Je m'abonne à Chrétiens Magazine et je reçois 3 cadeaux !

Chers lecteurs,
Voici une offre qui, nous l'espérons, vous plaira autant qu'il nous plait de vous l'offrir.

A la demande de nombreux lecteurs, l’abonnement à Chrétiens Magazine est simplifié par prélèvement une fois par an.

Trois livres cadeaux
A tous ceux qui s'abonnent à la revue papier par prélèvement automatique sans engagement, nous offrons TROIS articles au choix parmi nos éditions. N'hésitez pas à demander nos meilleurs livres, même les plus chers, pour vous même ou pour les offrir...

Pour profiter de vos cadeaux :
  1. imprimez votre bulletin
  2. choisissez trois articles dans ce catalogue
  3. indiquez sur votre bulletin le titre des 3 articles choisis, 
  4. datez, signez et renvoyez-le à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
  5. Joindre un Relevé d’Identité Bancaire (RIB) ou Postal (RIP) - à découper à l’intérieur de votre carnet de chèques - avec votre adresse d’abonné dessus, si vous souhaitez vous abonner à une adresse différente : précisez-le sur papier libre. 
ATTENTION : sans le relevé, votre abonnement ne sera pas pris en compte.

Vous pouvez arrêter votre abonnement annuel à tout moment sur simple demande à votre banque ou directement à Chrétiens Magazine (vous continuerez de recevoir vos numéros jusqu'à l'échéance de votre abonnement).
Si vous êtes déjà abonné : Le prélèvement ne sera fait qu'à la fin de votre abonnement en cours (votre date d'échéance reste inchangée) mais vous profitez dès maintenant de vos trois livres cadeaux.
Si vous êtes un nouvel abonné : Le prélèvement sera fait à la réception de votre courrier.

Pour ne pas manquer un seul numéro, le prélèvement sera fait un mois avant la date de fin d’abonnement.
Vous n’aurez plus à vous en occuper.
Votre date de fin d’abonnement (l'échéance) est indiquée sur votre porte-adresse posé sur votre magazine.
Vous ne recevrez plus de relance d'abonnement et il vous sera proposé des remises spécialement à vous réservées.

Abonnement à Chrétiens Magazine : France 35€ (DOM - TOM et Étranger 48€) un an mode prélèvement automatique sans engagement. 
Renseignements par téléphone 
0(033)5 65 78 01 95

Renvoyez le coupon dès que possible !
Faites connaître cette offre (qui ne pourra pas durer dans le temps) à tous vos amis qui peuvent être intéressés.
Merci de votre participation,
Que Dieu vous bénisse !
Bruno Perrinet.

La Sainte Tunique du Christ sera exceptionnellement exposée du 25 mars au 10 avril 2016 - Vidéo

La Sainte Tunique fait partie des cinq grandes Reliques que Notre Seigneur nous a laissées sur terre, avec le Linceul de Turin (Italie), le Suaire d’Oviedo (Espagne), la Couronne d’Épines de N.D. de Paris (France) et la Sainte Robe de Trèves (Allemagne). La Sainte Tunique a la particularité qu’elle est trempée de sang qui est selon les dernières recherches très probablement le Sang de Jésus Christ Lui-même.


La Sainte Tunique du Christ, conservée à Argenteuil depuis 1200 ans, sera exceptionnellement exposée du 25 mars au 10 avril 2016 dans la basilique Saint Denys, à l’occasion d’une ostension solennelle. Cette relique est l’une des plus sacrées du christianisme et un trésor du patrimoine français. Elle promet d’attirer à elle au printemps 2016 à Argenteuil une grande foule venue de France et d’au-delà.

Description

L’ostension de la Sainte Tunique du Christ commencera le Vendredi Saint 25 mars dans la basilique Saint- Denys d’Argenteuil (95), à l’issue du Chemin de Croix, et sera ouverte tous les jours de 10h à 22h, jusqu’aux  vêpres du dimanche 10 avril. L’ostension ne s’interrompera que durant les messes.

Des confessions permanentes seront proposées durant tout le temps d’ostension.

La messe est célébrée tous les jours dans la basilique d’Argenteuil : à 19h en semaine, à 12h le lundi de Pâques  et les samedis 2 et 9 avril, à 11h les dimanches 27 mars, 3 et 10 avril.

Les vêpres seront célébrées tous les jours, sans interrompre l’ostension.

Rendez-vous importants

[...]
Mardi 29 mars 2016 : à 19h, messe présidée par Mgr Michel Aupetit, évêque de Nanterre (Hauts-de-Seine)
Mercredi 6 avril 2016 : à 19h, messe présidée par Mgr Jean-Yves Nahmias, évêque de Meaux.
Jeudi 7 avril 2016 : à 19h, messe présidée par Mgr Renauld de Dinechin, évêque de Soissons.
Vendredi 8 avril 2016 : à 19h, messe présidée par Mgr Michel Santier, évêque de Créteil.
Mercredi 30 mars : à 19h, messe présidée par Mgr Eric Aumonier, évêque de Versailles (Yvelines)
Jeudi 31 mars 2016 : à 19h, messe présidée par le Cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux.
Vendredi 1er avril 2016 : à 19h, messe pour la France présidée par Mgr Luc Ravel, évêque aux armées françaises.
Samedi 2 avril 2016 : « Si je touche son vêtement je serai guéri » (Marc, 5, 28) Procession aux flambeaux au départ de la chapelle Saint Jean-Baptiste à 20h, puis veillée de prière et de guérison présidée par Mgr Eric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, et prêchée par le Père Nicolas Buttet, fondateur de la Fraternité Eucharistein, suivie de l’adoration eucharistique ; la basilique restera ouverte toute la nuit.
Dimanche 3 avril 2016 : Fête de la Miséricorde divine et célébration des 150 ans de la basilique Saint-Denys d’Argenteuil : à 11h, messe présidée par Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise. A 18h, messe In Albis de Quasimodo, célébrée selon la forme extraordinaire par T.R.P. abbé de l’Abbaye Notre-Dame de Fontgombault, Dom Jean Pateau.
Lundi 4 avril 2016 : Fête de l’Annonciation. Messe à 19h, présidée par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, et concélébrée par Mgr Beau,évêque auxiliaire de Paris, suivie d’une veillée de prière mariale animée par la Communauté de l’Emmanuel.
Mardi 5 avril 2016 : à 19h, messe pour les chrétiens d’Orient, présidée par Mgr Rabban Al Qas, évêque de Dohuk (nord Irak) ; la messe sera célébrée en rite chaldéen, les prêtres d’autres rites catholiques pourront concélébrer.
Samedi 9 avril 2016 : Procession aux flambeaux au départ de la chapelle Saint Jean-Baptiste à 20h, et veillée pour les jeunes, suivie de l’adoration eucharistique ; la basilique restera ouverte toute la nuit.
Dimanche 10 avril 2016 : à 11h, messe présidée par le Cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Vêpres solennelles à 17h et clôture de l’ostension.

Transports

Par le train (solution conseillée) : Gare SNCF « Argenteuil », Ligne J 10mn depuis Paris Saint Lazare (direction Cormeilles-en-Parisis – Pontoise – Ermont - Mantes-la-Jolie - Gisors) + 10 mn à pied
Voiture et car (anticiper la solution de parking) : la ville d’Argenteuil est située en bord de Seine, dans le département du Val d’Oise, à 20mn en voiture de Paris - A86 : sortie « Argenteuil Centre » à 2km du centre-ville - A15 : sortie « Argenteuil Centre » à 5km du centre-ville
Bus : ligne RATP 272 - Stations « Calais » ou « Charles de Gaulle - Henri Barbusse »

L'arrivée de l'Anneau de Jeanne d'Arc en France au Puy-du-Fou - Vidéos

Cet anneau en argent doré, qui fut offert à Jeanne d’Arc par ses parents et qu’elle embrassait avant chaque bataille, lui a été confisqué par l’évêque Cauchon en 1431 et n’aurait plus jamais quitté l’Angleterre.  Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, avait mobilisé, avec l’aide de donateurs, la somme de 376.833 euros pour pouvoir le faire revenir en France.

Interventions de Philippe de Villiers, Me Trémolet de Villers et l’historien Franck Ferrand :




Explications de Nicolas de Villiers :

Qu'est ce que l'athéisme ? - Humour

Logo symbole de l'athéïsme
L'athéisme, c'est CROIRE qu'il n'y avait RIEN, que RIEN est venu de RIEN, puis rien a soudainement explosé SANS RAISON, ce qui a TOUT CRÉÉ et ce TOUT s'est ARRANGÉ et ORGANISÉ lui-même, SANS RAISON.

L'Église russe du Quai Branly se pare d'un dôme doré - Vidéo



Vidéo diffusée en direct le 19 mars 2016 sur RT

Situé à deux pas de la tour Eiffel, le dôme central de la Sainte Trinité, nouvelle cathédrale orthodoxe de Paris, qui sera inaugurée en octobre prochain, a été coiffé ce samedi 19 mars d‘un bulbe doré de neuf tonnes fabriqué en Bretagne.

Ils étaient nombreux à s'être déplacés pour admirer la pose du premier des cinq bulbes de la future cathédrale orthodoxe de Paris, sur les berges de la Seine. Le dôme a été hissé ce samedi 19 mars dans la matinée à 37 mètres du sol par une grue, en présence d'officiels français et russes, notamment Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement aux côtés de l'ambassadeur russe à Paris, Alexandre Orlov.
Précédant l'inauguration officielle de la cathédrale de la Sainte-Trinité, prévue pour octobre, la pose de cette coupole de huit tonnes, fabriquée à partir de matériaux composites, est l'aboutissement d'un projet qui remonte à plusieurs années. Au total, 90.000 feuilles d'or seront nécessaires pour recouvrir les cinq bulbes. La réalisation a été confiée à l'industrie vannetaise Multiplast, dont l'essentiel de l'activité se situe dans l'industrie nautique, spatiale et aéronautique.
Les riverains ont été agréablement surpris. «Le dôme est de toute beauté», a ainsi déclaré une passante. Tandis que plusieurs restaurateurs envisagent de rajouter à leurs cartes, un menu en langue russe. Quelques fidèles orthodoxes, appareils photo en bandoulière, ont assisté à la manœuvre, dont un couple en habit traditionnel, qui brandissait le drapeau russe. Futur maître des lieux, l'évêque Nestor a présidé une cérémonie du baptême des croix.

Un projet initié en 2007

Lors d'une visite en France à l'automne 2007, Alexis II, alors patriarche de l'Église orthodoxe russe (décédé en décembre 2008), avait souhaité la construction d'une nouvelle église orthodoxe à Paris, et l'ancien président Nicolas Sarkozy s'était dit prêt à soutenir ce projet.
Dans cette optique, l'État russe avait acheté en 2010 quai Branly, non loin de la tour Eiffel, un terrain de 4.000 m2 dans un secteur très protégé par les règles d'architecture et du patrimoine. Après le veto mis, pour des raisons esthétiques, par l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë au projet architectural initial, c'est finalement celui de l'architecte Jean-Michel Wilmotte qui avait été retenu. Le centre «spirituel et culturel orthodoxe» abritera en outre une école bilingue franco-russe de 150 élèves, une maison paroissiale, un centre culturel comprenant une librairie, des salles d'exposition et un café.
source

L’art chrétien du Moyen-âge est en opposition complète avec celui de la Renaissance (païenne)


Il faut reconnaître que le principe de l'art du moyen-âge était en opposition complète avec le principe de l'art de la Renaissance.
Le moyen âge finissant avait imprimé tous les côtés humbles de l'âme: souffrance, tristesse, résignation, acceptation de la volonté divine. Les saints, la Vierge, le Christ lui-même, souvent chétifs, apparentés au pauvre peuple du XVe siècle, n'ont pas d'autre rayonnement que celui qui vient de l'âme.
Cet art est d'une humilité profonde : le véritable esprit du christianisme est en lui.
Tout différent est l'art de la Renaissance, son principe caché est l'orgueil. L'homme désormais se suffit à lui-même et aspire à être un Dieu.
La plus haute expression de l'art, c'est le corps humain sans voile : l’idée d'une chute, d'une déchéance de l’être humain, qui détourna si longtemps les artistes du nu, ne se présente même plus à leur esprit.
Faire de l'homme un héros rayonnant de force et de beauté, échappant aux fatalités de la race, pour s'élever jusqu'au type, ignorant la douleur, la compassion, la résignation, voilà bien (avec toutes sortes de nuances), l'idéal de l'Italie du XVlè siècle.
Émile Mâle – L’art religieux à la fin du Moyen-âge, cité par Mgr Delassus – La conjuration anti-chrétienne.

"Nous sommes plongés dans un monde pornographique et personne n’en sort indemne" - Mgr Ginoux

Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, a écrit à ses prêtres à propos de la polémique autour du cardinal Barbarin. Extrait :
"[...] Il faut ajouter que parmi les sollicitations du monde il y a une surenchère de discours et d’images autour du sexe. La sexualité, qui est un bien voulu par Dieu et qui permet de vivre une relation de communion entre l’homme et la femme, est détournée de cet objectif pour devenir un moteur culturel et commercial. Nous sommes plongés dans un monde pornographique et personne n’en sort indemne. Quand l’Église dénonce ce danger, elle est moquée et stigmatisée. C’est pourtant l’effritement de la notion du bien et du mal qui brouille le discernement et fait entrer dans une conception rousseauiste de la conscience humaine « tout ce que je sens être bien est bien, tout ce que je sens être mal est mal ». (Jean-Jacques Rousseau, L’Émile).
Or, la conscience ne vient pas du ressenti mais elle est l’union de la volonté, de l’intelligence et de la foi pour faire la vérité sur moi-même et admettre qu’il y a des actes que je ne peux jamais faire, des actes qui sont toujours un mal...
Mais, en même temps, notre société fait l’éloge de toutes les formes de sexualité. [...]"

http://catholique-montauban.cef.fr/rubriques/gauche/leglise-catholique-en-tarn-et-garonne/documents-officiels/lettre-aux-pretres-du-diocese-de-montauban

« Catholiques français, les sectes impies veulent vous arracher la foi de votre cœur ! » (Saint Pie X)

Et maintenant, c'est à vous que nous nous adressons, catholiques de France; que notre parole vous parvienne à tous comme un témoignage de la très tendre bienveillance avec laquelle nous ne cessons pas d'aimer votre pays et comme un réconfort au milieu des calamités redoutables qu'il va vous falloir traverser.
Vous savez le but que se sont assigné les sectes impies qui courbent vos têtes sous leur joug, car elles l'ont elles-mêmes proclamé avec une cynique audace : "Décatholiciser la France".
Elles veulent arracher de vos cœurs, jusqu'à la dernière racine, la foi qui a comblé vos pères de gloire, la foi qui a rendu votre patrie prospère et grande parmi les nations, la foi qui vous soutient dans l'épreuve qui maintient la tranquillité et la paix à votre foyer et qui vous ouvre la voie vers l'éternelle félicité.
C'est de toute votre âme, vous le sentez bien, qu'il vous faut défendre cette foi ; mais ne vous y méprenez pas, travail et efforts seraient inutiles si vous tentiez de repousser les assauts qu'on vous livrera sans être fortement unis.
Abdiquez donc tous les germes de désunion s'il en existait parmi vous et faites le nécessaire pour que, dans la pensée comme dans l'action, votre union soit aussi ferme qu'elle doit l'être parmi des hommes qui combattent pour la même cause, surtout quand cette cause est de celles au triomphe de qui chacun doit volontiers sacrifier quelque chose de ses propres opinions.
Si vous voulez dans la limite de vos forces, et comme c'est votre devoir impérieux, sauver la religion de vos ancêtres des dangers qu'elle court, il est de toute nécessité que vous déployiez dans une large mesure vaillance et générosité.
Cette générosité vous l'aurez, nous en sommes sûr et, en vous montrant ainsi charitables vis-à-vis de ses ministres, vous inclinerez Dieu à se montrer de plus en plus charitable vis-à-vis de vous.
Quant à la défense de la religion, si vous voulez l'entreprendre d'une manière digne d'elle, la poursuivre sans écart et avec efficacité, deux choses importent avant tout : vous devez d'abord vous modeler si fidèlement sur les préceptes de la loi chrétienne que vos actes et votre vie tout entière honorent la foi dont vous faites profession; vous devez ensuite demeurer très étroitement unis avec ceux à qui il appartient en propre de veiller ici-bas sur la religion, avec vos prêtres, avec vos évêques et surtout avec ce siège apostolique, qui est le pivot de la foi catholique et de tout ce qu'on peut faire en son nom.
Ainsi armés pour la lutte, marchez sans crainte à la défense de l'Eglise, mais ayez bien soin que votre confiance se fonde tout entière sur le Dieu dont vous soutiendrez la cause et, pour qu'il vous secoure, implorez-le sans vous lasser.
Pour nous, aussi longtemps que vous aurez à lutter contre le danger, nous serons de coeur et d'âme au milieu de vous. Labeurs, peines, souffrances, nous partagerons tout avec vous et, adressant en même temps au Dieu qui a fondé l'Eglise et qui la conserve, nos prières les plus humbles et les plus instantes, nous le supplierons d'abaisser sur la France un regard de miséricorde, de l'arracher aux flots déchaînés autour d'elle et de lui rendre bientôt, par l'intercession de Marie Immaculée, le calme et la paix.
Comme présage de ces bienfaits célestes et pour vous témoigner notre prédilection toute particulière, c'est de tout coeur que nous vous donnons notre bénédiction apostolique, à vous, vénérables Frères, à votre clergé et au peuple français tout entier.
Saint Pie X, Encyclique Vehementer, 1906
source

Une histoire incroyable et vraie ! - par Thierry Fourchaud

Face à la maladie gravissime, le dimanche 29 août 1875 à Pellevoisin le professeur Pucquoy déclare Estelle Faguette irrémédiablement perdue. Estelle alors prend la résolution de faire une demande à la Sainte Vierge en lui écrivant une lettre :
« O ma bonne mère...j’ai confiance en vous, ma bonne Mère, si vous voulez, vous pouvez me guérir... ».
Estelle demande à une amie, mademoiselle Reiter, de déposer cette lettre à la petite grotte de Notre-Dame de Lourdes.

Le 14 févier 1876, le médecin déclare : « Elle n’en a plus que pour quelques heures ». Dans la nuit... Estelle raconte : « Il était minuit, c’était le 15 février, je cherchais à me reposer quand tout à coup apparut le diable au pied de mon lit. Oh que j’avais peur ! ...A peine était-il arrivé que la Sainte Vierge apparut de l’autre côté ...et me dit doucement : « Ne crains rien, tu sais bien que tu es ma fille... Courage, prends patience, mon Fils va se laisser toucher. Tu souffriras encore cinq jours, en l’honneur des cinq plaies de mon Fils, samedi tu seras morte ou guérie. Si mon Fils te rend la vie, je veux que tu publies ma gloire ».

Le lendemain, dans la nuit, la Sainte Vierge réapparut en regardant Estelle avec bonté et lui dit : « Mon Fils s’est laissé attendrir, il te laisse la vie, tu seras guérie samedi ».

Dans la nuit du 16 au 17, la Sainte Vierge se rend pour la troisième fois auprès d’Estelle : « J’ai montré cette lettre à mon Fils ».

Estelle est guérie dans là nuit du 18 au 19 février.

Dès 1877, l’Archevêque de Bourges autorise le culte public à Notre-Dame de Pellevoisin et la chambre d’Estelle est transformée en chapelle.

Comme Estelle, écrivez votre lettre à la Vierge Marie. Jésus ne résiste pas à ses demandes.

Renvoyer à : La Bonne Nouvelle - 8 rue Roger Lévy - 47180 Sainte Bazeille (France)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Les Saintes Maries de la Mer et les autres saints débarqués en Gaule

Cotignac n’est situé qu’à une centaine de kilomètres du rivage où accosta, en l’an 34, la pauvre embarcation, presque un esquif, dans laquelle la haine des juifs, peu de temps après la Crucifixion, avait jeté 24 disciples du Christ.
Parmi eux se trouvaient ses amis de Béthanie, Lazare, Marthe et Marie-Madeleine. Sa très sainte Mère, elle, était demeurée sous la protection de l’apôtre saint Jean, depuis « l’Ecce mater tua » prononcé du haut de la croix à l’adresse du disciple bien-aimé.
Du moins les fugitifs, en route pour leur nouvelle patrie, emportaient-ils avec eux la relique la plus insigne de la Vierge Marie : le corps de sainte Anne, sa mère. Comme les marins font bien d’invoquer sainte Anne afin qu’elle les sauve du naufrage : la barque dérisoire, sans rames ni voiles, arborant pour toute proue le sarcophage contenant le corps béni, fut miraculeusement conduite à travers les périls de la mer!
Détail touchant : c’est en chantant des cantiques de foi et de reconnaissance que ces condamnés à mort, ces rescapés de la mer, qui venaient de traverser la Méditerranée sur quelque 2800 kilomètres, posèrent le pied sur cette terre de Gaule qui prendrait un jour le nom de France… « La douce France », chanteraient les preux Olivier er Roland… « Le plus beau royaume après celui du ciel », affirmerait la pucelle de Domrémy.
Le lieu où accostèrent les amis du Sauveur, à l’orée de la Gaule intérieure, était une indication du Ciel : remplis d’ardeur et de foi pour la mission qui les attendait, gagner au Christ la « Provincia Romana », ils se répartirent la tâche puis se séparèrent.
Saint Lazare se porta vers Marseille dont il devint le 1er Évêque… Sainte Marthe dirigea ses pas vers Avignon… C’est à Tarascon que, d’un signe de croix, elle terrassa le monstre, la « tarasque » à l’haleine pestilentielle qui, semant la terreur et la mort, ravageaient la région.
D’autres disciples du Christ remontèrent le Rhône et fondèrent les premières communautés chrétiennes de Vienne et de Lyon qui donnèrent de nombreux martyrs en l’an 177 [sainte Blandine, saint Pothin,…].
Marie Salomé, mère de Jacques et Jean, et Marie Jacobé restèrent sur place, c’est pour cette raison que ce lieu reçut le nom de Saintes-Maries-de-la-Mer. Elles évangélisaient les nomades qui parcouraient les forêts et les bras du Rhône.
Quant à Marie-Madeleine, elle choisit « la meilleure part » : conduite par la Providence dans les forêts de Provence comme elle l’avait été sur les flots, elle gravit les pentes d’un impressionnant massif, et s’en fut pleurer ses péchés dans la « Sainte Baume », la grotte creusée au flanc d’une longue falaise rocheuse.
Elise Humbert – Cotignac et la mission divine de la France (2015)
source

Maris, aimez vos femmes comme le Christ ! père Guy Pagès - Vidéo




S. Paul a la réputation d'être misogyne parce qu'il demande aux épouses d'être soumises à leur mari. (Col 3.18 ; Tt 2.5 ; Ep 5.22 ). Mais S. Pierre demande la même chose (1P. 3.1, 5). Comment comprendre ces versets aujourd'hui où le féminisme a tellement influencé les psychologies et la société toute entière ?

Pour comprendre ce que veulent dire S. Pierre et S. Paul, et qui est si important, il faut partir du principe même de l'homme et de la femme, c'est-à-dire de Dieu En la Trinité, chaque personne est Dieu et toutes les trois ensemble sont l'unique et même Dieu. Chaque personne, tout en étant avec les deux autres le même et unique être divin, a Sa propre personnalité, Sa propre façon d'aimer. Ainsi le Père seul engendre le Fils, et seul le Fils est engendré du Père, comme seul le Saint-Esprit procède du Père et du Fils.

L'homme et la femme créés à l'image de Dieu réfléchissent ce jeu des relations trinitaires. Nous lisons au livre de la Genèse que la femme a été tirée du côté d'Adam (Gn 2.21+), qu'est-ce à dire sinon que la femme joue dans l'amour le rôle que le Fils joue dans la Trinité en Se recevant du Père ? La femme se reçoit de son mari comme le Fils Se reçoit de Son Père, et elle doit aimer son mari comme le Fils aime dans l'éternité le Père. Et comment dans le temps Jésus nous a-t-il montré qu'Il aimait le Père dans l'éternité ? En renonçant à Sa volonté propre, pour faire celle de Son Père. Ainsi, l'épouse est appelée à incarner l'amour en faisant le moment venu le sacrifice de sa propre volonté, comme le Christ.

Telle est la façon particulière des épouses d'aimer : imiter, incarner l'amour du Fils pour le Père. Or, je le répète, le Fils n'est en rien inférieur au Père parce qu'Il est le Fils. Ils sont ensemble l'unique et même Dieu (Jn 10.30).

Certes, cela ne veut pas dire que le mari a le droit de demander à sa femme n'importe quoi ! St Paul précise aussitôt : « Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l'Eglise. » (Ep 5.25). Et comment le Christ a-t-il aimé l'Eglise ? Jusqu'à donner Sa vie pour elle !

Chacun doit jouer son rôle, qui est différent pour chacun. Le mari est la tête et l'épouse le cœur de ce "nous" réalisé par leur amour réciproque. Une tête sans cœur est inhumaine, et un cœur sans tête fait n'importe quoi. Un être qui a deux têtes est un monstre, et toute communauté divisée court à sa ruine, ainsi la femme réalise l'unité de sa famille par le sacrifice qu'elle fait de sa volonté propre à son mari. Et non seulement elle donne ainsi à son mari la preuve d'amour dont il a besoin pour jouer son rôle d'époux et de chef de famille, mais encore elle apprend aux enfants, par son obéissance, à obéir à leur père... Service irremplaçable rendu aux enfants comme à la société, tant il est vrai qu'il n'y a de salut que par l'obéissance ! Voilà pourquoi tant de familles n'arrivent plus à se former : elles sont empoisonnées par le féminisme qui a fait croire aux femmes qu'elles avaient à se réaliser en s'opposant à leur mari, à revendiquer à leur encontre leur dignité dans l'égalité des rôles, au lieu d'accepter leur différence et sa beauté pour en faire la si merveilleuse offrande !

Le grand Jubilé du Puy-en-Velay

Voir ce livre dans la librairie
...l'un des plus anciens de l'histoire de l'Église, fut décrété par le Pape Jean XV, lorsque le 25 mars, jours de l'Annonciation (conception du Christ) coïncide avec le vendredi Saint (jour de sa mort sur la Croix).

Le 25 mars 2016 (fête de l'Annonciation) débute le Jubilé du Puy qui s'achève le 15 août (fête de l'Assomption) par une procession.

Ce sera le dernier jubilé du XXIème siècle, le prochain étant en 2157...

L'abbé E. Peyron fut curé de Vieille Brioude, département de la Haute-Loire en région Auvergne. Dans son livre Histoire des Jubilés de Notre Dame du Puy, nous trouvons tous les éléments qui peuvent nous aider du point de vue historique et doctrinal.

Dans la première partie du livre nous lisons le « Jubilé en général » et dans la deuxième partie le « Jubilé particulier à Notre Dame du Puy ».
Il a été ajouté à ce livre un récit des jubilés du XXème et le jubilé d'Andria en Italie.

Allons au Puy en Velais en 2016 !




Pourquoi adopter un enfant avorté ? - Monique Marie

Trouver ce livre dans la librairie
Tous les livres de Monique-Marie

Parce qu'il est vivant.

​​L'Église enseigne en effet :  "que chaque âme spirituelle est immédiatement créée par Dieu; ​[...] Elle nous apprend aussi qu'elle est immortelle.
Elle ne périt pas lors de sa séparation du corps dans la mort (donc dans l'avortement aussi) et s'unira de nouveau au corps lors de la résurrection finale" [Extr. CEC n°366].

Mais beaucoup de parents qui avortent de leur(s) enfant(s) ignorent ou veulent ignorer cette réalité. Il y a donc des millions d'âmes qui sont orphelines de leurs parents terrestres.
Qui aura pitié d'elles ?
Qui acceptera d'adopter spirituellement une ou plusieurs de ces âmes?
Qui, le faisant, permettra à ces âmes d'aller peu à peu apprendre à leurs parents leur existence, le ciel, l'amour de Dieu.
Qui sauvera ainsi toutes ces mamans et tous ces papas ?
Un grand mal est tombé sur la France et de nombreux pays à cause de la mort de ces enfants.
Si nous les adoptons, la France et nos pays refleuriront.
Courage !

Qui peut adopter?

Tous les hommes de bonne volonté, ce terme incluant :
  • les hommes, car nos contemporains (masculins) se croient souvent indemnes de cet acte et ne peuvent donc pas en guérir.
  • les femmes
  • les familles
  • tous les jeunes capables de ce don
  • les prêtres, les religieux et les laïcs consacrés

Quand ?

Le plus vite possible, les millions d'enfants avortés attendant cet acte de réparation et de compassion.

​Les fruits de cette adoption

A travers cette adoption, Notre Seigneur qui est riche en miséricorde vous accordera de grandes guérisons ainsi qu'aux parents géniteurs. Ces guérisons seront différentes selon chacun.
​Vous en témoignerez. et ils en témoigneront.

Accéder à la démarche

http://adoptonslesenfantsavortes.fr/index.html

Malheur au monde qui cause tant de chutes ! - St Ignace Briantchaninov



À cause du manque de guides spirituels, de vivants vases de l’Esprit, à cause des innombrables périls dont nous somme entourés, notre situation mérite d’amères larmes, d'inconsolables lamentations. Nous sommes en détresse, nous nous sommes fourvoyés et il n'y a pas de voix qui puisse nous ramener de notre égarement  : le livre reste muet, l’Esprit déchu, désirant nous maintenir dans l’erreur, nous fait même oublier qu'un tel livre existe. Sauve-moi Seigneur, criait David qui, dans l'Esprit de prophétie, prévoyait  nos maux et parlait au nom de celui qui désire être sauvé, il n’est plus de saint! Il n’y a plus de maître ou de guide pneumatophore capable de nous montrer sans erreur la voie du salut, auquel celui qui veut être sauvé, puisse se confier en toute sécurité. Plus de fidèles, chez les fils des hommes, chacun ment à son voisin (Ps. 11, 1-3) sous l'impulsion d'une sagesse profane uniquement capable de développer et de sceller  les erreurs et la présomption. Nous sommes devenus extrêmement vulnérables, tandis que les occasions de chute se sont multipliées : autour de nous et ont acquis une puissance énorme ; elles se présentent dans une grande diversité et avec un attrait trompeur au regard malade de notre esprit et de notre cœur qu’elles attirent à elles et détournent de Dieu. Nous nous sommes à tel point soumis à l'influence  des tentations que nous avons même abandonné la direction spirituelle fondée sur la parole de Dieu et qui est pourtant notre seul moyen de salut. Cette direction spirituelle exige que l’on mène une vie très attentive, libre de distractions, mais notre volonté dépravée exige juste le contraire. Nous nous sommes tournés vers la réussite matérielle, vers  la réussite dans ce monde. Il nous faut des honneurs, il nous faut l’abondance et le luxe. Il nous faut des distractions et notre part de plaisirs mondains. Pour réaliser tout cela, nous sommes exclusivement préoccupés par le développement de la nature déchue. Nous avons perdu jusqu’à la notion de nature renouvelée ; les commandements de l’Évangile sont négligés et oubliés; l'ascèse intérieure nous est totalement inconnue, mais nous sommes complètement absorbés par l’ascèse extérieure dans le but de paraître pieux et saints aux yeux du monde et d’en recevoir la récompense. Nous avons abandonné la voie étroite et pénible du salut, et nous cheminons sur la voie large et aisée. Sauve-moi, Seigneur,  car il n’y a plus de saints. Nous voici  plus petits que toutes les nations, nous voici humiliés par toute la terre à cause  de nos péchés. Il n’est plus en ce temps, chef, prophète ni prince (Dan. 3, 37-38) pour nous guider dans la guerre invisible aux yeux de la chair, car ce n’est pas à la chair et au sang que nous sommes affrontés, mais aux Autorités, aux Pouvoirs, aux Dominateurs  de ce monde de ténèbres, aux esprits du  mal qui sont dans les lieux célestes (Éph. 6-12)

Malheur au monde qui cause tant de chutes ! Certes il est nécessaire qu'il y en ait (Matth.18,7) a dit le Seigneur. Dieu permet à la fois la venue des tentations et la détresse morale qu'elles entraînent. Aux approches de la fin du monde, elles doivent devenir si fortes et si nombreuses que par suite de l'iniquité croissante, l'amour se refroidira dans la multitude (Matth. 34,12) Mais le fils de l'homme quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? (Lc18,8). La maison d'Israël (l'Église) sera dévastée par l'épée, par la violence mortelle des tentations et deviendra déserte (Ez. 38,8)

La vie selon Dieu devient très difficile. Elle le devient parce que celui qui vit au milieu des occasions de chute et qui en a constamment sous les yeux ne peut pas ne pas en subir l'influence. De même que la glace perd sa dureté au contact de la chaleur et se transforme en la plus douce des eaux, de même un cœur débordant de bonne volonté, s’il est exposé à l'influence des tentations, surtout quand elle est constante, s'affaiblit et par changer. Mener une vie selon Dieu deviendra très difficile à cause de l'ampleur de l'apostasie généralisée. Les apostats dont le nombre aura augmenté, par le fait qu’ils continueront de s’appeler chrétiens et d'apparaître extérieurement comme tels, pourront d’autant plus facilement persécuter les vrais chrétiens ; ces apostats entoureront les vrais chrétiens de multiples pièges en dressant d’innombrables embûches sur la voie de leur salut et feront obstacle à leur désir de servir Dieu, comme le remarque saint Tikhon de Voronège et de Zadonsk. Ils agiront contre les serviteurs de Dieu par la violence de leur pouvoir, par la calomnie, par des machinations pleines de malice, par toutes sortes d'artifices et par de cruelles persécutions. Le Sauveur du monde trouva à grand-peine refuge dans l’obscur et lointain village de Nazareth pour se cacher d'Hérode et des scribes, des Pharisiens, des prêtres et des grands-prêtres juifs qui le haïssaient ; de même …

Merci à Maxime

« Condamnons le juste à une mort infâme » (Sg 2,1a,12-22)

Lecture du livre de la sagesse

Les impies ne sont pas dans la vérité
lorsqu’ils raisonnent ainsi en eux-mêmes : 
« Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, 
il s’oppose à nos entreprises, 
il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, 
et nous accuse d’infidélités à notre éducation. 
Il prétend posséder la connaissance de Dieu, 
et se nomme lui-même enfant du Seigneur. 
Il est un démenti pour nos idées, 
sa seule présence nous pèse ; 
car il mène une vie en dehors du commun, 
sa conduite est étrange. 
Il nous tient pour des gens douteux, 
se détourne de nos chemins comme de la boue. 
Il proclame heureux le sort final des justes 
et se vante d’avoir Dieu pour père. 
Voyons si ses paroles sont vraies, 
regardons comment il en sortira. 
Si le juste est fils de Dieu, 
Dieu l’assistera, et l’arrachera aux mains de ses adversaires. 
Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; 
nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience. 
Condamnons-le à une mort infâme, 
puisque, dit-il, quelqu’un interviendra pour lui. » 

C’est ainsi que raisonnent ces gens-là, mais ils s’égarent ; 
leur méchanceté les a rendus aveugles. 
Ils ne connaissent pas les secrets de Dieu, 
ils n’espèrent pas que la sainteté puisse être récompensée, 
ils n’estiment pas qu’une âme irréprochable puisse être glorifiée. 

Le texte ci-dessus est un extrait de la Bible. C'est la lecture du vendredi de la quatrième semaine de carême. Vous pouvez recevoir les textes du jour en vous abonnant ici http://levangileauquotidien.org/M/FR/ ou là http://peripsum.org/M/TRF/

Le travail des écoles libres catholiques et leur pérennité sont indispensables pour que subsistent les savoirs et la culture chrétienne

Extrait de la Lettre aux Amis et Bienfaiteurs de l'Association de Défense de l'École Catholique n° 28
de mars 2016.

L'utopie scolaire

Chers amis et bienfaiteurs

Pour se faire une petite idée de l'emprise idéologique que le système éducatif officiel impose aujourd'hui à tous les enfants, il n'est pas inutile de se reporter à une situation ancienne comparable : celle qui a suivi la Révolution de 1917, en Russie, durant plus d'une décennie. On y trouve la même volonté d'y façonner un homme nouveau, la même ambition d'éduquer ou de rééduquer la société tout entière, les mêmes références à l'esprit des Lumières, la même tentative globalisante et même totalitaire de réformer l'homme, à commencer par l'enfant dès son plus jeune âge, pour s'assurer de sa docilité la plus stricte, jusqu'à ce qu'il ait assimilé le credo et la morale qu'on lui aura inculqués. La lecture de l'ouvrage de Wladimir Berelowitch, La soviétisation de l'école russe(1), est à cet égard très éclairante.

« Dans son principe, l'école soviétique est née d'un projet irréalisé et irréalisable, bien que jamais abandonné : la formation d'une société parfaite. » (p.13) Pour réaliser cette utopie, le parti de Lénine se lancera dans une vaste entreprise de démolition et dans une vaine tentative de reconstruction, dont ses successeurs récolteront les fruits amers d'un échec patent.

« Le but de l'école est (...) de répandre le liquide idéologique qui imprégnera la société tout entière. Quant au personnel, il doit être rééduqué avant d'éduquer à son tour, car si l'éducation s'adresse à des esprits vierges, les créatures déjà perverties doivent, elles, être reconverties. » (p.15) Nos modernes idéologues n'ont pas oublié ce principe, lorsqu'ils ont confié aux pédagogistes patentés ainsi qu'aux structures qui leur ont succédé la mission délicate de produire des enseignants adaptés au profil de « reconversion ».

Qui dit école nouvelle, dit rupture avec l'ancienne. En se référant aux pédagogues occidentaux (Rousseau, Pestalozzi, l'Américain J. Dewey et sa « pédagogie par projets », Montessori, Decroly qui sont autant de références toujours vénérées aujourd'hui), le pouvoir soviétique décide de se donner un système éducatif qui prétendra à l'égalité.

Les premières réformes porteront notamment sur les programmes, les manuels scolaires et les devoirs à la maison. Les programmes sont abolis. « On considérait, selon le principe de la décentralisation, qu'il appartenait à chaque école, à chaque région de s'adapter aux conditions locales et d'étudier ce qui bon lui semblait. Le manuel était considéré comme trop universel (toujours selon le principe de décentralisation) et trop dogmatique, desséchant, diffusant des connaissances « mortes », étrangères à la « vie » réelle. Selon les auteurs des programmes de 1920-1921, il fallait supprimer les manuels de grammaire, car à l'école, « il faut étudier la langue vivante et non un manuel de grammaire. » (p.23)

Les devoirs sont désormais interdits à la maison. Disparaissent officiellement aussi les punitions, les examens d'entrée ou de sortie, et les notes. « Le contrôle des connaissances devait être remplacé par l'auto-contrôle, les travaux collectifs, les exposés des élèves, les expositions de fin d'année, des « carnets » individuels ou collectifs où les maîtres inscrivaient des appréciations. » (pp.23-24) On reconnaît là l'origine du débat sur le bien-fondé des notes, mais aussi le recours au « livret personnel de compétences » qui enregistre l'acquisition par les élèves des objectifs fixés par « le socle commun », ou encore les Travaux Pédagogiques Encadrés qui seront démultipliés par les tout prochains Enseignements Pratiques Interdisciplinaires, lesquels occuperont 20 % du temps de travail des collégiens.

A cela s'ajoutaient l'interdiction de l'enseignement religieux dans l'enceinte de l'école et la suppression des langues anciennes qui, devenant des matières facultatives, disparurent progressivement.

L'école devient « unique » pour ne former qu'un vaste tronc commun pour tous les élèves âgés de 8 à 17 ans. La mixité est rendue obligatoire. Le projet prévoyait en outre que le travail productif fût le fondement de cette école nouvelle.

Quels furent les résultats de cette politique scolaire ? Un vaste échec là où les mesures furent appliquées : « "On a fait beaucoup de théâtre, on a dessiné, on a chanté, on a fait du modélisme, mais on n'a pas appris à lire et à écrire", déplore un instituteur en 1924. "Nous avons tous oublié une matière : comment apprendre à écrire aux enfants", écrit un autre en 1927. » (pp.87-88)

L'étude historique de W. Berelowitch est surprenante d'actualité. Mais la surprise est relative si l'on se rappelle que les théories pédagogiques actuelles sont le prolongement du plan éducatif des communistes Langevin et Wallon, élaboré à la demande du Général de Gaulle, achevé en 1947, mais mis en application avec des variantes et des ajouts, sous la présidence de Giscard d'Estaing, dès 1975. L'échec de ces pratiques en URSS, portées par une idéologie totalitaire, aurait pu servir d'avertissement. Mais il n'en est rien.

Le nouveau « socle commun de connaissances, de compétences et de culture », accentuant les réformes précédentes, prépare de beaux jours à l'illettrisme et à l'endoctrinement.

Ce nouveau programme, applicable dès la rentrée 2016 du CP à la 3e, prévoit lui aussi un homme nouveau, une société égalitariste fondée sur les principes d'un socialisme mondial hostile aux identités nationales, à la véritable culture, cherchant à désamorcer toute critique du système et mettant l'instruction au service d'une économie ultra-libérale qui détrône le bien commun politique des sociétés contemporaines.

A cela s'ajoute une morale d'État qui dessine les limites d'un « vivre-ensemble », lequel, malgré ses bonnes intentions apparentes, s'avère illusoire, puisqu'il n'est pas fondé sur une communauté d'idées. Seule la vérité unit les intelligences. Mais vouloir imposer des idées communes tout en prétendant qu'il n'y a pas de vérité (en dehors de celles imposées par l'Etat), c'est le propre du totalitarisme.

Le formatage des comportements et le nivellement démagogique de la culture de masse aboutissent à une mainmise sur les esprits. Comme l'écrit Laurent Fidès, « l'éducation morale à l'école consiste à déterminer en chacun des conduites d'auto-suspicion et à les éviter par l'adoption de pensées et de comportements conformes. (2)» C'est l'art de manipuler les esprits qui supplante l'art d'instruire et celui d'éduquer.

Le travail des écoles libres catholiques et leur pérennité sont d'autant plus indispensables pour que subsistent les savoirs et la culture chrétienne qui préservent la véritable liberté de pensée, l'identité issue de l'assimilation de l'héritage de la civilisation chrétienne, et donnent aux enfants une authentique égalité des chances de s'insérer dans la société par leur richesse intellectuelle, morale et spirituelle.

Les écoles hors contrat sont bel et bien d'intérêt public. Elles seules apportent des solutions réalistes dont les résultats probants ne suffisent malheureusement pas à nos dirigeants pour qu'ils désirent renouer avec le succès scolaire. Cet entêtement à maintenir des méthodes pédagogiques qui sont sources d'échec a de quoi surprendre. A moins que nos responsables politiques ne privilégient d'autres objectifs que le bien des enfants...

Abbé Philippe Bourrat, Directeur de l'enseignement du District de France de la FSSPX.

(1) - Éditions de L'Âge d'Homme, 1990.
(2) - Laurent Fidès, Face au discours intimidant – Essai sur le formatage des esprits
à l'ère du mondialisme, Editions du Toucan, 2015, p.45

Bonnes nouvelles de la petite Maryam en Irak ! - Vidéos




Aujourd’hui, Maryam habite à Erbil dans le village que l’AED a construit pour loger des milliers de réfugiés. Elle va aussi dans l’une des écoles construites par l’AED.

Voici la précédente vidéo de Maryam (avril 2015) :


L’extraordinaire leçon de foi d’une fillette irakienne chrétienne ! Myriam a 10 ans, elle est chrétienne, et a été chassée de Qaraqosh avec toute sa famille par les djihadistes de l’État islamique. Interviewée au sein du camp où ils sont réfugiés, elle révèle une maturité humaine et spirituelle incroyable. Que ressent-elle vis-à-vis de ceux qui leur rendent la vie si difficile ? « Je ne leur veux aucun mal, je souhaite que Dieu leur pardonne. » Et elle, peut-elle leur pardonner ? Son « oui » fuse sans aucune hésitation. À méditer… Merci, Seigneur, pour les enfants, pour Myriam, pour son cœur et son intelligence ouverts à l'Esprit Saint, pour son sourire, pour sa Foi, sa Charité, son Espérance!

FORUMS JÉSUS LE MESSIE : Partager l'Évangile aux musulmans


JÉSUS LE MESSIELa Bonne Nouvelle du Christ annoncée aux musulmans

PROCHAINS FORUMS à PARIS en mai,
à TOULOUSE en juin et à TOULON en octobre

Partager l'Évangile aux musulmans


Forum samedi 21 et dimanche 22 mai 2016 - PARIS

5ème édition - ND de Grâce de Passy - 8 bis rue de l’Annonciation - 75016 Paris

Intervenants :
Monseigneur Philippe BRIZARD (ancien directeur de l'Oeuvre d'Orient),
Père Samir Khalil SAMIR (jésuite, recteur de l'université pontificale orientale - Rome),
Père Edouard-Marie GALLEZ (frère de saint  Jean, spécialiste des origines de l'islam),
Père Michel GITTON (Communauté Aïn Karem)
Père Christian TROLL (jésuite, auteur du site "réponses aux musulmans" - Francfort),
Père Guy PAGES (diocèse de Paris),
Abbé Guillaume de TANOÜARN (centre saint Paul),
Abbé Louis-Marie de BLIGNIERES (Fraternité saint Vincent Ferrier)

Je m'inscris au forum...

Conférences, Tables Rondes, Témoignages,
nombreux Stands d'associations, groupes de prière...

Entrée gratuite - Inscription obligatoire

Forum le samedi 11 juin 2016 - TOULOUSE

6ème édition - Maison diocésaine du Christ Roi - 28 rue de l'Aude - 31500 Toulouse

Intervenants :
Père Pierre-Marie SOUBEYRAND (communauté des Béatitudes),
Annie LAURENT (auteur du " L'islam peut-il rendre l'homme heureux ? ")

Je m'inscris au forum...

Conférences, Tables Rondes, Témoignages,
nombreux Stands d'associations, groupes de prière...

Entrée gratuite - Inscription obligatoire

Forum samedi 8 et dimanche 9 octobre 2016 - TOULON

Dans l'unité avec nos frères protestants

7ème édition - Espace saint Jean Paul II - Domaine de la Castille - 83260 La Crau

Intervenants :
Monseigneur Dominique REY (évêque de Fréjus Toulon),
Saïd OUJIBOU (pasteur évangélique),
Mohammed Christophe BILEK (fondateur de ND de l'Accueil),
Mustapha KRIM (ancien président de l'Église protestante d'Algérie)
Abbé Fabrice LOISEAU (missionnaire de la miséricorde divine)

Je m'inscris au forum...

Conférences, Tables Rondes, Témoignages,
nombreux Stands d'associations, groupes de prière...

Entrée gratuite - Inscription obligatoire

Sermon sur l'enfer : Le Curé de Cucugnan de Marcel pagnol (1968) - Vidéo

Voici la vidéo d'un célèbre appel à la confession où le sourire le dispute au sérieux, à la profondeur et à l'émotion : il s'agit du fameux sermon sur l'enfer du curé du Cucugnan écrit et réalisé par Marcel Pagnol d'après un conte d'Alphonse Daudet publié dans le recueil des Lettres de mon moulin (1869).

Notre Seigneur fasse que cet appel nous incite à rejoindre le tribunal de la pénitence où chacun pourra bénéficier de la véritable miséricorde de Dieu.


À Cucugnan, dans l'Aude, la foi n'est plus présente. Le curé raconte dans un sermon qu'il a visité le Paradis puis le Purgatoire et n'y a pas trouvé les habitants décédés de Cucugnan. Il dit qu'il a fini par les trouver en Enfer. Il fait alors le projet de confesser tout le village et de redonner la foi à tous les habitants. Ce sermon remarquable nous invite à tout faire pour éviter cet horrible lieu qu'est l'enfer.

Vous qui m'avez suivi et m'avez fait connaître serez aussi debout avec le Christ dans Sa gloire (28.02.2010) notre Sainte Mère à Julia Kim

Miracle eucharistique et message d’amour de notre Sainte Mère reçu par Julia Kim à Rome le 28 février 2010.

Julia Kim demeure à Naju (Corée du Sud). Épouse convertie au Catholicisme, elle est mère de quatre enfants.

Elle a été bénéficiaire d'une guérison miraculeuse alors que le médecin traitant l'avait renvoyée chez elle pour y mourir.

Depuis le 30 juin 1985, une petite statue, qui lui appartenait, a versé des larmes d'eau et de sang pur durant plus de 700 jours.

Statue de la Vierge Marie
ayant versé des larmes
à plusieurs reprises.
Jésus et Marie ont demandé à Julia de s'offrir comme âme victime en réparation des péchés du monde, surtout celui de l'avortement.

Julia souffre régulièrement les agonies d'un enfant que l'on avorte, agonie qui s'étend parfois sur plusieurs heures.

Témoignage

"Par obéissance à la demande de notre Sainte Mère de visiter l’Archevêque Giovanni Bulaitis le 24 novembre 2009, j’arrivai à Rome dans la nuit du 26 février 2010 avec le père Chang et quatre autres compagnons. Le lendemain matin, le samedi 27 février, madame Cäcilia Pohl d’Allemagne, rendait visite à son Excellence l’Archevêque Giovanni Bulaitis à sa résidence officielle. Son Excellence nous a dit qu’il a reçu une réponse de notre Sainte Mère alors qu’il priait deux jours auparavant: «Tu discerneras les mots de Julia. La dernière fois tu as reçu l’Eucharistie (le 24 novembre 1994) de Julia; cette fois-ci tu lui donneras l’Eucharistie. » Son Excellence nous invita le jour suivant à la messe du dimanche le 28 février.

La messe concélébrée par l’Archevèque Bulaitis et le père Aloysius Chang débuta à 10 heures le 28 février dans la chapelle de la résidence de son Excellence.

Alors que je méditais après avoir reçu la sainte communion, j’ai senti dans ma bouche l’Hostie devenir plus grosse et j’ai demandé à Peter Kim assis près de moi de regarder.



Peter a été étonné et a avisé Son Excellence de ce qu'il a vu.


Son Excellence, le père Chang, quatre sœurs et les visiteurs de Corée et d’Allemagne ont tous vu le miracle de l’Amour au cours duquel l'Eucharistie s’est changée en chair et en sang.


Après avoir observé le changement des espèces de l’Eucharistie, son Excellence m’a demandé d’avaler l’Eucharistie. J’avais espéré que l’Eucharistie soit conservée, mais je l’ai avalée par obéissance à la demande de son Excellence. À ce moment Jésus et la Sainte Mère sont apparus bénissant toutes les personnes dans la chapelle. Puis, la Sainte Mère a commencé à parler;"


La Sainte Mère :

«Giovanni, mon très aimé fils sur qui je peux poser mon regard sans douleur! En union avec mon Fils Jésus, je t’aime beaucoup. Tu as été appelé (à Naju en 1994) comme représentant du Pape et j’ai toujours été avec toi en chacune de tes actions. Parfois je t’ai protégé des dangers de mort et je me suis occupée de toi.

Mon bien aimé fils qui a été spécialement appelé.

Le Seigneur, qui détient les clefs de la mort, de l’enfer, et du Ciel, est aussi l’Alpha et l’Oméga, c’est à dire le commencement et la fin, n’est-ce pas? Le Seigneur est mort, mais est vivant et respirant dans l’Eucharistie (comme tu as vu l’Eucharistie bougeant dans la bouche de Julia) et sera présent maintenant et éternellement. À Naju, le Seigneur a commencé les miracles de l’Eucharistie descendant d’en-haut à travers toi, mais aujourd’hui c’est le jour où par toi, le miracle eucharistique s’est produit pour la dernière fois. Ne t’inquiète pas, mais médite bien sur « l’Oméga » et mets le en pratique.

La division dans l'Église continue à devenir plus sérieuse et de nombreuses âmes sont tombées dans un marais et pataugent, mais même les bergers, qui sont censés faire connaître le Seigneur, sont spirituellement aveugles et sourds et chantent les temps de paix même en étant témoins des désastres qui se produisent en différents endroits dans le monde et critiquent les fautes des autres en restant aveugles à leurs propres fautes. Le Cœur de cette Maman est devenu si anxieux et affecté et c'est pourquoi j’ai arrangé votre réunion ainsi. Donc, dépêchez-vous d'aider Naju à être approuvé aussitôt que possible pour que de nombreuses âmes puissent se repentir et être sauvées.

Mon Fils Jésus, qui possède la Nature Divine, devrait recevoir tout pouvoir, honneur, gloire, et louanges, mais peu nombreux sont mes enfants qui acceptent qu’Il vienne dans l’apparence du pain, cachant Son Pouvoir, Sa solennelle Dignité et Humanité, pour sauver tous les pauvres enfants dans le monde qui ont perdus leur chemin et qui sont inquiets. C'est pourquoi mon Fils Jésus porte la couronne d'épines au lieu de la couronne royale même aujourd’hui et permet votre rencontre, avec Son amour, dans le but de sauver mêmes ces âmes qui ont un visage humain mais un esprit brutal.

Giovanni, mon très aimé fils! Comme il n'y a pas de temps pour hésiter ou remettre, presse toi, avec un esprit le plus sublime, de remettre au Pape et au Cardinal Ivan Dias la substance de Jésus présent dans l’Eucharistie et les messages pour qu’ils (les messages) soient mis en pratique.
Vous tous, mes choisis et qui savez bien que Dieu peut vous rendre prospères et fructueux mais peut aussi vous exterminer et vous anéantir, vous devez être unis avec un amour beaucoup plus grand et perpétuer les Mystères Pascals de la Dernière Cène et de la Résurrection, car votre situation est la même que celle des Apôtres, qui ont été personnellement choisis par le Seigneur pour le salut du monde, rassemblés au Cénacle avant qu'ils n'aient parachevé leur mission par leur martyr.

À travers ma présence invisible, je construirai à nouveau les endroits détruits par Satan, avec votre aide, pour que le triomphe puisse être réalisé dans la bataille féroce dans ces temps de la fin. Ainsi, vous verrez sûrement le triomphe de mon Cœur Immaculé, et, quand mon Fils Jésus reviendra en ce monde, vous qui m'avez suivi et m'avez fait connaître serez aussi debout avec le Christ dans Sa gloire » .

Traduit par Robert

Pour en savoir plus sur Julia Kim et les apparitions à Naju en Corée.



Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés