Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il
Refusez le Pacte de Marrakech ! (avant le 19 déc)
_____________________________________________

L’épeautre - Selon sainte Hildegarde de Bingen




S’agissant de la culture de l’épeautre, cette céréale se différencie du blé par sa rusticité, sa robustesse, sa résistance au froid et aux maladies. L’épeautre pousse même à une altitude de plus de 1 000 mètres. Il supporte aussi bien les fortes précipitations que le manque d’eau. L’épeautre ne dégénère pas, ce qui permet de l’exploiter dans des conditions limites de culture et garantit une qualité et des récoltes constantes.

Un vieux manuel d’agriculture déclare à ce sujet :
« Dans les zones montagneuses au climat rude dans lesquelles les variétés les plus résistantes de blé ne poussent pas, l’on s’en tiendra pour l’instant à l’épeautre depuis longtemps habitué à la terre et cultivé comme le blé glabre en tant que variété d’hiver et d’été. L’épeautre ne pousse pas seulement sous les climats les plus rudes ; il ne demande pas non plus une terre profonde, meuble et constamment humide. Il survit à des périodes sèches sur un sol montagneux, peu profond et n’exige pas spécialement de culture «dérobée», il pousse tout aussi bien seul, comme le seigle. »
Jusqu’à ce jour, l’épeautre est l’aliment le plus pur qui soit, car il peut se cultiver sans produits chimiques. Etant donné sa robustesse, il présente de grands avantages écologiques. Il ne demande ni engrais chimique azoté, ni pesticides, ni fongicides si bien que le sol comme les nappes phréatiques sont épargnés par la culture de l’épeautre. L’enveloppe de l’épeautre le protège des retombées radioactives et de la pollution de l’air. Des mesures de la radioactivité faites à Constance ont permis de montrer qu’après la catastrophe de Tchernobyl en avril 1986, l’épeautre n’a été pollué par les déchets radioactifs que dans la proportion de 5 à 7 becquerels (Bq) par kilo, alors que la dose admise est de 600 Bq par kilogramme d’aliment.

Avec la seule alimentation à base d’épeautre, nous pouvons aider tous les malades, quel que soit leur état. Dans le grain d’épeautre se cache toute la sagesse de la doctrine alimentaire de Hildegarde qui se distingue par sa simplicité et ses multiples usages. L’épeautre contient toutes les substances de base nécessaires à la vie dont le corps humain a besoin pour se maintenir en bonne santé : des protéines biologiques de grande valeur, des hydrates de carbone complexes, des minéraux indispensables à la vie, des vitamines protectrices de l’organisme et des oligo-éléments. L’épeautre renferme en outre des substances vitales favorisant la santé et protégeant de la maladie comme du glycoside cyanogène = nitriloside et du rhodanide. L’épeautre contient par ailleurs des viridines (substances vertes), qui jusqu'à présent n’ont pas encore été isolées, ainsi que des facteurs de digestibilité qui contribuent à sa bonne solubilité.

Voilà pourquoi l’épeautre est bon pour l’estomac et l’intestin, et peut être résorbé et véhiculé rapidement dans le sérum sanguin sans que l’organisme ait à fournir un grand travail de digestion. Aujourd'hui, notre expérience de la biodisponibilité nous permet de percer le secret du miracle de l’épeautre. Parce que l’épeautre est hydrosoluble, ses principaux composants sont assimilés par l’organisme aussi rapidement que les aliments liquides et tout l’organisme peut en bénéficier. Il s’ensuit que toutes les cellules du corps, gamètes, cellules nerveuses, osseuses, musculaires et organiques sont nourries et fortifiées au maximum, et capables des meilleures performances. L’épeautre apporte tellement de vitamines et de substances vitales à tout l’organisme que les vaisseaux se dilatent et qu’une bonne digestion peut commencer.


Extrait de L'art de guérir par l´alimentation selon Hildegarde de Bingen du Dr Strehlow Wighard, page 38-39.

* * *

Hildegarde de Bingen (en allemand : Hildegard von Bingen), née le 16 septembre 1098 à Bermersheim vor der Höhe près d’Alzey (Hesse rhénane) et morte le 17 septembre 1179 à Ruppertsberg (près de Bingen), est une religieuse bénédictine mystique, compositrice et femme de lettres franconienne, sainte de l'Église catholique du XIIe siècle. Elle est aussi connue sous le nom de Hildegarde de Ruppertsberg.

Le 10 mai 2012, le pape Benoît XVI étend le culte liturgique de sainte Hildegarde à l'Église universelle, dans un processus connu sous le nom de « canonisation équipollente », ou canonisation équivalente. Le 28 mai 2012, Benoît XVI annonce la proclamation d'Hildegarde de Bingen comme docteur de l'Église, qui a eu lieu le 7 octobre 2012, faisant d'elle la quatrième femme docteur de l'Église après Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila et Thérèse de Lisieux. Cette reconnaissance est la plus haute de l'Église catholique, affirmant par là-même l'exemplarité de la vie mais aussi des écrits d'Hildegarde comme modèle pour tous les catholiques.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :