Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il

Les Prophéties de Notre-Dame des Pleurs de Bordeaux


Les événements ont lieu au début du XXe siècle, au cœur de la ville de Bordeaux. Ils font suite aux Apparitions de la Vierge à La Salette de 1846, où de terribles Châtiments divins avaient déjà été annoncés. En pleurant, la Vierge Marie avait alors mis en garde les Français par l ’intermédiaire de deux petits bergers, Mélanie et Maximin :
« Si mon peuple ne veut pas se soumettre, Je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que Je ne puis le maintenir. »

Si Dieu élit Ses messagers parmi les petits, les pauvres, les « sans nom ni culture », c’est afin que Sa Toute-Puissance soit manifeste et que les grands de ce monde soient confondus. Marie Mesmin, élue par le Seigneur pour transmettre à la France et aux nations des Avertissements de première importance, ne fait pas exception à cette règle. Née à la campagne en 1867, elle ne sait ni lire ni écrire. C’est pourtant une femme intelligente à l’esprit vif et au jugement sûr.

Vers l’âge de quinze ans, elle s’établit à Bordeaux, où elle demeurera jusqu'à sa mort, en juin 1935. C’est là qu’elle rencontre Jean Mesmin, qu’elle épousera après avoir demandé conseil à saint Antoine de Padoue. En 1905, elle devient concierge d’un petit immeuble sis au Cours du 30 Juillet, où elle résidera avec son mari et leurs deux filles pendant plusieurs années. Pourquoi ce lieu particulier ? Cette adresse évoque la « Révolution de Juillet» de 1830 événement emblématique de l’abandon des valeurs de la Foi et de la montée de la laïcité.Voilà pourquoi le Seigneur choisit d’y envoyer Sa Mère.

Comme beaucoup d’âmes privilégiées, Marie Mesmin a été très tôt touchée parla Grâce : à l’âge de sept ans, elle échappe miraculeusement à la noyade en invoquant Jésus, qui lui apparaît peu après, avec Son Sacré-Cœur, tandis qu’elle garde du bétail dans un champ. Sa piété et sa vertu vont croissant, elle passe des nuits en prière pour les âmes du Purgatoire, qui viendront souvent lui demander du secours.

Dans une Locution, le Christ lui dit un jour :

« Mon enfant, tu veux M’aimer beaucoup, mais c’est par Ma Mère que tu arriveras à Moi... »

Marie Mesmin se rapproche alors de la Vierge avec une grande ferveur. Vers 1902, elle commence à recevoir des Révélations de Marie. Ne sachant pas écrire, elle charge deux religieux de les consigner : c’est ainsi qu’elles nous sont parvenues.
De constitution chétive, Marie Mesmin a une mauvaise santé : elle est diabétique et tuberculeuse. Elle souffrira toute sa vie de ces maladies, que la Sainte Vierge lui demande d’accepter, pour les offrir à son Divin Fils, en réparation des péchés, pour l’humanité et les âmes du Purgatoire. Marie Mesmin, qui avait espéré être guérie à Lourdes, endure ce rôle d’âme victime avec amour et confiance. Elle ne se plaint jamais et continue d’accomplir ses tâches familiales et professionnelles avec zèle et bonté. Parallèlement, elle soigne son mari, atteint d’une pleurésie.

A la suite de son pèlerinage à Lourdes, Marie Mesmin décide d’acquérir une grande statue de la Vierge. Il lui faudra faire bien des sacrifices pour réussir à économiser, sou par sou, la somme nécessaire à l’achat d’une statue un peu plus petite, de soixante centimètres de haut. Elle va transfonner une pièce en oratoire, pour y installer dignement cette Vierge, sans imaginer les Miracles qui se produiront dès mars 1907.

C’est alors que la statue va commencer à verser des Larmes. Ce n’est que le début d’une suite de Lacrymations et d’autres Signes du Ciel, tous aussi impressionnants et destinés à rappeler le peuple de France à la conversion, à la prière et au repentir.

La Vierge va pleurer et transmettre à sa messagère des Enseignements et des Avertissements durant plusieurs années dans l’oratoire du Cours du 30-Juillet. En 1909, Elle lui apparaît quinze fois dans l’égliseNotre-Dame de Bordeaux. Ces Miracles, Apparitions et Messages du Ciel font l’objet de fortes oppositions. On persécute la voyante et les personnes qui viennent s’agenouiller au pied de la statue. Ces rassemblements de prière sont même interdits... On veut à tout prix museler la Vierge et nier sa Présence.

Après qu’on a confisqué la statue, Marie Mesmin reçoit une nouvelle en cadeau, en 1911, représentant la Vierge-Enfant, « la Santissima Bambina », qui va elle aussi verser des Larmes.

Ces Lacrymations miraculeuses cessent en janvier 1913, à cause de la violente répression que subissent Marie Mesmin et son groupe de prière.

On contraint la famille Mesmin à déménager au boulevard du Bouscat. Mais un autre phénomène surnaturel se fait jour : des parfums suaves émanent de la Santissima Bambina.

Dès le début des faits, des conversions et des guérisons ont lieu, en France et à l’étranger, où s’est étendue la dévotion à Notre-Dame des Pleurs.

Plus tard, des soldats des tranchées seront sauvés par l’invocation de ses Larmes, d’autres mourront en état de Grâce en La priant...

Des centaines de lettres et d’ex-voto arrivés au Cours du 30 Juillet et au Bouscat témoignent de la Puissance merveilleuse de Notre-Dame de Bordeaux.

Les Enseignements inspirés que nous laisse Marie Mesmin sont en parfaite cohérence avec ceuxde l’Église, des saints et mystiques. Ils nous incitent à mettre Dieu à la première place avec amour, en vouant nos vies au bien et à la justice. Mais ce qui frappe le plus est le caractère d’urgence de ces paroles. Le temps presse, car la Patience de Dieu semble avoir atteint ses limites :

Les Prophéties de Bordeaux sonnent comme les ultimes annonces des fléaux épouvantables qui vont s’abattre sur la France déchristianisée, refusant de revenir enfin à la Foi de son baptême : la Première Guerre mondiale éclate effectivement l’année suivante...

Ce n’est que le début des grandes Tribulations qui nous attendent si nous continuons à fermer nos oreilles et notre cœur à Dieu. La portée des Messages de Marie Mesmin ne s’arrête pas à 1914 ; ils nous sont adressés à nous aussi, hommes et femmes du XXIe siècle, qui n’avons toujours pas tiré leçon des deux Guerres mondiales, ni des mille cataclysmes provoqués par la folie de l’humanité sans Dieu...

« Prière et humilité, charité et bonne volonté » : voici le résumé du Catéchisme de la Vierge de Bordeaux, si proche de nous et pourtant méconnue...

L433 - Prophéties de Notre-Dame de Bordeaux

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :