Une excellente publication, qui tombe bien.
Émission de Louis Daufresne, le grand témoin.

Scandale dans les écoles catholiques

Sexe et pornographie dans les livres scolaires obligatoires

Une enquête exclusive de Réinformation.TV sur un immense scandale entouré d'une loi du silence, des associations de parents d'élèves, des autorités ecclésiastiques, évêchés, prêtres etc...

Cela se passe en Bretagne à Rennes, en Normandie, en Mayenne, dans le Val de Marne mais pas seulement...

(*) Une enquête réalisée par Armel Joubert des Ouches
Journaliste et caméraman depuis 30 ans, ancien correspondant de TF1, de l’AFP et de Radio France.

En collaboration avec la journaliste Jeanne Smits

Le scandale du sexe et de la pornographie dans les livres scolaires obligatoires s’étend dans le silence des parents d’élèves, des associations de parents et des autorités religieuses. Il touche tant les écoles publiques que l’enseignement catholique.

« Je sais qu’il y a 2 scènes de viols, dont une sur une mineure. Je crois aussi qu’il y a une tournante dans une cave. Dès le début, ils présentent le personnage comme une bête de sexe. Il est marié mais sa femme ne lui suffit pas, alors, il a une garçonnière où il se rend pour voir d’autres femmes la nuit. Je n’ai pas tout lu ». Le personnage était « une bête de sexe ».

Le scandale des ouvrages scolaires

La jeune fille qui parle est aujourd’hui âgée de 18 ans. Mais de quoi parle-t-elle ? D’un livre dont la lecture a été imposée par l’un de ses professeurs à toute sa classe de seconde, il y a Trois ans, pour « l’étudier ». Ce livre, c’est L’invention de nos vies de Karine Tuil. On y trouve de nombreuses scènes de pornographie.

C’est un scandale sans nom. Mais il y a plus grave : cela s’est passé dans un établissement de l’enseignement catholique de Rennes : l’Assomption. « Le sexe » abordé sous des traits nauséabonds dans une école catholique bretonne…

Lorsque les faits se produisent, Tiphaine n’a que 15 ans. Cette lecture imposée la choque terriblement, au point qu’elle sera victime de crises de larmes à répétition, d’insomnies fréquentes, de troubles divers.

A l’époque, la lettre d’excuse qu’elle reçoit de Pascal Balmand, le secrétaire général de l’enseignement catholique à Paris ne change pas grand-chose. Le mal est fait. Trois ans après, Tiphaine, que nous avons interviewée en exclusivité, reste toujours profondément choquée. « Je ne pourrai jamais oublier cela », nous a-t-elle déclaré.

A « Saint Vincent » aussi…

Toujours à Rennes, il y a peu, c’est un établissement considéré comme un fleuron de l’enseignement catholique – Saint-Vincent-la-Providence - qui a fait étudier à des élèves de 3e un livre du même acabit. Un ouvrage de Gilles Paris, Autobiographie d’une courgette… Interviewée à visage caché, la mère d’un enfant de 13 ans nous a dit être révoltée par ce que l’on a fait étudier aux élèves.

Livres, sexe et … réactions ?

« Une amie m’a raconté que dans une école de la région, on avait emmené des élèves voir une pièce de théâtre à la fin de laquelle les acteurs se sont promenés, nus, dans la salle, enjambant les fauteuils dans lesquels avaient pris place les élèves… »

Armel Joubert des Ouches et Jeanne Smits qui ont travaillé plusieurs semaines sur cette enquête, ont également pu obtenir le témoignage de ce professeur d’anglais d’un établissement catholique du Val-de-Marne, scandalisé par l’absence de réaction tant de la direction du lycée dans lequel elle travaille que des autorités ecclésiastiques. Notre équipe a tenté d’obtenir des explications auprès de l’évêché de Rennes et auprès des services de Mgr Pierre d’Ornellas, en vain…

Généralisation de la pornographie et loi du silence dans les écoles catholiques et publiques

Dans les établissements publics et privés sous contrat, les cas de ce genre se sont multipliés ces dernières années sans que la presse n’en fasse état.

Pour Pierre de Laubier, professeur et auteur du l’ouvrage « L’école privée … de liberté », il est presque « normal » que des livres comme ceux-là circulent. « L’administration de l’enseignement catholique est un mille-feuilles, tout est fait pour que l’on ne comprenne rien. Par ailleurs, l’école est pieds et poings liés avec l’Education nationale et dès qu’il y a une affaire, tout le monde est mis en cause. Il y a une loi du silence ».

Dans cette enquête qui a emmené Reinformation.TV de la Bretagne à la région parisienne, vous entendrez également le témoignage d’un directeur d’école qui explique comment on en est arrivé là.

"Prière pour la France" des pèlerins de L'Ile-Bouchard






La prière pour la France de L’Ile-Bouchard :

Seigneur Jésus,
nous te confions notre pays,
la France,
et tous ses habitants.

Nous te bénissons pour les nombreuses grâces que tu lui as accordées, pour la variété et la beauté de ses paysages, pour les saints qu’elle a donnés au monde, pour sa vocation de fille aînée de l’Église.

Que nos responsables politiques soient remplis de sagesse, qu’ils soient désintéressés et déterminés à gouverner avec justice et à promulguer des lois qui respectent la vie et les personnes.

Qu’ils reconnaissent les racines chrétiennes de la France.

Marie, toi qui as visité notre pays à plusieurs reprises, toi qui as demandé à L’Ile-Bouchard aux petits enfants, de « prier pour la France», aide-nous à aimer notre pays, à prier pour lui et à y répandre l’Évangile de ton divin Fils.

Apprends-nous à rester fidèles aux grâces de notre baptême.
Donne-nous de saintes vocations pour servir l’Église
et montre-nous comment dire oui à Dieu toute notre vie.
Amen.

http://www.ilebouchard.com/

De l'élection présidentielle - par Pierre-Charles Aubrit Saint Pol

Pierre-Charles Aubrit Saint Pol

Quel est le peuple qui, en dehors de la Russie, ne souhaite un personnel providentiel ?
Un homme de la Providence ?

Ce qui induit que, ce ou ces peuples aient conservé leur foi, leur dieu, car le mot « providence » a pour sens ce que les dieux disposent pour nous les hommes. Oui, mais pour comprendre ce qu’est la Providence encore faudrait-il ne pas s’être détourné de la foi ni de la culture chrétienne.

Je crois que dans sa majorité les peuples et plus dramatiquement le peuple Franc, plus voisins de la litière des veaux que désireux de rejoindre le sommet du cloché de son église paroissiale, ont le goût de l’inexistence. Ils ne savent plus être.

L’homme de la Providence ne peut-être qu’à notre image ; il doit rassurer, consolider nos petits conforts à la petite semaine… Surtout qu’il ne nous sort pas de notre somnolence, il pourrait nous insécuriser. La médiocrité sécurisante et sécuritaire n’a pas de prix, même pas le prix de notre âme. Une âme, vous voulez rire !

Soyez rassurés braves gens, cet oiseau rare est à nos portes. Il est légion et piaffe d’impatience. Il a une belle gueule, médiatique, porteur d’un message de paix. Il vous sera si semblable qu’il sera le pur fruit de votre semence pasteurisée. Ce prétendant vient de vos entrailles éventrées.

Dans les ombres illuminatives se prépare celui que les prophètes ont annoncé. Sa seule fortune sera son sceptre de fer. Il rétablira l’autorité de la loi naturelle, il imposera le respect des lois de la création. Il soumettra les princes, en renversera beaucoup et les nations l’acclameront. Le saviez-vous ? Le saviez-vous ? Dieu est fidèle en sa promesse.

Ces présidentielles pourraient être les dernières ainsi que les prochaines législatives. Beaucoup de ces chers élus regretteront leur ambition, regretteront d’avoir rejeté le baptême de Clovis.

Ne vous croyez pas obligé de choisir entre deux maux, de choisir le moindre mal. Le vote blanc est légitime et refuser de choisir entre les maux différents, entre les médiocrités, c’est faire preuve de liberté morale et avoir un souci majeur du bien commun.

Ne donnons pas de légitimité à un mode de gouvernement, à un personnel qui n’a plus guère l’intelligence du bien commun, qui n’est plus habité par la volonté de servir la patrie au-delà des mots. Laissons ces ombres élitistes dans leurs ténèbres…

surleroc.org

Par l'avortement c'est un pays qu'on assassine

Jacques Bompart rappelle aux parlementaires qu'ils seront tous jugés, une voix se lève pour défendre les enfants à naître...



A l'issue de la discussion générale sur l'extension du délit d'entrave à l'avortement (2016), Jacques Bompard, en plus de ses 53 amendements, a prononcé un discours dans lequel il rappelait que les députés seraient tous jugés.

La nature de Dieu


Nous ne pouvons pas dire exactement ce que Dieu est.

— Le roi et le philosophe. — Hiéron de Syracuse fit un jour venir le philosophe Simonides et lui demanda ce qu’était Dieu. Le sage demanda une journée de réflexion. Après les vingt-quatre heures, il revint en demander deux fois autant, puis quatre jours, et ainsi de suite, en réclamant chaque fois le double du délai précédent. Enfin le roi lui demanda raison de sa conduite, et le sage répondit : « Plus je réfléchis à la question, plus elle devient mystérieuse. » — L’infini ne peut pas être saisi adéquatement par notre intelligence bornée : Dieu seul peut se comprendre lui-même.

L’Omniprésence de Dieu.

Le souvenir de la présence de Dieu rend l’homme intrépide.

 — La peine de l’exil. — Saint Jean Chrysostom évêque de Constantinople (mort en 407), était mal vu des gens de la cour à cause de la liberté de sa prédication : l’impératrice Eudoxie surtout le détestait. Elle le fit un jour menacer de bannissement. «N e pensez pas par là, répondit le saint évêque, m’inspirer une terreur quelconque. Vous devriez savoir que Dieu est présent partout, et que vous ne pourriez m’effrayer qu’en me reléguant dans un lieu où Dieu ne serait pas.» — Si par hasard vous vous effrayiez d’être seul quelque part, pensez à la présence de Dieu. Quand un homme peureux se voit accompagné, sa crainte des fantômes diminue; il aurait d’autant moins de raison de trembler, s’il réfléchissait à la présence de Dieu, sans la volonté duquel aucun spectre ne pourrait apparaître.

I. Le souvenir de l’omniscience de Dieu nous détourne du péché.

 — Un voleur dans un verger. — Un enfant avait escaladé le mur d’un verger pour y voler des fruits. Mais d’abord il se tourna de tous les côtés pour voir s ’il n’était pas observé. Tout à coup l’un de ses camarades, perché dans un arbre d’un jardin voisin, lui cria : « Tu as regardé à droite, à gauche, devant et derrière toi; pourquoi n’as-tu pas aussi regardé le ciel ? » Le petit voleur comprit que son camarade voulait lui rappeler le Dieu qui voit tout : et comme frappé de la foudre, il s’enfuit à toutes jambes. Il n’oublia certainement plus de sitôt la vérité, qu’on ne peut se soustraire au regard de Dieu.
— Les pommes abandonnées. — Un enfant fut envoyé par son père chez ses voisins pour leur faire une commission. En entrant dans la chambre, il ne trouva personne, mais un panier rempli de pommes splendides. Aussitôt la mauvaise pensée lui vint : tu peux bien dérober quelques fruits, personne ne te verra. Mais la pensée de Dieu le retint et il dit devers lui à haute voix : « Oh non ! je ne prendrai rien, car Dieu me voit. » Aussitôt le voisin, assis derrière le poêle, apparut et lui dit : « Tu es un bon enfant. Prends des fruits, tant que tu en veux. » Si l’enfant avait volé, il aurait sans doute été châtié; il éprouva donc doublement combien il est avantageux de penser que Dieu voit tout : cette pensée nous détourne du péché et nous épargne ses punitions.


II. Cette pensée nous console dans les souffrances.

— Une mère qui a perdu son fils préféré. — Des parents étaient inconsolables de la mort d’un petit garçon aussi pieux que plein de talents. La mère confia un jour sa douleur à son curé, et celui-ci ouvrit la Bible et lui lut le passage suivant du Livre de la Sagesse : « Comme il plut à Dieu, il devint son enfant de prédilection, et comme il vivait au milieu des pécheurs, Dieu l’enleva. Il fut enlevé pour que le mal ne corrompit point son intelligence, et que l’erreur n’illusionnât point son cœur… Parfait en peu de temps, il a rempli de nombreuses années, car son âme a complu au Seigneur, qui s’est hâté de le séparer de la société des hommes vicieux.» (Sag. IV , 10 et suiv.) Le curé donna à la mère l’explication du texte sacré, et elle promit de ne plus se plaindre, pour ne pas offenser la bonté de Dieu. Elle rentra ensuite chez elle, remplit l’âme de son mari des mêmes consolations et l’anima des mêmes sentiments de résignation. — Dieu sachant tout, prévoit que plus d’un juste serait corrompu par la malice du monde, et l’enlève à la fleur de l’âge. C’est une pensée que devraient méditer, ceux qui pleurent un défunt chéri, prématurément enlevé par la mort.

— La prière d’un écolier sur son ardoise. — Le petit garçon d’un brave artisan s’était refroidi. Quand le lendemain il voulut aller à l’école, le père lui dit : «Chéri, tu es indisposé, tu ne peux pas aller en classe; reste dans la chambre chaude et travaille ici. Prends ton crayon et ton ardoise et fais un exercice d’écriture. » L ’enfant obéit et écrivit la prière suivante : «Mon Jésus, je t’en prie, fais de moi un enfant pieux. Si je ne devais pas le devenir, enlève-moi de cette terre, reçois-moi dans les cieux, rends-moi pareil aux anges. » Peu après l’enfant se plaignit d’un violent mal de gorge et on fut obligé de le mettre au lit; le lendemain une diphtérie se déclara, et le surlendemain, il avait cessé de vivre. Les parents gardèrent l’ardoise de leur enfant comme une précieuse relique et se consolèrent à la pensée que le Sauveur avait exaucé la prière de leur bien-aimé. — Dieu rappelle à lui plus d’un enfant en bas âge pour en faire un ange au ciel, parce qu’il prévoit que cet enfant aurait été gâté dans ce monde et damné dans l’éternité.

— Un voyageur empêché de partir pour l’Amérique. — Le paquebot Hortensia se trouvait (1833) dans le port de Hambourg prêt à appareiller pour l’Amérique. Comme il y avait encore un certain délai jusqu’au départ, un des émigrants fit une promenade dans le parc, où une fleur le frappa qui lui plut beaucoup. Il monta sur le gazon et la cueillit, mais un gardien l’aperçut et l’emmena au poste de police. Malgré ses supplications et ses offres de payer l’amende, on le garda, et cependant Y Hortensia leva l’ancre. Au bout de peu de jours, on apprit qu’elle avait fait naufrage, et l’émigrant remercia Dieu du contretemps qui l’avait empêché de partir. — Le monde attribue ces événements au hasard ; le chrétien y voit l’intervention de la Providence, Dieu nous envoie souvent des maux légers pour nous en épargner de plus grands. Pensons-y dans le malheur.


III. Le souvenir de l'omniscience de Dieu nous fait produire des bonnes œuvres.

— Les tours du Dôme de Cologne étaient près d’être terminées, et quelques curieux obtinrent la permission de monter sur les échafaudages pour voir l’état des travaux. Ils manifestèrent leur étonnement du fini des figures et des ornements. « Pourquoi, dit l’un d’eux, dépenser tant de peine et d’art pour cette ornementation ? Qu’on en mette en bas, soit, parce qu'on la voit et l’admire, tandis qu’ici personne ne la remarque.» Un sculpteur, qui travaillait au clocher depuis vingt-cinq ans, l’entendit et répondit : « Pardon, Monsieur ! si les hommes ne le voient pas, Dieu le voit du haut du ciel. » — Il en est ainsi de beaucoup de nos actes de vertu, comme la prière, le jeûne, l’aumône. Les hommes ne les voient pas ou ne les estiment pas, mais il y a quelqu’un qui les voit et les récompensera : c’est le Père Céleste. Le souvenir de l’omniscience de Dieu est donc un stimulant énergique pour l’accomplissement des bonnes œuvres.

source

Pèlerinage des « Santissima Bambina » à Pontmain Le 17 mai 2017


« Jésus et Marie sont si étroitement liés ensemble, qui voit Jésus voit Marie, qui aime Jésus aime Marie, qui a dévotion à Jésus a dévotion à Marie » (Saint Jean Eudes) « Qui que tu sois, toi qui te penches sur le berceau de la Santissima Bambina, n’aie pas peur de redevenir un enfant pour renaître à la vie nouvelle dans le sein du Père ! » (Frère Louis-Marie de Jésus)
Le 17 mai 2017, à Pontmain (Mayenne), en ce mois de Marie, la Supplique mensuelle à Dieu pour le retour du Roi comportera également un « pèlerinage-marche » à la Sainte Vierge afin de l’implorer pour qu’Elle intercède auprès de son divin Fils.

Nous marcherons depuis l’église de Fougerolles du Plessis qu’à celle de Pontmain, deux églises qui ont pour caractéristique commune de posséder une Vierge Marie enfant, une « Santissima Bambina », dévotion à Marie Enfant qui nous est venue d’Italie.

Les pèlerins marcheront ainsi de « Santissima Bambina à Santissima Bambina ». La distance est de 12kms.

Programme

Pour tous ceux qui souhaitent se joindre à cette marche deux rendez-vous sont fixés :

1 - 9h15 devant l’église paroissiale de Pontmain. Un covoiturage sera effectué pour conduire les pèlerins à Fougerolles du Plessis (12kms).

2 - 9h30 directement à l’église de Fougerolles du Plessis. (un covoiturage est prévu le soir pour les personnes ayant laissé leur voiture en ce lieu)

Avant la marche nous prierons Marie Enfant dans l’église de l’Immaculée Conception auprès
de la statue.

- 10h00 départ de la marche vers Pontmain en priant et en chantant.
Arrivée à Pontmain vers 12h30 aux pieds de la Bambina dans l’église.
- 12h45 repas soit au Bocage, soit à la Belle Dame ou tiré du sac.
- 14h00 supplique à Dieu pour le retour du roi, comme d’habitude à la chapelle des Missions
au rez-de-chaussée de la Maison des Oblats derrière le chœur de la basilique

Informations :
Pour tout renseignement complémentaire prière de contacter :
chouandecoeur@orange.fr  , ou téléphoner au 06 07 50 26 58

www.pontmain-pourleretourduroi.com
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés