Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié, que Votre Règne arrive, que Votre Volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel; Donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien, pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.                           Je vous salue, Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il                          Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il

« Priez beaucoup pour la France, et pour les pêcheurs » - N-D de Plescop (1947)




A Plescop, tout a commencé le 26 Décembre 1947 vers 7 h du soir.

Onze jours après la fin des onze apparitions de L'île Bouchard, la TS Vierge apparut onze fois à Plescop jusqu'au 27 Février 1948.

Ce texte est extrait d'un livret rédigé scrupuleusement en 1948, par une personne qui interrogea longuement les enfants, et nous le remit dans les années 80, en spécifiant bien qu'il ne devait pas être vendu.

L'Église célébrait déjà la Saint Jean, auteur de l'Apocalypse le 26 Décembre au soir. A Dozulé, la 1ère apparition du Christ eut lieu le 27 Décembre 1972, signe de la révélation du Retour Glorieux du Christ, la grande révélation finale de l’Apocalypse.

3 enfants, Thérèse Le Cam, 15 ans, Monique Goasguen la plus jeune, âgée de 10 ans, et Annick Goasguen, 12 ans, étaient entrées dans le champ de Kergroix, à la sortie de Plescop, sur la route de Mériadec. Ce champ est nommé ainsi à cause d'une croix de granit, menhir christianisé du XII e siècle. Il est actuellement entouré de maisons, mais le champ est classé « espace vert » et est resté intact.

Un premier signe, un globe de feu les fit tomber, prises de peur, près d'un chêne. Elles virent une Dame vêtue d'une robe bleu-roi foncé, avec des étoiles brillantes, elle ne portait pas de voile, mais un chapelet dont chaque grain semblait lumineux. Sur sa tête un diadème d'or orné de perles ; elle portait un collier de perles d'or avec un crucifix d'or sur sa poitrine.
« Ne vous effrayez point, je suis la Mère de Jésus, la Vierge. Je suis accompagnée de l'ange Gabriel.
Priez beaucoup pour la France et les pêcheurs.
FAITES BÉNIR PAR LE PRÊTRE UN CHAPELET BLANC, et allez dire aux gens que vous avez vu la Mère de Jésus». 
Près de la Dame, les enfants voyaient la main lumineuse de l'ange qui tenait une boule d'or.

Lors de cette 1ère apparition, une grande étoile brillait au-dessus de la Dame et tomba vers l'arbre. L'apparition  confia quatre secrets aux trois enfants.

En 1948, les religieuses enseignantes de Plescop, placèrent les enfants dans trois pièces séparées pour leur faire écrire leurs secrets, qui auraient été remis à l'évêché de Vannes, sous enveloppes cachetées. Les enfants déclarèrent ne pouvoir rien écrire, et ne plus se souvenir... En 1985, lors d'une réunion à Sainte Anne d'Auray, l'institutrice de ces enfants nous déclara qu'elle les avait interrogés séparément, et qu'ils donnaient les mêmes détails sans comprendre leur importance. D'après elle, ils étaient trop frustres pour inventer cette histoire sans se contredire.

Le lendemain, 27 Décembre 1947, fête de la Saint Jean, la Dame apparut un peu plus tôt à l’Angélus, les fillettes voyaient la Sainte Vierge, dont les pieds reposaient sur la même branche de chêne.
« Ne craignez pas, priez beaucoup pour la France et les pêcheurs, est-ce que vous avez pris un chapelet ? »
- « Oui »,
« L'avez-vous fait bénir ? »
- « Oui »
Près de Tours, les enfants sont en prière à l'église
« Allez à l'église souvent, et dormez en paix ».
Le curé de Plescop ne voulut pas leur ouvrir l'église ce jour là; il est curieux de remarquer que le même jour, 4 ans plus tard, le 27 Décembre 1951, la foudre tomba sur le clocher qui se mit à brûler. Un couvreur nommé Jean Léveillé, monta dans le clocher et parvint à maîtriser le feu... Une violente tempête,  des averses de grêles et des nuages noirs sillonnaient le ciel.

La 3e apparition eut lieu le lundi 29 Décembre 1947.

La Dame rassura à nouveau les enfants et leur demanda une nouvelle fois :
« Ne vous effrayez pas. Priez beaucoup pour la France et pour les pêcheurs. Elle ajouta : vous êtes la sixième famille à qui j’apparais».
Les enfants transmirent sans comprendre.

Le 30 Décembre 4e apparition:
« Priez beaucoup pour la France. Vous vivrez assez longtemps, mais il faut prier beaucoup ».
La Sainte Vierge ne dit aucune prière avec les enfants cours des onze apparitions.

Le 31 Décembre, Jeudi 1er et Vendredi 2 Janvier, les pieds de la Vierge reposaient sur une globe d’or sur lequel était écrit:
« O Marie conçue sans péché, priez pour la France ».
La Sainte Vierge demanda aux enfants de communier le plus souvent possible. A c chaque apparition elle répéta :
« Priez beaucoup pour la France, et pour les pêcheurs ».
Lors de la 8e et 9e apparition, les pieds de la TS Vierge reposaient à nouveau sur la branche de chêne. Les petites demandèrent la guérison d’un aveugle de guerre. La Sainte Vierge ne répondit pas. A la question « Faut-il revenir prier? », Elle répondit :
« OUI LA FRANCE A BESOIN DE PRIÈRES ».
Puis elle disparut.

Le Lundi 19 Janvier 10e apparition de la Dame. Trois étoiles brillaient autour de la Vierge qui souriait.

Le 27 Février, la TS Vierge répète une dernière fois :
 « Priez beaucoup pour la France et les pêcheurs ».
Pour la première fois, elle demande de construire une chapelle. Comme les enfants lui demandait si elle était l’Immaculée Conception, la Dame n’a répondu qu’à la 3e fois, comme à Lourdes:
« MAIS OUI, JE SUIS L'IMMACULÉE CONCEPTION »
Elle semblait vouloir signifier que cette question était superflue.

Quand les enfants demandèrent un signe pour le 25 Mars, la Dame répondit :
« Tant que les gens seront méchants, Je ne ferai aucun signe. Notre Seigneur et moi, sommes scandalisés par les gens ».
(Il y avait beaucoup de moqueurs et détracteurs, les pèlerins affluaient, puis les railleries firent tomber dans l’oubli la venue de Notre Bonne Mère)…

En 1948, le Docteur Salomon, médecin légiste et médecin chef de l’hôpital de Lesvellec avait interrogé séparément les trois voyantes, il n’avait relevé aucune contradiction dans leur dire.

Les enfants disent n’avoir jamais entendu la voix de la Dame :
« Ce que la Sainte Vierge voulait nous dire, nous le comprenions dans notre cœur ».
De nombreux témoins virent des signes célestes, boules de feu, la Dame en blanc dans la nuit, des étoiles regroupées, des souffles de vent inexplicables, des bougies s’élevant et s’abaissant sur le champ de Kergroix, et ceci pendant plusieurs années. Beaucoup de railleries s’ensuivaient, comme d’habitude…

Un prêtre était venu le 18 Février 1948 à Plescop, porteur d’une valise renfermant une grande statue de Notre Dame de Fatima, à laquelle était attaché un chapelet donné par Sœur Lucie. Il déposa la statue près du chêne de Kergroix. Le soir après avoir fait baiser la statue aux trois voyantes, il dit à la mère de Thérèse Le Cam :
« Vous pouvez croire que votre fille a vu réellement la Sainte Vierge ».
Comme à L’île Bouchard, il y eut ONZE apparitions.

A trois enfants de Bretagne, 
une Dame vêtue de bleu-roi et d’or, 
chaussée de blanc, 
est apparue pour dire

« PRIEZ BEAUCOUP POUR LA FRANCE ».

Ainsi à ses enfants de Bretagne, la Mère de Jésus confie le salut de la France.

Jean Stiegler 
La Nouvelle France
https://la-nouvelle-france.fr




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les articles les plus consultés sur ce site :

Chrétiens Magazine soutient l'association Maria Valtorta :