Peut-on croire en l’Évangile et refuser la divinité du Christ ? - Vidéo

Plusieurs groupes dans l'Histoire ont dit accepter l’Évangile sans croire en la divinité du Christ en prétendant notamment que quelques parties du texte auraient été mal traduites ou falsifiées. Mais en réalité, ce ne sont pas seulement quelques versets qui témoignent en faveur de la divinité du Christ : c'est l'ensemble du Nouveau Testament dans toutes ses parties qui révèle son mystère de manière constante et forte.
Dieu s'est révélé dans la Première Alliance avec Israël pendant des siècles et le Nouveau Testament va utiliser cette grammaire pour expliciter le mystère du Christ, qui est le cœur de l’Évangile : en définitive, tout ce qui était réservé à Dieu dans l'Ancien Testament sera systématiquement attribué au Christ par le Nouveau Testament et dès l'origine, les premières communautés chrétiennes ont rendu au Christ le culte d'adoration qui était réservé à Dieu seul.
Dès lors, comment on pourrait accepter globalement l’Évangile et nier la divinité du Christ ?

Vidéo réalisée par l'association Marie de Nazareth

En plus de tous les arguments donnés dans la vidéo ci-dessus sur les comportements de Jésus qui attestent implicitement sa divinité, on peut ajouter que :
- Là où les prophètes disaient "Parole du Seigneur", il dit : "En vérité je vous le dis"; et en disant "Vous avez appris qu'il a été dit... moi je vous dis", il met son enseignement à l'égal de celui de Dieu ("il a été dit" est un "passif divin", un passif utilisé pour éviter de nommer Dieu, par révérence envers son Nom) ; d'où l'étonnement de l'auditoire: "Il enseigne avec autorité".
- Il s'attribue le pouvoir de pardonner les péchés, qui, comme le remarque l'auditoire, est une prérogative divine (cf. épisode du Paralytique).
- Il guérit en vertu de son propre pouvoir ("je le veux, sois purifié"), alors que les prophètes le faisaient par intercession. Sa Parole est efficace comme celle de Dieu même.
- Il appelle le Père "Abba", "Papa", ce qui implique une affectueuse réciprocité jusque là rendue impossible par le sens de la transcendance divine. Réciprocité qui trouve son expression dans l'hymne de jubilation (Lc 10.21 ss.): "Tout m'a été remis par le Père, personne ne connaît le Fils sinon le Père, et personne ne connaît le Père sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler" (avec le sens sémitique très fort du verbe "connaître"). Ce "tout" (tout court) a pour origine le Père. Il a donc a un sens très vaste, qui concerne ce qu'est et ce que fait le Père: et c'est parce qu'il a ainsi tout reçu de lui, qu'il peut se dénommer "le Fils", au singulier.
- Quand on demande à Jésus de justifier son comportement envers les pécheurs, il parle de la miséricorde du Père (Luc 15), suggérant ainsi qu'il la rend présente dans sa personne et ses actes. Nul autre que lui n'aurait pu le faire ainsi, à savoir transmettre efficacement le pardon de Dieu. Une chose en effet est de révéler et proposer la miséricorde du Père en en témoignant (ce dont tout baptisé est capable), autre chose de la rendre efficacement présente en pardonnant en son Nom (ce dont à l'origine seul le Christ est capable, puis par la suite ceux à qui il transmet ce pouvoir et cette mission - Jn 20).
- Il utilise constamment des expressions à double sens. Par exemple quand il marche sur les eaux: "C'est moi, n'ayez pas peur", pourrait se lire aussi "Je suis, n'ayez pas peur" (Mc 6,50). Ou encore "C'est pour cela que je suis sorti" (Mc 2,38), où dans le contexte, cela peut signifier "sorti de la maison", mais la motivation donnée (annoncer la Bonne Nouvelle) montre qu'il ne s'agit pas des seules circonstances présentes, mais du sens de tout son ministère. De ce point de vue, d'où "sort"-il au juste, sinon du sein du Père?
Bref, son identité divine n'est pas énoncée clairement comme telle, mais elle filtre dans tous les aspects de son comportement.


Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés