Tout sur Fatima - Vidéos

Entretiens sur Fatima, avec Rosaire Raymond, responsable de la revue religieuse "En Route".
Dans un style simple et direct, Rosaire Raymond nous fait découvrir de nombreuses facettes souvent méconnues de ces apparitions mariales, nous amenant ainsi à mieux comprendre leur influence sur le cours de l'Histoire et le salut des âmes.

Dans cette première capsule, on aborde l'importance du Message de Fatima, la vision de Léon XIII et la prière à St Michel, les liens entre Fatima et d’autres apparitions, un signe dans le ciel, et plus encore.
Le groupe vocal familial "Les Messagères de Notre-Dame" y interprète le chant "Ave Maria ouvre ton Cœur".


Pour mieux comprendre le contenu et la portée du message de Notre-Dame nous vous partageons une oeuvre maintenant presque introuvable, même sur Internet : «La Femme et le Dragon». Dans ce diaporama, version restaurée, les acteurs, leurs dialogues et les décors nous replongent dans le milieu social où vivaient les trois petits bergers choisis par le Ciel. «La Femme et le Dragon» est une œuvre différente des autres films réalisés sur le sujet, car en plus de l’histoire des apparitions, on nous situe dans le contexte social, politique et religieux de l’époque, et on met ces apparitions en lien avec l’Évangile.
Dans une trame sonore riche et soutenue par une musique originale qui touche l’âme, Raoul Auclair nous emmène plus loin que les simples faits historiques : il nous aide à plonger au cœur même du Message livré par Marie au monde entier.
Le groupe vocal interprète, en fin de capsule, le chant "Marie Splendeur vivante".


La seconde partie du diaporama "La Femme et le Dragon" s'ouvre sur le Grand Miracle promis par la Vierge Marie pour le 13 octobre.
Découvrez, par la suite, l'impact que les apparitions de Fatima ont eu sur le monde, sur l'Histoire, sur la vie de millions de personnes, en particulier là où s'est fait la consécration au Coeur Immaculé de Marie.
Un diaporama superbement documenté qui nous fait voir au-delà des stricts faits matériels.
A la fin, le groupe vocal familial "Les Messagères de Notre-Dame" interprète le chant "Parle, commande, règne".


Site web de la revue "En Route": http://www.revueenroute.jeminforme.org
Site web du groupe vocal "Les Messagères de Notre-Dame":
http://www.messageresdenotredame.org

L’épiscopat en guerre contre la franc-maçonnerie

...en Côte d’Ivoire.

À l'occasion de son assemblée plénière, la conférence épiscopale de Côte d'Ivoire a rappelé avec vigueur l'impossibilité pour un catholique d'appartenir à la franc-maçonnerie. Éclairage sur les principes et les raisons de cette condamnation.

France, année 1969. Dans la frénésie d’une société post-moderne qui voulait encore croire dans le printemps radieux promis quelques mois plus tôt, lors de la révolution de mai 68, des hommes d’Eglise ont célébré l’utopie des lendemains qui chantent... Ainsi, le 22 juin de cette année - qui vit, pêle-mêle, le festival de Woodstock, les premiers pas sur la Lune et la démission du général De Gaulle - le R.P. Michel Riquet, s.j, célèbre prédicateur des Carêmes de Notre-Dame-de-Paris, n’hésitait pas à écrire dans les colonnes d’un journal aussi sérieux que Le  Figaro littéraire  : « Oui, il est possible d’être à la fois chrétien et franc-maçon ».

Côte d’Ivoire, année 2017. Dans un mandement épiscopal daté du 21 mai et lu dans toutes les églises du pays, les évêques ont clairement condamné la franc-maçonnerie. Pas d’ambiguïté : pour ces pasteurs soucieux du troupeau qui leur a été confié, on ne peut pas être en même temps chrétien et franc-maçon.

Cette prise de position unanime est intervenue à l’issue de la 107ème assemblée plénière de la Conférence épiscopale de Côte d’Ivoire, qui s'est tenue du 16 au 21 mai 2017 à Bonoua, dans le diocèse de Grand-Bassam. Les évêques catholiques ont clairement rappelé que la foi catholique est incompatible avec les fondements et les pratiques de cette société ésotérique et bien d’autres qui ont, en ce moment, pignon sur rue dans le pays. « Que ce soit dans ses aspirations, ses pratiques et surtout ses fondements, les positions de la franc-maçonnerie sont inconciliables avec les doctrines de l’Eglise catholique », a déclaré l’évêque d’Odienné, Mgr Antoine Koné.

La déclaration des évêques fait suite à une polémique qui s’était développée à partir du mois de février dernier, lorsque l’archevêque d’Abidjan, le cardinal Jean-Pierre Kutwa, avait refusé les funérailles catholiques à Magloire Clotaire Koffi, grand-maître franc-maçon, décédé quelques jours plus tôt.

Les évêques ivoiriens en ont ainsi profité pour rappeler que l’impossible conciliation entre foi chrétienne et franc-maçonnerie se fonde sur trois points principaux : le relativisme, tout d’abord qui constitue « le nœud même de l’incompatibilité, en raison des conséquences sur le contenu de la foi, l’agir moral et l’appartenance à l’Eglise. » Le concept de « Grand Architecte de l’univers » qui correspond à Dieu chez les francs-maçons est, selon eux, un contenant vide dans lequel chacun peut mettre le contenu qui lui sied : « C’est tout à l’opposé de la conception chrétienne de Dieu. »

Deuxième point, celui de la divinité de Jésus, qui est niée par les francs-maçons : « L’Eglise ne peut tolérer l’affirmation selon laquelle Jésus est seulement un homme sage », déclarent les prélats.

Dernier point, la question du salut surnaturel. « La franc-maçonnerie exclut toute idée de salut », ce qui se conçoit bien puisqu’en vertu de son naturalisme, la franc-maçonnerie nie la possibilité même du surnaturel.

Volontiers offensif, l’épiscopat ivoirien a pressé les chrétiens déjà initiés à la franc-maçonnerie à rapidement en sortir. Pour les évêques, même s’ils sont liés par des pactes occultes, les chrétiens devenus francs-maçons peuvent et doivent s’en libérer : « aux fidèles laïcs, certains parmi vous se sont déjà engagés dans la franc-maçonnerie. Quelles que soient les raisons qui vous ont poussé à faire un tel choix, quels que soient les pactes déjà scellés et le degré de votre appartenance à telle ou telle obédience, nous vous exhortons ardemment à rebrousser chemin […]. N’ayez pas peur de rompre tous les liens qui vous tiennent captifs. Si le Christ nous a libérés, c’est pour que nous soyons libres », ont-ils déclaré.

Le même avertissement est adressé aux responsables de paroisses et communautés nouvelles : « Nous apprenons, à tort ou à raison, que certains membres du clergé et des consacrés flirteraient avec la franc-maçonnerie ou en feraient l’apologie, pensant sans doute trouver la solution à leurs problèmes matériels et financiers », s’indignent-ils, avant d’ajouter qu’« il serait bien dommage et triste que des hommes et des femmes d’Eglise, censés vivre dans le détachement et le renoncement, en arrivent là ! ».

Les évêques ivoiriens ont tenu à dénoncer également les manœuvres visant à séduire la jeunesse sacerdotale : « Vous devez tout mettre en œuvre pour résister aux sollicitations des adeptes de mouvements ésotériques et autres sociétés secrètes qui s’attaquent à nos futurs prêtres, dans le but de les corrompre. »

Pour mémoire, Clément XII en 1738 fut le premier pape à condamner la franc-maçonnerie dans la bulle In eminenti , condamnation qui sera réitérée par les souverains pontifes avec force tout au long du XIXe siècle. En 1983, alors que le nouveau Code abandonnait la mention de l'excommunication automatique qu'encouraient les adhérents à la franc-maçonnerie, la Congrégation pour la doctrine de la foi - à la tête de laquelle se trouvait alors le cardinal Joseph Ratzinger - tenait cependant à rappeler que « le jugement négatif de l’Eglise sur la franc-maçonnerie demeure inchangé. Les catholiques qui en font partie sont en état de péché grave et ne peuvent approcher de la sainte communion ».

Enfin, tout récemment, en 2016, le Saint-Siège est intervenu pour démettre de ses fonctions l’ancien curé de Megève en Haute-Savoie qui ne cachait pas son appartenance à la franc-maçonnerie.

Ainsi, à l’instar du temps, la Seine a-t-elle continué de couler tranquillement aux pieds du vaisseau immobile de Notre-Dame, et près de cinquante ans plus tard, les propos du Père Riquet, cités en tête de cet article, semblent à jamais évanouis dans les utopies brumeuses des grands ratés de l’Histoire : non, aussi sûr que deux et deux ne font pas cinq, on ne saurait être catholique et franc-maçon !

source de l'article

Un grand signe dans le ciel nous sera donné - Vidéo

Un grand signe dans le ciel nous sera donné le samedi 23 septembre 2017, jour de la Saint Padre Pio.
Est-ce le grand signe annoncé dans l’apocalypse 12,1,2 de St Jean ? Le retour très proche de Jésus ?
En tout cas, cela est très troublant car selon les astronomes, cela sera l’unique fois où tout s’alignera ainsi dans la constellation de la vierge et du lion :
12,1 Une femme vêtue du soleil, la lune à ses pieds et sur la tête une couronne de douze étoiles
12,2 Elle était enceinte et criait dans le travail et les douleurs de l’enfantement
La planète Jupiter sera précisément au niveau où un enfant viendrait au monde.

Le jeu de cartes - par Roland Magdane




"Mesdames messieurs, ce jeu de cartes, c'est ma bible et mon livre de prières.
Je sais ça peut vous paraître bizarre mais quand je regarde l'as, il me rappelle que nous n'avons qu'un seul dieu.

Quand je vois le 2 je me souviens que la Bible est divisée en 2 parties : l'ancien et le nouveau testament.

Quand je vois le 3, je pense au père, au fils et au saint esprit.

Quand je vois le 4 je songe aux 4 disciples qui prêchèrent la bonne parole. Il y avait Mathieu, Marc, Luc et Jean.

Quand je vois le 5 je pense aux 5 vierges qui coupaient les mèches de leur lampe.

Quand je regarde le 6 je me souviens que Dieu a eu besoin de 6 jours pour créer le ciel et la terre.

Le 7 me ramène à l'esprit que le 7ème jour il se reposa.

Devant le 8 je songe aux 8 personnes droites et justes que Dieu a sauvé lorsqu'il détruisit la terre.

Quand je regarde le 9 je pense aux lépreux que notre seigneur purifia : 9 sur 10 ne l'ont pas remercié.

Le 10 représente les 10 commandements.

Le valet, lui c'est le diable.

La reine, c'est la sainte vierge bénie entre toutes les femmes et le roi me rappelle encore une fois qu'il n'y a qu'un roi dans l'univers : Dieu tout puissant.

Vous voyez mesdames messieurs, si je compte tous les points dans un jeu de cartes il y a 365 : le nombres de jours dans une année.

Il y a 52 cartes : le nombre de semaines dans une année.

Il y a 12 personnages, le nombre de mois.

Il y a 4 familles, les 4 saisons.

Vous voyez mesdames messieurs, ce jeu de cartes, c'est ma bible et mon livre de prières."

source

La différence entre "vivre dans la Divine Volonté" et "faire la volonté de DIEU" - Luisa Piccarreta

Luisa Piccarreta 1865 - 1947
Luisa PICCARRETA est née et baptisée à Corato en Italie, le 23 avril 1865. A l'âge de 11 ans, Luisa est reçue "Fille de Marie" et plus tard, à 18 ans, elle devint "Tertiaire Dominicaine".

Luisa vivra 64 ans dans une quasi abstinence de nourriture, se nourrissant presque exclusivement de la Sainte Eucharistie et de la Divine Volonté.

A 23 ans, elle fut unie à Jésus par les "épousailles mystiques".
A 24 ans, ce Mariage fut renouvelé au ciel, en présence de la Sainte Trinité. C'est à cette occasion le 8 septembre 1889 qu'elle reçut le DON DE LA DIVINE VOLONTE, la grâce des grâces. Ainsi le 3e FIAT, celui de la Sanctification prit forme sur terre et commença à se développer.
A 33 ans, Luisa commença à écrire ses livres sur la "DIVINE VOLONTE", par obéissance au Seigneur et à son confesseur Annibale Di Francia. Luisa écrivit durant 40 ans les 36 Tomes du Livre du Ciel qui font part de ses dialogues avec JESUS, faisant connaître ses Enseignements extraordinaires sur la Vie Dans la Divine Volonté.
Luisa est morte le 4 mars 1947 à l'âge de 81 ans.

Son confesseur le Père Annibale Di Francia fut proclamé Bienheureux par le Pape Jean-Paul II le 7 octobre 1990, puis canonisé le 16 mai 2004.

Le 20 novembre 1994, Fête du Christ Roi, Mgr Cassati, en l'Église-mère de Corato, procéda à l'ouverture officielle du procès de béatification de la Servante du Seigneur.

En mars 1997, à l'occasion du 50e anniversaire de la mort de Luisa, le tribunal responsable de la cause de la Béatification a déclaré unanimement que Luisa avait vécu une vie d'héroïques vertus et que ses expériences mystiques étaient authentiques.

Pour en savoir plus...

_______________________________
Chers amis,
Chers frères et sœurs en Jésus et Marie,

Depuis plus d'une année, je connais un peu de cette grande sainte Luisa Piccarreta (seulement vénérable pour l'heure) et de ses écrits reçus de Dieu : magnifique exposé divin sur la Divine Volonté qui est sûrement la voie royale pour la sainteté.

Il semble que c'est au Québec que la traduction "Italien/Français" de l'oeuvre soit la plus avancée. C'est donc également là-bas qu'elle est la plus connue et pratiquée à partir de notre langue.

Des personnes viennent d'entreprendre de mettre à notre disposition une bonne partie de l'oeuvre (environ la moitié) sous forme de livre-audio sur une chaîne you-tube.

Je m'empresse donc de vous confier le lien de cette chaîne avec des dizaines d'heures d'écoute pour votre plus grand bien spirituel.

Merci de partager autour de vous : ce bonheur d'âmes qui est désormais entre vos mains : Les enfants de la Divine Volonté

Et à titre d'exemple voici une audio de 5 minutes pour vous faire une idée :
Luisa PICCARRETA: La différence entre "vivre dans la Divine Volonté" et "faire la volonté de DIEU"

Notre vie terrestre retrouve tout son sens à l'écoute et à la compréhension profonde de ces méditations divines.

Je vous souhaite, comme je le souhaite pour moi-même, de parvenir à ce bonheur Éternel dès ici-bas, grâce à ces enseignements Divins.
Bonnes écoutes,
Sincèrement,
Michel

"L’Église est en proie à la confusion et à l’erreur" - Cardinal Burke

Cardinal Raymond Burke

Pour sa quatrième rencontre annuelle qui s'est achevée le 19 mai 2017, le « Forum de Rome pour la Vie » a eu l’honneur d’accueillir des invités de choix parmi lesquels Mgr Athanasius Schneider ainsi que deux des cardinaux signataires des « Dubia » sur l'Exhortation apostolique du pape François Amoris lætitia.

Au programme : Fatima et la crise morale et doctrinale que traverse l’Église.

Le « Forum Romain pour la Vie » - « Rome Life Forum » - est peu connu des lecteurs francophones : cette réunion annuelle, comme l’indiquent les organisateurs, est « ouverte à tous ceux qui ont, ou aspirent, à être acteurs au sein des mouvements pro-vie ou de protection de la famille, que ce soit au niveau international, national, ou tout simplement paroissial. » 

« Dans ces heures critiques pour l’Eglise, affirment les dirigeants du Forum Romain pour la Vie, il apparaît plus que jamais nécessaire que tous les acteurs responsables s’unissent dans la défense de l’enseignement de l’Eglise sur la famille. » 

La dernière réunion de ce Forum s’est tenue au pied du Vatican, les 18 et 19 mai dernier, en présence de plusieurs prélats de haut rang que la récente controverse autour de l’Exhortation apostolique Amoris Lætitia avait placés sous les feux de l'actualité. Un des  fils rouges de la réunion manifestait le lien entre le message de la Vierge Marie à Fatima, il y a tout juste cent ans, et la crise traversée par l’Eglise et les sociétés. 

Une première intervention remarquée fut celle de Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan, qui a témoigné devant les assistants de son émotion d’avoir pu assister le 13 mai dernier, en la cathédrale Notre-Dame de Fatima d’Astana, à la consécration explicite de la Russie au Cœur immaculé de Marie par tous les évêques catholiques de la région, y compris de Russie. 

Au second jour du colloque, ce fut le tour du cardinal Carlo Caffarra de s’exprimer, l’un des signataires des fameux « Dubia » demandant au Saint-Père un nécessaire rappel de la doctrine catholique sur la sainteté du mariage. 

Le cardinal en a profité pour rapporter des paroles attribuées à Sœur Lucie de Fatima concernant ce que la voyante appelait « la dernière bataille » : livrée par Satan contre Dieu, cette ultime confrontation concernera, a-t-il affirmé, « la question de la famille et du mariage, et il sera du devoir de tout chrétien de témoigner dans cette dernière bataille ». 

Citant la figure du Padre Pio, familière aux Italiens, le cardinal a conclu en ces termes : « Je suis frappé, en lisant les biographies les plus autorisées de Padre Pio, de voir comment cet homme était attentif à la sainteté du mariage, au caractère sacré des couples mariés, usant parfois même d’une juste rigueur en la matière, et cela plus d'une fois. » 

Enfin la cardinal Raymond Burke est intervenu : après avoir exposé l’ensemble du message de Fatima et médité sur les demandes de la Vierge, le cardinal a appelé les fidèles catholiques à travailler à la « consécration de la Russie au Cœur immaculé de Marie ». 

Puis le prélat s'est exprimé sur la consécration du monde au Cœur immaculé de Marie telle que le pape Jean-Paul II l'avait accomplie en 1984, sans nommer explicitement la Russie. Le cardinal Burke a déclaré : « Certainement, le pape Jean-Paul II a consacré le monde, y compris la Russie, au Cœur immaculé de Marie, le 25 mars 1984. Mais aujourd’hui, de nouveau, nous entendons l’appel de Notre Dame de Fatima à consacrer la Russie à son Cœur immaculé, en accord avec son instruction explicite. » 

Sans entrer dans une exégèse hasardeuse de la troisième partie du secret de Fatima, le cardinal a néanmoins eut des mots forts sur la crise que traverse l’Eglise : « Le troisième secret vise, avec une force particulière, ceux qui exercent la charge pastorale au sein de l’Eglise. Leur défaillance dans l’enseignement de la foi, dans la fidélité à l’enseignement et à la pratique constante de l’Eglise, à travers une approche superficielle, confuse ou même mondaine, ainsi que leur silence, mettent en danger mortel, au sens spirituel le plus profond, précisément les âmes que leur consécration confie à leur soins spirituels. Les fruits empoisonnés de l’échec des pasteurs de l’Eglise se constatent dans une sorte de culte, d’enseignement et de discipline morale qui n’est pas en accord avec la loi divine », a déclaré le cardinal Burke. 

Un nouvel éclairage sur la crise se trouve peut-être dans ce dernier constat du cardinal américain : « Aujourd’hui, l’Eglise est en proie à la confusion et à l’erreur, y compris à propos de certains de ses enseignements les plus fondamentaux. » Des erreurs et des confusions « non corrigées » pour le moment, a-t-il précisé, alors que nous voyons au sein de l’Eglise « l’étreinte sentimentale de la culture sécularisée ». 

Plus que jamais se trouve justifiée a posteriori la grande idée qui présida à la naissance de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, entrevue jadis par son fondateur, Mgr Marcel Lefebvre, dans sa cathédrale de Dakar : « Devant la dégradation progressive de l’idéal sacerdotal, transmettre, dans toute sa pureté doctrinale, dans toute sa charité missionnaire, le sacerdoce catholique de Notre Seigneur Jésus-Christ, tel qu’il l’a transmis à ses apôtres et tel que l’Église romaine l’a transmis jusqu’au milieu du XXe siècle. » 

Scandale dans les écoles catholiques

Sexe et pornographie dans les livres scolaires obligatoires

Une enquête exclusive de Réinformation.TV sur un immense scandale entouré d'une loi du silence, des associations de parents d'élèves, des autorités ecclésiastiques, évêchés, prêtres etc...

Cela se passe en Bretagne à Rennes, en Normandie, en Mayenne, dans le Val de Marne mais pas seulement...

(*) Une enquête réalisée par Armel Joubert des Ouches
Journaliste et caméraman depuis 30 ans, ancien correspondant de TF1, de l’AFP et de Radio France.

En collaboration avec la journaliste Jeanne Smits

Le scandale du sexe et de la pornographie dans les livres scolaires obligatoires s’étend dans le silence des parents d’élèves, des associations de parents et des autorités religieuses. Il touche tant les écoles publiques que l’enseignement catholique.

« Je sais qu’il y a 2 scènes de viols, dont une sur une mineure. Je crois aussi qu’il y a une tournante dans une cave. Dès le début, ils présentent le personnage comme une bête de sexe. Il est marié mais sa femme ne lui suffit pas, alors, il a une garçonnière où il se rend pour voir d’autres femmes la nuit. Je n’ai pas tout lu ». Le personnage était « une bête de sexe ».

Le scandale des ouvrages scolaires

La jeune fille qui parle est aujourd’hui âgée de 18 ans. Mais de quoi parle-t-elle ? D’un livre dont la lecture a été imposée par l’un de ses professeurs à toute sa classe de seconde, il y a Trois ans, pour « l’étudier ». Ce livre, c’est L’invention de nos vies de Karine Tuil. On y trouve de nombreuses scènes de pornographie.

C’est un scandale sans nom. Mais il y a plus grave : cela s’est passé dans un établissement de l’enseignement catholique de Rennes : l’Assomption. « Le sexe » abordé sous des traits nauséabonds dans une école catholique bretonne…

Lorsque les faits se produisent, Tiphaine n’a que 15 ans. Cette lecture imposée la choque terriblement, au point qu’elle sera victime de crises de larmes à répétition, d’insomnies fréquentes, de troubles divers.

A l’époque, la lettre d’excuse qu’elle reçoit de Pascal Balmand, le secrétaire général de l’enseignement catholique à Paris ne change pas grand-chose. Le mal est fait. Trois ans après, Tiphaine, que nous avons interviewée en exclusivité, reste toujours profondément choquée. « Je ne pourrai jamais oublier cela », nous a-t-elle déclaré.

A « Saint Vincent » aussi…

Toujours à Rennes, il y a peu, c’est un établissement considéré comme un fleuron de l’enseignement catholique – Saint-Vincent-la-Providence - qui a fait étudier à des élèves de 3e un livre du même acabit. Un ouvrage de Gilles Paris, Autobiographie d’une courgette… Interviewée à visage caché, la mère d’un enfant de 13 ans nous a dit être révoltée par ce que l’on a fait étudier aux élèves.

Livres, sexe et … réactions ?

« Une amie m’a raconté que dans une école de la région, on avait emmené des élèves voir une pièce de théâtre à la fin de laquelle les acteurs se sont promenés, nus, dans la salle, enjambant les fauteuils dans lesquels avaient pris place les élèves… »

Armel Joubert des Ouches et Jeanne Smits qui ont travaillé plusieurs semaines sur cette enquête, ont également pu obtenir le témoignage de ce professeur d’anglais d’un établissement catholique du Val-de-Marne, scandalisé par l’absence de réaction tant de la direction du lycée dans lequel elle travaille que des autorités ecclésiastiques. Notre équipe a tenté d’obtenir des explications auprès de l’évêché de Rennes et auprès des services de Mgr Pierre d’Ornellas, en vain…

Généralisation de la pornographie et loi du silence dans les écoles catholiques et publiques

Dans les établissements publics et privés sous contrat, les cas de ce genre se sont multipliés ces dernières années sans que la presse n’en fasse état.

Pour Pierre de Laubier, professeur et auteur du l’ouvrage « L’école privée … de liberté », il est presque « normal » que des livres comme ceux-là circulent. « L’administration de l’enseignement catholique est un mille-feuilles, tout est fait pour que l’on ne comprenne rien. Par ailleurs, l’école est pieds et poings liés avec l’Education nationale et dès qu’il y a une affaire, tout le monde est mis en cause. Il y a une loi du silence ».

Dans cette enquête qui a emmené Reinformation.TV de la Bretagne à la région parisienne, vous entendrez également le témoignage d’un directeur d’école qui explique comment on en est arrivé là.

"Prière pour la France" des pèlerins de L'Ile-Bouchard






La prière pour la France de L’Ile-Bouchard :

Seigneur Jésus,
nous te confions notre pays,
la France,
et tous ses habitants.

Nous te bénissons pour les nombreuses grâces que tu lui as accordées, pour la variété et la beauté de ses paysages, pour les saints qu’elle a donnés au monde, pour sa vocation de fille aînée de l’Église.

Que nos responsables politiques soient remplis de sagesse, qu’ils soient désintéressés et déterminés à gouverner avec justice et à promulguer des lois qui respectent la vie et les personnes.

Qu’ils reconnaissent les racines chrétiennes de la France.

Marie, toi qui as visité notre pays à plusieurs reprises, toi qui as demandé à L’Ile-Bouchard aux petits enfants, de « prier pour la France», aide-nous à aimer notre pays, à prier pour lui et à y répandre l’Évangile de ton divin Fils.

Apprends-nous à rester fidèles aux grâces de notre baptême.
Donne-nous de saintes vocations pour servir l’Église
et montre-nous comment dire oui à Dieu toute notre vie.
Amen.

http://www.ilebouchard.com/

De l'élection présidentielle - par Pierre-Charles Aubrit Saint Pol

Pierre-Charles Aubrit Saint Pol

Quel est le peuple qui, en dehors de la Russie, ne souhaite un personnel providentiel ?
Un homme de la Providence ?

Ce qui induit que, ce ou ces peuples aient conservé leur foi, leur dieu, car le mot « providence » a pour sens ce que les dieux disposent pour nous les hommes. Oui, mais pour comprendre ce qu’est la Providence encore faudrait-il ne pas s’être détourné de la foi ni de la culture chrétienne.

Je crois que dans sa majorité les peuples et plus dramatiquement le peuple Franc, plus voisins de la litière des veaux que désireux de rejoindre le sommet du cloché de son église paroissiale, ont le goût de l’inexistence. Ils ne savent plus être.

L’homme de la Providence ne peut-être qu’à notre image ; il doit rassurer, consolider nos petits conforts à la petite semaine… Surtout qu’il ne nous sort pas de notre somnolence, il pourrait nous insécuriser. La médiocrité sécurisante et sécuritaire n’a pas de prix, même pas le prix de notre âme. Une âme, vous voulez rire !

Soyez rassurés braves gens, cet oiseau rare est à nos portes. Il est légion et piaffe d’impatience. Il a une belle gueule, médiatique, porteur d’un message de paix. Il vous sera si semblable qu’il sera le pur fruit de votre semence pasteurisée. Ce prétendant vient de vos entrailles éventrées.

Dans les ombres illuminatives se prépare celui que les prophètes ont annoncé. Sa seule fortune sera son sceptre de fer. Il rétablira l’autorité de la loi naturelle, il imposera le respect des lois de la création. Il soumettra les princes, en renversera beaucoup et les nations l’acclameront. Le saviez-vous ? Le saviez-vous ? Dieu est fidèle en sa promesse.

Ces présidentielles pourraient être les dernières ainsi que les prochaines législatives. Beaucoup de ces chers élus regretteront leur ambition, regretteront d’avoir rejeté le baptême de Clovis.

Ne vous croyez pas obligé de choisir entre deux maux, de choisir le moindre mal. Le vote blanc est légitime et refuser de choisir entre les maux différents, entre les médiocrités, c’est faire preuve de liberté morale et avoir un souci majeur du bien commun.

Ne donnons pas de légitimité à un mode de gouvernement, à un personnel qui n’a plus guère l’intelligence du bien commun, qui n’est plus habité par la volonté de servir la patrie au-delà des mots. Laissons ces ombres élitistes dans leurs ténèbres…

surleroc.org

Par l'avortement c'est un pays qu'on assassine

Jacques Bompart rappelle aux parlementaires qu'ils seront tous jugés, une voix se lève pour défendre les enfants à naître...



A l'issue de la discussion générale sur l'extension du délit d'entrave à l'avortement (2016), Jacques Bompard, en plus de ses 53 amendements, a prononcé un discours dans lequel il rappelait que les députés seraient tous jugés.

La nature de Dieu


Nous ne pouvons pas dire exactement ce que Dieu est.

— Le roi et le philosophe. — Hiéron de Syracuse fit un jour venir le philosophe Simonides et lui demanda ce qu’était Dieu. Le sage demanda une journée de réflexion. Après les vingt-quatre heures, il revint en demander deux fois autant, puis quatre jours, et ainsi de suite, en réclamant chaque fois le double du délai précédent. Enfin le roi lui demanda raison de sa conduite, et le sage répondit : « Plus je réfléchis à la question, plus elle devient mystérieuse. » — L’infini ne peut pas être saisi adéquatement par notre intelligence bornée : Dieu seul peut se comprendre lui-même.

L’Omniprésence de Dieu.

Le souvenir de la présence de Dieu rend l’homme intrépide.

 — La peine de l’exil. — Saint Jean Chrysostom évêque de Constantinople (mort en 407), était mal vu des gens de la cour à cause de la liberté de sa prédication : l’impératrice Eudoxie surtout le détestait. Elle le fit un jour menacer de bannissement. «N e pensez pas par là, répondit le saint évêque, m’inspirer une terreur quelconque. Vous devriez savoir que Dieu est présent partout, et que vous ne pourriez m’effrayer qu’en me reléguant dans un lieu où Dieu ne serait pas.» — Si par hasard vous vous effrayiez d’être seul quelque part, pensez à la présence de Dieu. Quand un homme peureux se voit accompagné, sa crainte des fantômes diminue; il aurait d’autant moins de raison de trembler, s’il réfléchissait à la présence de Dieu, sans la volonté duquel aucun spectre ne pourrait apparaître.

I. Le souvenir de l’omniscience de Dieu nous détourne du péché.

 — Un voleur dans un verger. — Un enfant avait escaladé le mur d’un verger pour y voler des fruits. Mais d’abord il se tourna de tous les côtés pour voir s ’il n’était pas observé. Tout à coup l’un de ses camarades, perché dans un arbre d’un jardin voisin, lui cria : « Tu as regardé à droite, à gauche, devant et derrière toi; pourquoi n’as-tu pas aussi regardé le ciel ? » Le petit voleur comprit que son camarade voulait lui rappeler le Dieu qui voit tout : et comme frappé de la foudre, il s’enfuit à toutes jambes. Il n’oublia certainement plus de sitôt la vérité, qu’on ne peut se soustraire au regard de Dieu.
— Les pommes abandonnées. — Un enfant fut envoyé par son père chez ses voisins pour leur faire une commission. En entrant dans la chambre, il ne trouva personne, mais un panier rempli de pommes splendides. Aussitôt la mauvaise pensée lui vint : tu peux bien dérober quelques fruits, personne ne te verra. Mais la pensée de Dieu le retint et il dit devers lui à haute voix : « Oh non ! je ne prendrai rien, car Dieu me voit. » Aussitôt le voisin, assis derrière le poêle, apparut et lui dit : « Tu es un bon enfant. Prends des fruits, tant que tu en veux. » Si l’enfant avait volé, il aurait sans doute été châtié; il éprouva donc doublement combien il est avantageux de penser que Dieu voit tout : cette pensée nous détourne du péché et nous épargne ses punitions.


II. Cette pensée nous console dans les souffrances.

— Une mère qui a perdu son fils préféré. — Des parents étaient inconsolables de la mort d’un petit garçon aussi pieux que plein de talents. La mère confia un jour sa douleur à son curé, et celui-ci ouvrit la Bible et lui lut le passage suivant du Livre de la Sagesse : « Comme il plut à Dieu, il devint son enfant de prédilection, et comme il vivait au milieu des pécheurs, Dieu l’enleva. Il fut enlevé pour que le mal ne corrompit point son intelligence, et que l’erreur n’illusionnât point son cœur… Parfait en peu de temps, il a rempli de nombreuses années, car son âme a complu au Seigneur, qui s’est hâté de le séparer de la société des hommes vicieux.» (Sag. IV , 10 et suiv.) Le curé donna à la mère l’explication du texte sacré, et elle promit de ne plus se plaindre, pour ne pas offenser la bonté de Dieu. Elle rentra ensuite chez elle, remplit l’âme de son mari des mêmes consolations et l’anima des mêmes sentiments de résignation. — Dieu sachant tout, prévoit que plus d’un juste serait corrompu par la malice du monde, et l’enlève à la fleur de l’âge. C’est une pensée que devraient méditer, ceux qui pleurent un défunt chéri, prématurément enlevé par la mort.

— La prière d’un écolier sur son ardoise. — Le petit garçon d’un brave artisan s’était refroidi. Quand le lendemain il voulut aller à l’école, le père lui dit : «Chéri, tu es indisposé, tu ne peux pas aller en classe; reste dans la chambre chaude et travaille ici. Prends ton crayon et ton ardoise et fais un exercice d’écriture. » L ’enfant obéit et écrivit la prière suivante : «Mon Jésus, je t’en prie, fais de moi un enfant pieux. Si je ne devais pas le devenir, enlève-moi de cette terre, reçois-moi dans les cieux, rends-moi pareil aux anges. » Peu après l’enfant se plaignit d’un violent mal de gorge et on fut obligé de le mettre au lit; le lendemain une diphtérie se déclara, et le surlendemain, il avait cessé de vivre. Les parents gardèrent l’ardoise de leur enfant comme une précieuse relique et se consolèrent à la pensée que le Sauveur avait exaucé la prière de leur bien-aimé. — Dieu rappelle à lui plus d’un enfant en bas âge pour en faire un ange au ciel, parce qu’il prévoit que cet enfant aurait été gâté dans ce monde et damné dans l’éternité.

— Un voyageur empêché de partir pour l’Amérique. — Le paquebot Hortensia se trouvait (1833) dans le port de Hambourg prêt à appareiller pour l’Amérique. Comme il y avait encore un certain délai jusqu’au départ, un des émigrants fit une promenade dans le parc, où une fleur le frappa qui lui plut beaucoup. Il monta sur le gazon et la cueillit, mais un gardien l’aperçut et l’emmena au poste de police. Malgré ses supplications et ses offres de payer l’amende, on le garda, et cependant Y Hortensia leva l’ancre. Au bout de peu de jours, on apprit qu’elle avait fait naufrage, et l’émigrant remercia Dieu du contretemps qui l’avait empêché de partir. — Le monde attribue ces événements au hasard ; le chrétien y voit l’intervention de la Providence, Dieu nous envoie souvent des maux légers pour nous en épargner de plus grands. Pensons-y dans le malheur.


III. Le souvenir de l'omniscience de Dieu nous fait produire des bonnes œuvres.

— Les tours du Dôme de Cologne étaient près d’être terminées, et quelques curieux obtinrent la permission de monter sur les échafaudages pour voir l’état des travaux. Ils manifestèrent leur étonnement du fini des figures et des ornements. « Pourquoi, dit l’un d’eux, dépenser tant de peine et d’art pour cette ornementation ? Qu’on en mette en bas, soit, parce qu'on la voit et l’admire, tandis qu’ici personne ne la remarque.» Un sculpteur, qui travaillait au clocher depuis vingt-cinq ans, l’entendit et répondit : « Pardon, Monsieur ! si les hommes ne le voient pas, Dieu le voit du haut du ciel. » — Il en est ainsi de beaucoup de nos actes de vertu, comme la prière, le jeûne, l’aumône. Les hommes ne les voient pas ou ne les estiment pas, mais il y a quelqu’un qui les voit et les récompensera : c’est le Père Céleste. Le souvenir de l’omniscience de Dieu est donc un stimulant énergique pour l’accomplissement des bonnes œuvres.

source

Pèlerinage des « Santissima Bambina » à Pontmain Le 17 mai 2017


« Jésus et Marie sont si étroitement liés ensemble, qui voit Jésus voit Marie, qui aime Jésus aime Marie, qui a dévotion à Jésus a dévotion à Marie » (Saint Jean Eudes) « Qui que tu sois, toi qui te penches sur le berceau de la Santissima Bambina, n’aie pas peur de redevenir un enfant pour renaître à la vie nouvelle dans le sein du Père ! » (Frère Louis-Marie de Jésus)
Le 17 mai 2017, à Pontmain (Mayenne), en ce mois de Marie, la Supplique mensuelle à Dieu pour le retour du Roi comportera également un « pèlerinage-marche » à la Sainte Vierge afin de l’implorer pour qu’Elle intercède auprès de son divin Fils.

Nous marcherons depuis l’église de Fougerolles du Plessis qu’à celle de Pontmain, deux églises qui ont pour caractéristique commune de posséder une Vierge Marie enfant, une « Santissima Bambina », dévotion à Marie Enfant qui nous est venue d’Italie.

Les pèlerins marcheront ainsi de « Santissima Bambina à Santissima Bambina ». La distance est de 12kms.

Programme

Pour tous ceux qui souhaitent se joindre à cette marche deux rendez-vous sont fixés :

1 - 9h15 devant l’église paroissiale de Pontmain. Un covoiturage sera effectué pour conduire les pèlerins à Fougerolles du Plessis (12kms).

2 - 9h30 directement à l’église de Fougerolles du Plessis. (un covoiturage est prévu le soir pour les personnes ayant laissé leur voiture en ce lieu)

Avant la marche nous prierons Marie Enfant dans l’église de l’Immaculée Conception auprès
de la statue.

- 10h00 départ de la marche vers Pontmain en priant et en chantant.
Arrivée à Pontmain vers 12h30 aux pieds de la Bambina dans l’église.
- 12h45 repas soit au Bocage, soit à la Belle Dame ou tiré du sac.
- 14h00 supplique à Dieu pour le retour du roi, comme d’habitude à la chapelle des Missions
au rez-de-chaussée de la Maison des Oblats derrière le chœur de la basilique

Informations :
Pour tout renseignement complémentaire prière de contacter :
chouandecoeur@orange.fr  , ou téléphoner au 06 07 50 26 58

www.pontmain-pourleretourduroi.com
Related Posts with Thumbnails
Accueil

Un article vous à plu ?
Soutenez l'évangélisation gratuite sur ce blog !
Commandez des articles similaires :
- par téléphone au 0(033)5 65 78 01 95
- par courrier : glissez votre chèque + forfait de 6,50€ port dans une enveloppe timbrée à Chrétiens Magazine, 14 rue des écoliers, 22200 PLOUISY - FRANCE
- par internet : www.asonimage.fr
Contact mail : chretiensmagazine@gmail.com

Abonnez-vous à la revue :
14 rue des écoliers,
22200 PLOUISY - FRANCE
tel : 0(033)5 65 78 01 95
Abonnement 1 an: 35€ (10 parutions)
Dom, Tom et étranger: 48€

Que Dieu vous bénisse !

Articles les plus consultés