Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il

Mme Marisol Touraine, nous disons NON à l'avortement


En réaction à la promulgation de la loi Santé, qui a :

  • supprimé le délai de réflexion avant l’IVG, 
  • permis aux sages-femmes de pratiquer des IVG médicamenteuses, 
  • obligé les Agences régionales de santé (ARS) à définir un programme régional pour améliorer l'accès à l'IVG,  
  • financé la prise en charge à 100% de l’ensemble du parcours IVG,

...plusieurs évêques dénoncent une fuite en avant et refusent que soient opposés dans ce débat le droit des femmes et le droit des enfants.

Ils appellent "au droit à la vie pour tous. Et au droit à l’avis".

La parole pour la vie est maintenant libérée : rien ne pourra faire désormais qu'elle se taise !

Signez cette campagne de soutien, et surtout, transmettez-la à votre famille, vos amis, vos proches, vos collègues :

http://www.citizengo.org/fr/32706-droit-dire-non-lavortement

Nous serons ainsi légion à accompagner, encourager, soutenir, promouvoir, défendre tous ceux qui dénonceront le drame de l'avortement.

Ce drame que ces évêques catholiques mettent en avant est également condamné par l'ensemble des autres religions : musulmane, juive, bouddhiste...

En matière de santé, il est utile de rappeler, pour la culture générale de chacun, que le serment d'Hippocrate d'origine, principe de base de la déontologie médicale, 500 ans avant Jésus-Christ, interdit explicitement de pratiquer l'avortement : "je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif". Le serment que font ainsi aujourd'hui les médecins et pharmaciens en France, après le passage de l'idéologie mortifère de notre époque, n'est pas le serment d'Hippocrate d'origine.

Comme le rappelle Mgr Aillet, "« le droit à disposer de son corps », dont la ministre de la santé madame Marisol Touraine a fait état à l’occasion de ses vœux du 25 janvier dernier, ne suffit plus pour justifier cette politique mortifère. Il est acquis pour la science et le bon sens que l’enfant dans le ventre de sa mère est l’hôte de ce corps dont il ne partage pas le code génétique, dès ses premiers instants de vie. A ce titre, ce même droit à disposer de son corps doit pouvoir lui être accordé avec d’autant plus de rigueur qu’il est le plus faible et le plus petit d’entre nous. A l’heure où le monde et notre pays sont marqués par des drames terribles, quelle société peut prétendre faire l’impasse sur la défense des plus faibles et des plus fragiles d’entre les siens ?"

A la suite de ces témoins vigilants et courageux, nous décidons de nous lever, nous rappelant les phrases d'Edmund Burke et d'Einstein...

"Pour triompher le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien." (Edmund Burke)
"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire."(Albert Einstein)
...et avançons sur sur les pas éclairants de Mère Térésa qui déclarait en 1979, lors de la remise de son prix Nobel de la Paix à Oslo, ces propos précurseurs dans ce monde sans paix :
« Et je ressens quelque chose que je voudrais partager avec vous. Le plus grand destructeur de la paix, aujourd'hui, est le crime commis contre l'innocent enfant à naître. Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu'est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ? L'Écriture déclare elle-même : « Même si une mère peut oublier son enfant, moi, je ne vous oublierai pas. Je vous ai gardés dans la paume de ma main. » Même si une mère pouvait oublier... Mais aujourd'hui on tue des millions d'enfants à naître. Et nous ne disons rien. On lit dans les journaux le nombre de ceux-ci ou de ceux-là qui sont tués, de tout ce qui est détruit, mais personne ne parle des millions de petits êtres qui ont été conçus avec la même vie que vous et moi, avec la vie de Dieu. Et nous ne disons rien. Nous l'admettons pour nous conformer aux vues des pays qui ont légalisé l'avortement. Ces nations sont les plus pauvres. Elles ont peur des petits, elles ont peur de l'enfant à naître et cet enfant doit mourir ; parce qu'elles ne veulent pas nourrir un enfant de plus, élever un enfant de plus, l'enfant doit mourir. »
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :