Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il
Visionnez les vidéos Maria Valtorta sur YouTube
_____________________________________________

Le Mondialisme et ses troupes (2ème partie) - H. Le Caron

Le Mondialisme occidental

La Tour de Babel de Pieter Brueghel l'Ancien (1563)

Nous entrons là, nous l'avons dit, dans un domaine où les preuves sont rares et où il nous faut nous contenter d'indices.

Cependant, quand un homme comme M. Jacques Bordiot (Une main cachée dirige. La Librairie Française) déclare, après des années d'études, qu'il est parvenu à la conclusion qu' « un petit nombre d' "initiés" appartenant à la plus haute Finance internationale poursuit actuellement le vieux rêve messianique d'un Empire Universel sous l'autorité d'une oligarchie apatride », cette affirmation, étayée par une quantité de renseignements, mérite d'être prise en considération.

Il ne s'agit pas de la Folle de Chaillot, de Giraudoux, faisant disparaître par une trappe située dans sa cave les financiers qui mènent le monde.

Toutefois bien des gens contestent l'existence d'un courant mondialiste occidental. Un Père, ancien expert au Concile que je consulte fréquemment, m'écrit à ce sujet :
« L'hypothèse que bâtit Monsieur Bordiot sur un mondialisme occidental ayant la même origine, le même but antichrétien que le mondialisme soviétique, me paraît une telle énormité que je ne veux pas perdre une minute à la discuter. Allez donc dire à n'importe quel Américain que sa grande patrie est animée par la même volonté matérialiste athée que les Soviets pour préparer la venue de l'Antéchrist, cet Américain sera saisi de stupéfaction ou d'indignation ; à moins que, devant l'absurdité du propos, il ne hausse les épaules ».
Je pense à présent, après avoir été très circonspect sur cette question, que la réaction de ce Père est excessive et trop catégorique.

Il est certain que l'Américain moyen et l'Anglais moyen ne peuvent imaginer ce que complote un petit nombre d'initiés ; mais cela ne signifie pas que le complot n'existe pas. A la fin du XVIIIe siècle, les Français, pour la plupart, n'imaginaient pas que les sectes maçonniques conduiraient la France à un changement de régime et à l'assassinat du Roi. Et pourtant ces sectes les y ont conduits.

Personnellement je crois qu'il existe en Occident des forces dont l'objectif est voisin de celui des Soviets. Ces forces issues du Rosicrucisme et du messianisme juif cherchent à établir un gouvernement mondial qui régnera sur un monde qui aura apostasié. Avant le règne de l'Antéchrist, il faudra avoir détruit l'homme libre fait à l'image de Dieu ; l'ordre chrétien qui protège la créature humaine et qui lui permet de s'épanouir ; le capitalisme dans le bon sens du terme, c'est-à-dire la propriété privée, la petite entreprise privée qui permettent à l'homme d'échapper à l'emprise de l'Etat. Enfin il faudra détruire ou neutraliser complètement l'Église, qui a toujours constitué le plus grand obstacle au règne du Dragon(1).

Je vais essayer dans cet article d'attirer l'attention du lecteur sur des points qui sont pour le moins surprenants.

Les déclarations d'hommes bien informés qui révèlent une intention mondialiste

Disraeli, Vénitien d'origine juive et homme d'Etat anglais, reconnaissait que
« les gouvernements de ce siècle n'ont pas affaire seulement aux gouvernements, aux empereurs, aux rois et aux ministres, mais encore aux sociétés secrètes... qui jusqu'au dernier moment peuvent mettre à néant tous les arrangements, qui ont des agents partout, des agents sans scrupule qui poussent à l'assassinat et peuvent, s'il le faut, amener un massacre (20 septembre 1876) (Pour qu'Il Règne, p. 242).
Donoso-Cortès, publiciste, homme politique et diplomate espagnol (1809-1853), dont l'action en Espagne a été considérable, écrivait en son temps :
« Vous vous effrayez de la tyrannie dont nous souffrons ? Vous vous effrayez de peu. Vous verrez bien autre chose... Le monde marche à grands pas à la constitution d'un despotisme, le plus terrible et le plus gigantesque que les hommes aient jamais vu » (Op. cit., p. 503).
Walter Rathenau, industriel et homme d'Etat allemand (1867-1922), ministre des Affaires Etrangères en février 1922, assassiné le 24 juin suivant, avait déclaré :
« Trois cents hommes, dont chacun connaît tous les autres, gouvernent les destinées du Continent européen et choisissent leurs successeurs dans leur entourage » (Wiener Freie Presse, 24 décembre 1912).
Paul Warburg, le sénateur américain (appartenant à la famille Warburg associée à la famille Schiff) déclarait en 1950 au Sénat américain :
« Qu'on le veuille ou non, nous aurons le gouvernement mondial. La seule question qui se pose est de savoir si le gouvernement mondial sera établi par consentement ou par conquête ».
Le Président Eisenhower, dans un discours à l'ONU du 22 septembre 1960, annonçait :
« Nous envisageons une unique communauté mondiale... Ainsi voyons-nous notre but non comme un super-Etat au-dessus des nations, mais comme une communauté mondiale les embrassant toutes ».
Le prince Bernhardt des Pays-Bas, qui dirigeait le "Bilderberg Group" jusqu'au moment où il en fut écarté par le scandale Lockheed (c'est à lui que De Gaulle fit une visite éclair lorsque l'OAS menaçait de prendre le pouvoir en France ), suggérait dans une interview donnée au Nieuwe Rotterdamsche Courant, le 2 novembre 1971 :
- de museler le contrôle parlementaire par les pleins pouvoirs permanents, dont l'exercice serait soumis au contrôle des élus du peuple tous les deux ans seulement et sur un simple rapport établi par le gouvernement lui-même ;
- dans un deuxième temps, d'instituer une monarchie héréditaire régnant sur l'Europe unie, soumise tous les deux ans, toujours sur simple rapport, au contrôle d'une sorte d'ONU (laquelle aurait été facile à neutraliser (voir l'article du Monde du 4 novembre 1971 publié sous le titre significatif : Un "Roi d'Europe")

On pourrait donner d'autres citations émanant d'hommes qui ne sont pas des plaisantins et qui ne parlent pas pour ne rien dire.
Il existe certainement en Occident un courant qui s'est accentué depuis la dernière guerre et qui va dans le sens du mondialisme, même si les tenants de ce "mondialisme" ne sont pas forcément d'accord sur les objectifs à atteindre.
Le 8 septembre 1958, dans le Palais de Versailles, fut signée par trente-huit pays la charte dite de Versailles, dans le but de préparer l'instauration d'un gouvernement mondial. Il était précisé dans cette charte :
« Les peuples, parlements et gouvernements du monde doivent décider l'établissement d'une autorité mondiale chargée de la responsabilité du maintien de la paix.
L'autorité mondiale doit détenir les pouvoirs nécessaires et les moyens pour accomplir cette tâche... »
Et les signataires demandent aux gouvernements et parlementaires de réunir une conférence mondiale pour étudier comment créer :
a) un parlement mondial pour établir des lois mondiales en vue d'assurer et de maintenir une paix durable,
b) un pouvoir exécutif pour appliquer ces lois,
c) des Cours Internationales de Justice ayant pouvoir de juridiction pour tous les conflits concernant ces lois mondiales,
d) une force de police mondiale chargée de faire respecter ces lois universelles... et de rendre ainsi possible le désarmement universel, simultané et total de toutes les nations ».
Les grands organismes internationaux comme l'ONU, qui a succédé à la Société des Nations, l'UNESCO, l'OMS, acheminent vers ce super Etat, "Gouvernement Mondial", dont nous savons qu'il est l'ambition suprême des sectes et de la Révolution universelle.
Lorsque le pape Paul VI faisait, le 4 octobre 1965, les déclarations suivantes devant l'ONU, il était aveuglé par son esprit démocratique et il se trompait :
« Nous présentons notre salut cordial et déférent. C'est en ami que nous nous présentons à vous.
En plus de notre hommage personnel, nous vous apportons celui du second Concile Œcuménique du Vatican...
Nous avons conscience de vivre l'instant privilégié - si bref soit-il - où s'accomplit un vœu que nous portons dans le cœur depuis près de vingt siècles (C'est de l'Église qu'il parle).
Notre message veut être tout d'abord une ratification morale et solennelle de cette institution... C'est comme "Expert en humanité" que nous apportons à cette organisation le suffrage de nos derniers prédécesseurs (Pie XI et Pie XII n'auraient sans doute pas ratifié cette affirmation de Paul VI), convaincu comme nous le sommes que cette organisation représente le chemin obligé de la Civilisation moderne et de la Paix mondiale...
Les peuples se tournent vers les Nations Unies comme vers l'ultime espoir de la Concorde et de la Paix.
Vous êtes un pont entre les peuples... on ne peut rien concevoir de plus élevé sur le plan naturel, dans la Construction idéologique de l'Humanité.
Qui ne voit la nécessité d'arriver ainsi progressivement d instaurer une autorité mondiale en mesure d'agir efficacement sur le plan juridique et politique ? »
Paroles effrayantes dans la bouche d'un pape ! Alors qu'on sait que l'ONU, l'UNESCO, l'OMS sont des institutions maçonniques dont l'esprit n'est pas celui du Christ, mais celui de Coménius (Comenius, Jean Amos, nom latinisé de Komensky, 1592-1670. Tchèque affilié à la secte des Frères Moraves. Auteur d'ouvrages célèbres).
Julian Huxley, premier directeur de l'UNESCO, nous faisait connaître le véritable esprit de l'institution lorsqu'il écrivait :
« Nous n'avons plus besoin de recourir à une révélation théologique ou à un absolu métaphysique ; Freud et Darwin(2) suffisent, à eux deux, à nous donner notre vision philosophique du monde » (Pour qu'Il règne, p. 248).
1 - D'où la nécessité de briser cette arme puissante qu'est la Sainte Messe (la liturgie) et de contester le rôle de Marie, Mère de Dieu et Mère de l'Eglise. Dans le songe célèbre de Dom Bosco, dit Songe des deux Colonnes, le navire papal attaqué de toutes parts vient finalement se fixer à deux colonnes dont l'une est surmontée par l'Eucharistie et l'autre par Notre Dame, Secours des Chrétiens.

2 - A ce sujet lire Le mensonge de l’évolutionnisme et de l’idéologie du genre et Jésus parle de la théorie de l’évolution.

Extrait de : Le Plan de domination mondiale de la contre-église : L'Apostasie des nations et le gouvernement mondial par monsieur Hubert Le Caron (1985).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :