Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il

Le poids de la Sainte Messe



« J'ai entendu la Messe pour toi. »

L'histoire suivante est véritable. Elle a était racontée à sœur M. Veronica Murphy par une sœur âgée qui l'a entendue des lèvres mêmes du défunt père Stanislas SS.CC. 

Un jour, il y a plusieurs années, dans un petit village au Luxembourg, un capitaine de la Garde Forestière était en grande conversation avec le boucher alors qu'une vieille femme arriva. Le boucher demanda à la vieille femme ce qu'elle voulait. Elle lui dit qu'elle voulait un petit morceau de viande mais qu'elle n'avait pas d'argent pour payer.

Le capitaine trouva cela comique. « Seulement un petit morceau de viande, mais combien allez-vous lui en donner ? » dit-il au boucher. La vieille dame dit alors au boucher : « Je suis désolée de n'avoir pas d'argent mais je vais entendre la messe pour vous ».
Comme le boucher et le capitaine étaient indifférents à la religion, ils commencèrent à se moquer de la vieille femme « Très bien » dit le boucher. Allez entendre la messe pour moi et revenez, je vous donnerai autant que la valeur de la messe ».

La femme alla donc entendre la messe et revint plus tard elle s'approcha du comptoir et le boucher dit : « maintenant nous allons voir ». La femme prit un morceau de papier et écrivit dessus : « j'ai entendu la messe pour toi » le boucher plaça le papier sur un côté de la balance et un os sur l'autre côté mais le papier fût plus lourd. Ensuite il mit un morceau de viande au lieu de l'os mais le papier était toujours le plus lourd.

Les deux hommes commencèrent à avoir honte de leurs moqueries mais continuèrent leur jeu. Un gros morceau de viande fût placé sur la balance mais le papier était toujours plus lourd. Exaspéré, le boucher examina la balance mais la trouva normale.
« Que voulez-vous ma bonne dame ? Devrai-je vous donner un gigot de mouton entier ». Il plaça donc le gigot de mouton sur la balance, mais le papier fut toujours le plus pesant. Il mit un morceau de viande encore plus gros, mais le poids demeura toujours du côté du papier. Cela impressionnât tellement le boucher qu'il se convertit et promit à la femme de lui donner de la viande chaque jour.

Le capitaine s'en alla lui aussi convertit et devint un fervent de la messe quotidienne. Deux de ses fils devinrent prêtres, un jésuite et l'autre, un père du Sacré cœur.

Le père Stanislas fini de raconter son histoire en disant : « je suis religieux du sacré cœur et le capitaine était mon père. Après cet incident, mon père devint un fervent de la messe quotidienne et ses enfants suivirent son exemple ».

Plus tard, quand ses enfants devinrent prêtres, le capitaine leur conseilla de bien dire leur messe chaque jour et de ne jamais manquer le Sacrifice de la Sainte Messe par leur faute.

Les articles les plus consultés sur ce site :