un autel a été bâti à l'extérieur, derrière l'église, ainsi que 20 confessionnaux, en même temps qu'un bâtiment abritant une chapelle réservée à l'adoration eucharistique, une salle de conférences et des salles d'accueil spirituel. Pour les fêtes occasionnelles, deux tentes ont aussi été dressées. Il semble indispensable de construire de nouveaux lieux de prière.


Le son de Medjugorje

Ave Maria - MP3


Radio MIR Medjugorje en direct

Rosaire en direct à partir de 17h (18h en été)
Messe en direct à 18h (19h en été)


Medjugorje - Webcams en direct

Pressez la touche F5 pour "rafraichir" la page.





Le Festival International des Jeunes à Medjugorje (première semaine du mois d'août).







Père Jozo Zovko, franciscain, était le curé de Medjugorje au début des apparitions en 1981. Voici un extrait de son enseignement (en anglais seulement).





John Paul Mary (Paddy Kelly) en concert pendant le Festival International 2008 à Medjugorje.
Né en 1977 à Dublin, Irlande, Paddy Kelly est membre de la Kelly Family, une famille chrétienne entière immergée dans la musique pop. Très à l’aise sur scène, il apparait comme le "meneur", sachant jouer de presque tous les instruments.
Son premier album solo "In Exile" est sorti courant 2003.




L'adoration de l'Eucharistie dans l'église Saint Jacques de Medjugorje, le jeudi après la Messe du soir.




Les larmes de la statue de Notre Dame de Medjugorje (février 2009).




Messages de 2009 de Notre Dame de Medjugorje





Photo du ciel prise à Medjugorje par un pèlerin...




Photo de la voyante Vicka prise dans la cour de sa maison à Medjugorje alors qu'elle témoignait devant un groupe de pèlerins...




Les horaires des rassemblements à Medjugorje

On peut parler de rassemblements quotidiens, hebdomadaires et annuels de pèlerins.

Les pèlerins se rassemblent quotidiennement pour les célébrations eucharistiques par langues :

- en croate : 7.30 en semaine, 7.30 et 13.00 le samedi, 8.00 et 11.00 le dimanche

- pour les pays de l'Est: 8.00 en semaine, 7.00 le dimanche

- en allemand : 9.00 en semaine et le dimanche

- en anglais : 10.00 en semaine, 12.00 le dimanche

- en italien : 11.00 en semaine, 10.00 le dimanche

- en français : 12.00 en semaine, 13.00 le dimanche

Les autres groupes linguistiques célèbrent l'Eucharistie au moment convenu avec la paroisse. Les pèlerins se rassemblent le soir, à 17.00 en hiver et à 18.00 en été, pour prier les mystères joyeux et douloureux du Rosaire, et se préparer ainsi à la célébration eucharistique qui commence à 18.00 (19.00) et est suivie de l'action de grâces et des mystères glorieux, jusqu'à 20.00 (21.00). Les Messes peuvent être célébrées à d'autres moments en accord avec les permanents au presbytère.

Les rassemblements hebdomadaires :

- le chapelet sur la colline des apparitions, le dimanche à 14.00 (en été à 16.00)

- le Chemin de Croix sur le Krizevac, le vendredi à 14.00 (15.00)

- l'adoration de Jésus dans le Très Saint Sacrement de l'autel, les mercredi et samedi à 21.00 (22.00)

- l'adoration eucharistique, le jeudi après la Messe du soir, en action de grâces

- la vénération de la Croix, le vendredi, après la Messe du soir, en action de grâces

Les grands rassemblements au cours de l'année :

- lors des fêtes de la Sainte Vierge, comme l'Annonciation (25 mars), l'Assomption (15 août), la Nativité (8 septembre)

- lors des grandes fêtes du Seigneur, comme Noël, le jour de l'An, Pâques, Pentecôte

- les pèlerins sont plus nombreux en mai et en octobre

- les plus grands rassemblements ont lieu le jour de l'anniversaire des apparitions (25 juin) et le jour de l'exaltation de la Croix (premier dimanche après la fête de la Nativité de Marie).

Les rassemblements extraordinaires sont :

- la nuit du jour de l'An

- la marche internationale pour la paix, de Humac à Medjugorje, le 24 juin

- la rencontre internationale des jeunes, du 31 juillet au 6 août.


Y'a plus qu'à Faire votre itinéraire


Agrandir le plan


en résumé :

Les cinq "cailloux" de Medjugorje
(cinq cailloux permirent au petit roi David d'abattre le géant Goliath)

1. La messe
"Vivez la Sainte Messe. Beaucoup d'entre vous ont déjà fait l'expérience de la beauté de la Messe. Jésus vous donne ses grâces pendant la Messe. Pour cela, vivez la Messe consciemment. Venez-y plein de joie, avec amour, et préparez-la sérieusement. Encouragez les plus jeunes à aller à la Messe. Elle représente la plus haute forme de prière. Soyez humble et respectueux durant la Messe. Souvenez-vous de vos défunts, réjouissez-les par l'offrande de la Messe.".
"Que la sainte messe soit vie pour vous" 25 avril 1988

2. La confession
"Des domaines entiers seraient guéris si les chrétiens se confessaient au moins une fois par mois."
"Faites la paix avec Dieu et entre vous. Pour cela il faut croire, prier, jeuner et se confesser" 26 juin 1981

Documents pour se préparer à recevoir la miséricorde du Christ:
• La préparation à la confession
• Idées pour la confession

3. La Bible
"Chers enfants, je vous invite à lire chaque jour la Bible en famille. Mettez-la en évidence pour vous inciter à la lire et à prier." - 18 octobre 1984
"N'allez pas à la recherche de voies extraordinaires... Prenez d'abord l'Evangile et lisez-le: là, tout est clair. Méditez chaque jour, à la maison, pendant au moins une demi-heure."

4. Le chapelet
"Je désire que pour vous, le Rosaire devienne vie. Ditez-le chaque jour. Priez! Que le chapelet soit toujours entre vos mains: c'est le signe que vous m'appartenez. Toutes vos prières me touchent beaucoup, spécialement le Rosaire quotidien."

Documents :
• Les 4 mystères
• Le Rosaire
• Lettre Apostolique Rosarium Virginis Mariae de Jean Paul 2
• Pourquoi prier le chapelet tous les jours?

5. Le jeûne
La Gospa nous invite tous (sauf les malades) à jeûner au pain et à l'eau les mercredi et vendredi. Chacun peut décider librement comment vivre ce jeûne, selon son coeur et aussi selon sa santé. "Je vous invite à jeûner les mercredi et vendredi, le meilleur jeûne, c'est au pain et à l'eau. Par le jeûne et la prière, on peut arrêter les guerres et susprendre les lois de la nature. Tous, sauf les malades, sont appelés au jeûne." (Eté 1981).
"Si vous jeûnez et priez, vous obtiendrez tout ce que vous demandez." (octobre 1983, à Jelena). "Vous oubliez que par la prière et le jeûne, vous pouvez empêcher la guerre et les catastrophes naturelles... Si vous n'avez pas la force de jeûner au pain et à l'eau, vous pouvez renoncer à différentes choses: télévision, alcool, cigarettes et autres plaisirs."

Pour approfondir vos connaissances ou mieux découvrir le phénomène de Medjugorje - Livres, cd, dvd en vente ici.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :